Isabelle Massieu : le voyage au féminin

Isabelle Massieu (1844-1932) exploratrice, photographe et écrivain

Née à Paris, elle est l’épouse d’un avocat membre du Conseil de l’Ordre à Caen avec qui elle visite l’Europe, l’Algérie, la Tunisie, le Maroc et la Tripolitaine. Devenue veuve, elle poursuit ses voyages et remonte le Nil en 1892, puis visite la Syrie et le Liban.

En 1895, elle se dirige vers Ceylan et s’enfonce dans l’Inde anglaise mais la guerre du Tchitral l’oblige à se rabattre sur le Cachemire.  Elle atteint le lac Pangong à la frontière chinoise. En 1896 et 1897, elle visite la Cochinchine, le Cambodge, parcourt le Siam, la Birmanie et se rend au Laos. Après de nombreuses villes et des milliers de kilomètres parcourus à travers la Chine, elle visite les ports de la Corée et, parvenue à Pékin, traverse en charrette chinoise le désert de Gobi puis poursuit sa route par le Baïkal, Irkoustk, Tomsk et Omsk. Elle évite la voie ferrée du Transibérien et franchit 3.000 verstes pour gagner Samarcande et rentrer par le Caucase à Moscou.

Douée de grandes qualités et de volonté, elle accomplit ce long voyage escortée d’un seul domestique, choisissant de préférence les chemins non frayés. En 1908, elle part assister à l’inauguration du palais français des Maharajas puis rentra en Europe au début de 1909.

Elle est décorée de la Légion d’Honneur le 10 mars 1906, promotion des Explorateurs. Aventurière sur le tard, elle est la première européenne à être venue seule en Indochine.

 

 

3 réflexions au sujet de « Isabelle Massieu : le voyage au féminin »

  1. Patrick Deville est un écrivain de grand talent passionnant. Il me fait découvrir des explorateurs et écrivains qui ont eu des aventures extraordinaires. Trop souvent méconnus ou négligés, les uns et les autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *