« Le catalogue d’objets introuvables » de Jacques Carelman (1929-2012)

En 1969, Jacques Carelman publie un étrange livre « le catalogue d’objets introuvables: … et cependant indispensables aux acrobates, ajusteurs, amateurs d’art… ».

L’auteur s’est amusé à représenter  plus de 400 objets de la vie quotidienne en les détournant de leur fontion initiale et ce jusqu’à l’absurde. Carelman invente des solutions à des problèmes qui n’existent pas. Cet ouvrage est en fait une parodie du célèbre catalogue de vente par correspondance « Manufrance ».

Il a ainsi imaginé…

  •   le fauteuil-radiateur, indispensable pour les personnes frileuses !

  • les chaussons ramasse-miettes

  • la bouteille absorbante
Image de prévisualisation YouTube

Jacques Carelman a fait produire certains de ces objets. Ils ont notamment été exposés en 2011 à Bilbao en Espagne lors de la 2ème édition « Le rire de Bilbao. Semaine internationale de la littérature et art avec humour. »

Image de prévisualisation YouTube

 

Jacques Carelman, un artiste décalé ? Pas si sûr ! Certains objets s’achètent aujourd’hui dans nos magasins. La preuve, avec cette baignoire à porte ou encore le vélo à pratiquer en position couchée.

 

 

Un mot sur l’auteur :

Jacques Carelman arrive à Paris en 1956 pour se consacrer à diverses activités artistiques (décoration théâtrale, illustration de livres, peinture et sculpture). En 1966, il adapte en bande dessinée le roman de Raymond Queneau Zazie dans le métro. Il est l’auteur de la célèbre affiche de Mai 68 représentant la silhouette noire d’un CRS brandissant une matraque. Il publie en 1972 un second catalogue, le Catalogue de timbres-poste introuvables. À partir de 1972 avec sa première exposition, ses objets ont été présentés dans de nombreux musées, galeries d’art, de centres culturels…

11 réflexions au sujet de « « Le catalogue d’objets introuvables » de Jacques Carelman (1929-2012) »

  1. Je profite de ce billet pour rappeler le célèbre « pianocktail » de Boris Vian : « A chaque note, dit Colin, je fais correspondre un alcool, une liqueur ou un aromate. La pédale forte correspond à l’œuf battu et la pédale faible à la glace. Pour l’eau de Selbtz, il faut un trille dans le registre aigu. Les quantités sont en raison directe de la durée : à la quadruple croche équivaut le seizième d’unité, à la noire l’unité, à la ronde le quadruple unité. »(cf « L’Ecume des Jours »)
    Je dirais que Vian a manié un absurde-poético-fantaisiste.

    Voici une réalisation de « pianocktail » qui me paraît conforme à l’esprit de Boris Vian :
    http://www.youtube.com/watch?v=Z21w7PBOavA
    Mais on ne sait pas si le mélange tient ses promesses!!!

  2. c’est trop génial que les objets inventés par Jacques Carleman puissent être achetés car au collége en art plastiques c’est le sujet : les objets introuvables

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *