Les nouvelles, Mourlevat, la vie !

Welcome, welcome !

J’ai le plaisir et l’avantage de vous présenter notre tout premier billet sur ce genre littéraire qu’Epona et moi adorons : la nouvelle

La nouvelle est un exercice formidable qui permet, en peu de pages, de créer un récit cohérent et totalement abouti.

Vous ne me croyez pas ? Vous devriez …

Créer de l’angoisse en 20 pages ?

Submerger d’émotions le lecteur … et le faire pleurer en 15 pages ?

Le faire rire en 2 pages !!!!!!

Si, si, c’est vrai … d’ailleurs, je fais partie des Lecteurs de Nouvelles Anonymes, les LNA on nous appelle … Toutes ces émotions, vous comprenez, c’était trop … alors on se retrouve entre addicts aux nouvelles et on en parle, est-ce déontologique de vous parler de nouvelles d’ailleurs, puisque vous serez forcément accros par la suite (petits rires)…

Le livre qui a aggravé mon amour déraisonnable pour les nouvelles est sans conteste « Silhouette » de Jean-Claude Mourlevat, que dire, il est GÉNIAL !!!

exe_silhouette.indd

Ses nouvelles sont ciselées comme des bijoux, rien n’est en trop.

Ses chutes sont d’une noirceur qui nous fait ressentir un plaisir coupable teinté de culpabilité heureuse …

Dire que j’ai été surprise par ses chutes est un euphémisme, ce recueil est également un recueil d’émotions, je n’ai rien deviné, JAMAIS !

« Silhouette » est édité chez Gallimard, dans la collection Scipto, c’est pour les ados, mais il faut savoir partager les jeunes car, je suis désolée, mais c’est aussi pour nous les adultes : nous aussi on a le droit de grincer des dents et de faire des O avec notre bouche tellement on est étonné par les histoires de Mourlevat ; j’ai même envie de l’appeler JC, tellement je l’ai apprécié, ou Jean-Clo … Il me dira si j’ai le droit de l’appeler comme ça en commentaire, si, si, j’y crois !

Si vous avez envie d’en savoir plus sur ce recueil (ce qui serait bien normal), peut-être pourrait-on vous faire quelques extraits en lecture à voix haute dans un prochain billet, mais on ne le fera que si on a des commentaires, sinon, rien, raout, nada !

Sur ce, je vous laisse emprunter le livre à la bibliothèque la plus proche ou l’acheter, car ce n’est pas de la publicité en l’air (je hais la pub), « Silhouette » vous scotchera !

BASTETbastet

 

 

3 réflexions au sujet de « Les nouvelles, Mourlevat, la vie ! »

  1. Ça démarre très fort, il faut absolument que je me procure ce livre ! Je ne suis en général pas fan des nouvelles mais ce billet donne vraiment envie.

  2. Je ne suis pas la seule à l’avoir aimé ce recueil (cf collègues + ceux qui ont dû subir mes lectures forcées pour leur prouver que c’est génial)!!! On a déjà fait une soirée sur les nouvelles vendredi dernier au Boupère et on en prépare une autre pour vendredi soir à Grosbreuil, et les deux bibliothèques ont craqué sur le 1er texte du recueil qui est grinçant, triste, mais tellement réel en même temps … On ressent ce que ressent le personnage principal, et, c’est … terrible !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *