Bastien Vivès, jeune prodige de la bande-dessinée française.

 

Né le 11 février 1984, Bastien Vivès représente une nouvelle génération d’auteur de bande dessinée. Salué par la critique pour ses romans graphiques Le Goût du chlore et Polina, il entre en 2012 dans la collection « Shampooing » dirigée par Lewis Trondheim, aux éditions Delcourt.

Bastien Vivès y décline en plusieurs tomes des strips issus de son blog  « Comme quoi » des thèmes qui lui sont chers : les jeux vidéo, l’amour, la famille, la bande-dessinée…Il fait preuve de beaucoup d’autodérision et d’un humour décapant.

On y appréciera un dessin épuré et délicat, ce qui tranche parfois avec le propos de l’auteur qui tourne en dérision l’univers de la bande-dessinée, les auteurs confrontés à leurs obligations : dédicaces, conférences….On y devine les frustrations et complexes d’un  Bastien Vivès qui laisse ici libre cours à son imagination, parfois…débridée.

Il nous parle ici de sa façon de travailler.

Voici ce qu’il dit de son art :

« Je voulais raconter des histoires qui me tenaient à cœur, c’était mon cinéma du pauvre. Mais j’ai découvert une puissance différente des autres arts, celle de l’ellipse. On peut raconter la disparition du monde en deux vignettes. »

Un auteur de BD qui a 32 ans, a déjà reçu deux prix du festival d’Angoulême , en 2009 pour Le goût du chlore, l’album qui l’a fait connaître au grand public, puis de nouveau en 2015 pour la série Lastman co-écrite avec Balak et Michaël Sanlaville. Un jeune auteur prometteur donc dont on entendra encore  parler à coup sûr dans les prochaines années.

Célia

[Sources ill. : Le goût du chlore/Bastien Vivès-Electre]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *