Ces drôles de dames qui ont la bougeotte…

Vous avez fait la connaissance de Sophie, il y a quelque temps déjà.  Puisque le thème de ce voyage est dédié aux « femmes d’exception », c’est l’occasion aujourd’hui de faire la connaissance avec deux autres femmes, publiées dans la maison d’édition, qui, elles aussi, n’ont pas su résister à l’appel du voyage ! Des femmes qui ne tiennent pas en place, pour notre plus grand plaisir !

La cinquantaine perplexe, Joëlle est une voyageuse solitaire au parcours déjà bien étoffé. Pourtant, dans son grenier intérieur, un rêve encore en gestation :

« embarquer sur un voilier comme équipière au long cours, et si possible avant d’avoir un déambulateur ! ».

 

 

Elodie… pour son voyage de noces, pas d’hôtels 5 étoiles, non ! Un périple avec son nouveau mari en Patagonie et en tandem, s’il vous plait !!! La « bécane » va se montrer capricieuse et leur offrira de merveilleuses rencontres.

 

 

ça donne envie de se précipiter sur le premier vélo ou le premier bateau venu, non ???

 

2 réflexions au sujet de « Ces drôles de dames qui ont la bougeotte… »

  1. Merci aux éditions les 2 encres pour ces deux suggestions de lecture qui donnent en effet une envie de s’évader.
    Petit clin d’oeil à nos amis du voyage « la mer et l’aventure » qui trouveront sans nul doute un grand intérêt pour le livre « l’équipière » qui semble très amusant, d’après l’extrait disponible sur le site des 2 encres. En voici une petite partie pour vous donner l’eau à la bouche : « Partir un jour en bateau, naviguer sur les mers et les océans, connaître la caresse des alizés sur ma peau et le goût du sel sur mes lèvres. Voilà, simple, net et concis. Naviguer donc, mais pas sur un paquebot de croisière pour mémères décorées, un Martini dry à la main. Non, sur un vrai bateau avec des voiles, un mat, un gouvernail et tout le reste. Suffisamment confortable sans pour autant ressembler au Queens Mary et assez audacieux pour connaître le grand frisson de la navigation hauturière (…) Le monde de la marine m’était aussi étranger que celui de l’aérospatiale, autant chercher une place d’équipière sur la fusée Ariane !
    Pas de papa ou de frère marin, pas d’oncle d’Amérique, propriétaire d’un fabuleux voilier à faire pâlir Moitessier d’envie, pas la moindre barque dans mon horizon, pas même un pédalo. Rien pour m’aider ou me guider un tant soit peu, juste ce désir étrange venu on ne sait d’où, ancré là comme par hasard. J’étais devenue le port d’attache d’un rêve égaré en terre inconnue, naviguant sous pavillon étranger mais suffisamment tenace pour me parasiter la vie en douceur. »
    Un sacré tempérament ces aventurières!!!

  2. J’ai beaucoup apprécié le livre « L’équipière », merci pour le partage, j’aime beaucoup voyager et votre blog vient de me donner une idée de destination très intéressante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *