La Vénus d’Ille de Prosper Mérimée

Venus d'IlleChers voyageurs, nous vous proposons cette semaine de revenir sur une nouvelle qui fait aujourd’hui figure de classique dans la littérature fantastique: La Vénus d’Ille de Prosper Mérimée.

Elle met en scène un antiquaire parisien répondant à l’appel d’un de ses confrères, provincial, qui a découvert par hasard une statue de Vénus. L’oeuvre d’art possède un regard troublant et, alors qu’un mariage se prépare chez les hôtes du spécialiste venu de la capitale, il semble qu’elle puisse être la cause d’événements mystérieux…

En 1835, lorsqu’il écrit cette nouvelle à la première personne, Prosper Mérimée vient d’être nommé inspecteur général des Monuments Historiques (quelques années plus tard, il classera d’ailleurs l’Abbaye Royale de Nieul-sur-l’Autise). Il a ainsi largement parcouru la France à la recherche des richesses de notre patrimoine. Nulle doute que cette expérience l’a influencé pour l’écriture de cette histoire, les objets du passé pouvant laisser planer un certain mystère propre à stimuler l’imagination.

Une réflexion au sujet de « La Vénus d’Ille de Prosper Mérimée »

Laisser un commentaire