Olive Kitteridge d’Elizabeth Strout

Il y a ces livres intrigants qui demandent à tourner la page. Il y a ces livres légers qui donnent une couleur enjouée au quotidien. Et puis il y a ces chef-d’œuvres, ces livres qui ne parlent de rien d’autre que de la vie dans tout ce qu’elle a de banale mais majestueuse. Olive Kitteridge d’Elizabeth Strout fait définitivement partie de cette dernière catégorie.

Prix Pulitzer en 2009, ce livre est en fait un recueil de 13 nouvelles, 13 histoires plus ou moins liées qui mêlent différents personnages, leurs espoirs, leurs désillusions. Le personnage central est Olive Kitteridge, professeure, qui vit avec son mari et son fils dans une petite ville côtière américaine. Elle n’est pas gentille, plutôt franche et dure, mais marque profondément les gens qu’elle côtoie. Le lecteur suit sa vie durant 25 ans, avec ses mariages, ses décès et ses rencontres, et surtout ce mal-être.

Ce qu’aucun résumé ne peut rendre est le style d’écriture de l’auteure. D’une limpidité et d’une beauté sans pareil, elle offre une lecture simple et pourtant émouvante, où les sentiments sont aussi tangibles que les pages que le lecteur doit tourner. Cette écriture est d’autant plus étonnante que les propos échangés sont parfois durs, et prouvent combien le désespoir et la solitude peuvent influer sur de nombreuses vies. Mais quand l’humour noir et l’ironie, propres à Olive, parsèment les dialogues, le demi-sourire n’est jamais loin.

 

Frances McDormand est Olive Kitteridge

Cette oeuvre a également été adaptée par HBO dans une mini-série éponyme, avec dans le rôle titre Frances McDormand. A la beauté de la langue du livre font écho la beauté des images dans la mini-série, avec de larges plans sur la nature environnante.

J’ai trouvé le personnage d’Olive plus sombre, plus dur encore que dans le livre, mais peut-être est-ce parce que les dialogues résonnent d’autant plus à l’écran. L’actrice, qui a gagné un Oscar pour son rôle dans le film Fargo, est absolument renversante.

Retrouvez une bande-annonce ici

 

Cette mini-série m’en a rappelé une autre, Mildred Pierce, elle aussi adaptée d’une oeuvre littéraire (un roman écrit par James M. Cain) : à nouveau un destin de femme, avec une autre grande actrice au casting – Kate Winslet.

Alors, je ne sais pas si vous êtes d’attaque pour un livre et/ou une mini-série immensément beaux mais immensément mélancoliques, mais essayez quand même : ça vaut le coup ! Et surtout dites-moi ce que vous avez pensé d’Olive !

Corisande
Corisande

 

 

 

(Crédits photo : Electre / Canal+)

Laisser un commentaire