Saint-Exupéry, pilote de guerre 21/31

La mission sur Arras

Sur les 40 missions de reconnaissance qu’exécute le groupe en mai, Saint-Exupéry en effectue trois, dont la fameuse mission sur Arras, le 23, qui sert de trame narrative à Pilote de guerre. « Une reconnaissance à altitude moyenne avec protection de chasse (9 Dewoitine 520 de Meaux). Équipage : capitaine de Saint-Exupéry pilote, lieutenant Dutertre observateur, sergent Mot, mitrailleur. Itinéraire : Orly – Meaux, puis Compiègne – Bray-sur-Somme – Albert – Arras – Douai – Orly. L’avion, touché par la D.C.A., près d’Arras, a un réservoir d’huile crevé. L’équipage regagne Orly. » [Journal de marche, 23 mai 1940]

Étrangement, Saint-Exupéry ne précisera pas, dans son récit, que des pilotes de chasse du groupe I/3 l’accompagnent pour protéger la mission. Une patrouille double est composée de cinq Dewoitine (et non neuf, comme indiqué dans le Journal de marche), une légère basse pour la protection rapprochée (capitaines Pape et Schneider) et une simple haute pour la protection d’ensemble (lieutenants Lacombe et Prévot, sergent Touret). Le capitaine Schneider, volontaire pour cette mission – il connaissait de longue date Saint-Exupéry et les pionniers de la Ligne –, est abattu par trois Messerschmitt, que le capitaine Pape récupère en plus des trois qui le poursuivent : « Un tel combat, quand on est seul contre six, ne se raconte pas ; on ne voit rien. Des virages, des virages serrés, il ne fallait surtout pas arrêter d’en faire ; des virages, encore des virages, des virages de plus en plus serrés ; des virages à la verticale, je tirais fort sur le manche. Il y avait des Messerschmitt partout. » [Général Joël Pape, « Protection : 5 avions », Icare, no 78, 1976, p. 81.]
L’autre patrouille est bloquée par les tirs incessants de la Flak et rentre à la base. Bilan : la mission sur Arras est sauvée, l’équipage du Bloch 174 est bien vivant, le capitaine Pape, après un atterrissage forcé, est soigné et fait prisonnier jusqu’en 1945, et le capitaine Schneider, dont l’avion a pris feu, réussit à sauter en parachute.

 


Une réflexion au sujet de « Saint-Exupéry, pilote de guerre 21/31 »

Laisser un commentaire