Etape 3 : Voyage autour du monde sur l’Astrolabe et la Boussole

  Nous n’aurions pas pu poursuivre le voyage sans parler des grands explorateurs, marins hors pair, aventuriers dans l’âme, ils ont silloné les océans. Nous vous proposons de nous arrêter sur l’un d’entre eux ; Jean-François de Lapérouse.

Cet ouvrage reprend le journal de bord de Lapérouse lors de son voyage autour du monde à bord des deux navires : la Boussole et l’Astrolabe, de 1785 à 1788.

En 1785, Louis XVI confie à Lapérouse une importante mission : parachever l’oeuvre de Cook en terminant d’explorer les océans du monde et d’y découvrir les derniers territoires inconnus.

Il s’embarque donc avec 230 personnes : marins, scientifiques, personnels médicals pour une aventure dont il ne connaît pas la date de retour… et l’on sait aujourd’hui que malheureusement l’issue de cette aventure sera fatale pour l’ensemble de l’équipage. Ce naufrage reste encore aujourd’hui un grand mystère sous de nombreux aspects.

La lecture de cet ouvrage se fait d’une manière assez facile, même s’il faut bien prendre en compte le fait que ce soit un journal de bord. C’est donc un récit descriptif, avec une volonté de redonner avec exactitude les faits les plus importants :  les découvertes géographiques et scientifiques. Mais malgré cela, on se prend assez rapidement au jeu de leur voyage, de leur découvertes, de leur rencontres (bonnes ou mauvaises). On s’attache au personnage de Lapérouse tout en sachant son issue fatale alors que lui n’en a, évidemment, pas le moindre doute.

Ce récit marque la fin d’une grande époque ; celle des explorations. Lapérouse en a d’ailleurs lui-même conscience. « Nous touchons au moment où tous les peuples connaîtront l’étendue des mers qui les environnent et des terres qu’ils habitent. » p. 280.

Larguez les amarres et embarquez à bord de la Boussole et de l’Astrolabe ! 

Pour en découvir plus sur Lapérouse cliquez sur son portrait et sur le bateau.

4 réflexions au sujet de « Etape 3 : Voyage autour du monde sur l’Astrolabe et la Boussole »

  1. Ce document est passionnant. Quelle aventure ! C’est vrai qu’il n’est pas forcément d’une lecture très facile, mais le petit effort des premières pages est vite récompensé. Pour compléter, je vous recommande également « L’incroyable voyage de Monsieur de Lapérouse », chez Golf Stream Éditeur. C’est une édition jeunesse, agréablement illustrée. Mais avec un récit très complet et précis qui saura satisfaire amplement la curiosité de tous les publics ! En supplément, un cahier retrace les dernières recherches sur les vestiges de l’expédition.

  2. Merci Fred G. pour votre suggestion de lecture. Si le sujet vous intéresse, nous vous conseillons un ouvrage très complet « la malédiction Lapérouse, 1785-2008, sur les traces d’une expédition tragique » de Dominique Le Brun. Cet ouvrage réunit les journaux de bords de Lapérouse (dans sa version complète), de Dumont d’Urville et de Peter Dillon qui sont par la suite partis à la recherche de l’équipage et des bâteaux naufragés. Le livre se termine par un dossier sur les fouilles archéologiques sur le site du naufrage essayant ainsi de donner quelques réponses au mystère Lapérouse. http://www.franceinfo.fr/livre/le-livre-du-jour/la-malediction-laperouse-de-dominique-le-brun-626817-2012-05-26

  3. Merci pour cette proposition de lecture très enrichissante ! J’y ai notamment appris qu’un certain Bonaparte, alors tout jeune, c’était porté volontaire pour faire partie de l’expédition La Pérouse. Mais après les tests de sélection il n’a pas été retenu car pas suffisamment doué en mathématiques !
    C’est alors que commencent toutes les extrapolations : si il avait été retenu pour cette aventure, l’histoire de France et de l’Europe aurait été bien différente ! Et on peut aussi imaginer que la présence de Bonaparte à bord aurait changé le cours de l’expédition qui serait peut être parvenue à rentrer à Brest. Ainsi, Louis XVI aurait peut-être eu le temps de connaitre au moins cette joie !

  4. On oublie souvent la participation active d’Andrė Thouin, jardinier du Roy à l’organisation de ce voyage. le Muséum national d’Histoire naturelle a édité un ouvrage sur sa vie. Homme discret, A. Thouin reste quasi inconnu. « Le jardin des plantes à la croisée des chemins ». Édité en 1989. J’ai eu le plaisir de participer à cet ouvrage très documenté écrit par Yvonne Letouzey. Pages 198 et suivantes on trouve des informations intéressantes sur ses relations avec Lapérouse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *