Etape 6 : Les chutes – Joyce Carol Oates

La bibliothèque de Saint-Michel-le-Cloucq vous propose de découvrir :

Stupéfiante histoire que celle d’Ariah Littrell qui au matin de ses noces découvre que son époux s’est jeté dans les chutes du Niagara. Pendant une semaine « la veuve blanche des chutes » comme on l’appellera erre sur les lieux du drame et se questionne sur son destin brisé. Elle semble vouée au malheur.

Sa  rencontre avec Dirk Burnaby , brillant avocat lui procurera dix ans de bonheur  et d’amour mais les chutes finiront par la rattraper

Joyce Carol Oates nous emporte dans la vie tourmentée de cette femme et de sa famille. Amour, espoir, jalousie ,incompréhension. Cest aussi une chronique sociale de ces années 1960 où régnent la corruption, où l’argent est plus important que la vie des gens.

La bibliothèque de Saint-Michel-le-Cloucq

6 réflexions au sujet de « Etape 6 : Les chutes – Joyce Carol Oates »

  1. Ce roman est un monument. « Les chutes », c’est bien sûr également une métaphore sur la vie elle même. Un texte profond, dense… Au delà de l’intrigue, c’est bien l’écriture forte et précise de J.C. Oates qui donne toute sa valeur au roman. Ah comme je regrette de ne pouvoir venir en parler plus longuement à Saint-Michel-le-Cloucq ce vendredi ! Bonne soirée 🙂

  2. Je confirme la très grande qualité de ce roman psychologique. Il avait d’ailleurs reçu le prix Femina, « haut la main ». Merci de le remettre à l’honneur dans ce voyage Ladies’ greatness où il a en effet toute sa place. Vous m’avez donné envie de le relire !

  3. « On a envie de leur faire du mal, parfois. A ceux qui vous aiment trop. »
    Rendez-vous à Saint-Michel le Cloucq, ce vendredi à 20h30 !

  4. Long à lire parce que tellement bien écrit ! Chaque phrase est à la fois simple et consistante. Et cette idée d’écriture en italique !… qui ajoute les pensées ( ? ) sans alourdir.
    Les thèmes dénonciateurs : répercussions des secrets de famille, irresponsabilité criminelle des magnats de l’industrialisation et du politique, exploitation mercantile dénaturant les lieux et l’esprit des lieux sont habilement incorporés pour une lecture fluide et intéressante de ce roman avant tout psychologique.
    C’est mon 1er livre de J C Oates . L’envie d’en lire plus et de découvrir aussi le style de Laura Kasischke qu’on lui compare parfois et dont vous nous avez déjà parlé en début de saison.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *