Etape 10 : L’homme qui plantait des arbres de Frédéric Back

Chers voyageurs,

homme arbres

Pour clôturer ce voyage, en 10 films, sur le cinéma d’animation, c’est cette fois une adaptation d’une nouvelle de Jean Giono que nous vous proposons : « L’homme qui plantait des arbres » de Frédéric Back.

Ce film acclamé dans le monde entier a reçu plus de 40 prix et notamment l’Oscar du meilleur film d’animation et le Grand Prix du Festival International du film d’animation d’Annecy (nous vous parlerons de ce festival dans un prochain billet).

Réalisé à partir de peintures, le graphisme est inspiré de Monet, Chagall.

Vous pouvez voir le film ici :

Image de prévisualisation YouTube

Cette fable humaniste et écologique se déroule en Provence. Le narrateur rencontre un berger, Elzéard Bouffier, qui, chaque jour, plante des glands. Quelques années après, le narrateur revient et découvre une magnifique forêt : des chênes, mais aussi des hêtres et des bouleaux. D’année en année, la forêt s’étend, permettant à toute la région de revivre. L’administration des eaux et forêts, avertie, parle de génération spontanée, et le rôle d’Elzéard Bouffier reste secret, un secret que seules quelques personnes, connaissant la valeur du silence, partagent.
Une histoire simple et généreuse, un portrait émouvant et un hymne à la nature.

Vous pouvez par ailleurs retrouver la nouvelle de Jean Giono lu par Philippe Noiret en format numérique depuis la plateforme e-média en cliquant sur l’image. Si vous n’avez pas encore d’identifiant ou de mot de passe, cliquez ici

visuel e-médi@ petit

3 réflexions au sujet de « Etape 10 : L’homme qui plantait des arbres de Frédéric Back »

  1. Je découvre, en même temps que le film, la nouvelle de Giono, née – dit- on- presque du hasard puisque c’était une commande du Reader’s Digest. Frédéric Back a fait de ce message écologique universel -simplement évident- ce film tout aussi merveilleux déclenchant des répercussions retentissantes dont des millions d’arbres plantés sur tout les continents.
    Dessins sobres mais suggestifs, couleurs et traitement en partie impressionnistes, clin d’œil à Chagall ( qu’on retrouve aussi dans Crac ), tout est superbe de simplicité.
    Pour sa réalisation, il aura fallu 5 ans à ce cinéaste canadien, d’origine française, qui se disait en matière d’animation, plus proche de Michel Ocelot ( Kirikou) et d’Alexander Petrov ( Le vieil homme et la mer ).
    C’est une belle découverte , en tout cas pour moi. Merci Les Voyageurs.

  2. Giono compte parmi mes auteurs préférés, et j’ai offert  » L’homme qui plantait des arbres  » plusieurs fois. Cette œuvre mythique lue et relue fait naître de telles images mentales que je craignais d’être déçue par sa représentation. Frédéric Back a réussi à rendre l’atmosphère du texte et ses dessins l’accompagnent merveilleusement. Puisse-t-il donner aux Voyageurs l’envie de le lire ou le relire. Merci !

  3. Merci Asphodèle et Eole pour vos commentaires enthousiastes !! C’est en effet un petit bijou. Pour échanger, voir ou revoir ce film RDV vendredi 20 juin à 20h30 à la bibliothèque de Treize-Vents pour une belle soirée en perspective. A très bientôt !

Laisser un commentaire