« Marguerite Duras » de Laure Adler

 

Cet ouvrage de Laure Adler édité chez Flammarion retrace la vie de Marguerite Duras, écrivaine française majeure du  XXème siècle en 5 chapitres passionnants. Largement illustré, vous y découvrirez des manuscrits, photos de cette femme de lettres hors du commun, engagée et qui ne cessera d’écrire.

Au fil du temps, l’écriture amène Marguerite Duras dans l’univers du cinéma et du théâtre. Son livre « Le barrage contre le Pacifique » est  adapté au cinéma et c’est en 1984 qu’elle obtient la consécration avec le prix Goncourt pour son livre « L’Amant ».

Marguerite Duras livre

1914-1932 : Les racines de l’enfance
Née en Indochine en 1914, Marguerite est élevée par une mère lui rappelant sans cesse qu’elle « peut mieux faire ».

« J’ai n’ai eu ni maison familiale, ni jardins connus, ni greniers, ni grands-parents, ni livre, ni camarades qu’on voit grandir. Rien de tout cela. Vous vous demandez ce qu’il reste ? Il reste ma mère. Pourquoi me le cacher ? »

1933-1947 : Temps de guerre
C’est une période où Marguerite devient une intellectuelle engagée, adhère au premier parti de France, allant vendre L’Humanité sur les marchés le dimanche.

« Dans cette période-là de ma première solitude, j’avais déjà découvert que c’était écrire qu’il fallait que je fasse. J’en avais déjà été confirmée par Raymond Queneau. Le seul jugement de Raymond Queneau, cette phrase-là : ‘Ne faites rien d’autre que ça, écrivez.' » 

1948-1963 : La reconnaissance
Marguerite accepte d’écrire le scénario « Hiroshima mon amour », commandé par Alain Resnais, qu’il lui permet ainsi d’obtenir la reconnaissance des milieux intellectuels et artistiques.

 « Je crois que j’ai recherché dans mes films ce que j’ai recherché dans mes livres. En fin de compte, il s’agit d’une diversion et seulement de ça, je n’ai pas changé d’emploi. Les différences sont très petites, jamais décisives. » 

1964-1979 : L’effervescence de la créationmarguerite duras
Marguerite ne cesse d’écrire mais aussi de tourner. Elle se met en scène dans Le Camion, au côté d’un jeune acteur, inconnu du grand public, Gérard Depardieu.

« Mon premier film est La Musica. L’histoire était déjà écrite, il suffisait de la tourner. J’ai eu envie de faire du cinéma parce que les films qu’on faisait avec mes romans étaient pour moi insoutenables. » 

1980-1996: La consécration
Le roman « L’Amant » rencontre un succès populaire avant d’obtenir le prix Goncourt en 1984, prix qu’elle ne viendra pas chercher.

« Mon écriture est la même depuis toujours. Ici, tout au plus, je me laisse aller sans crainte. Les gens n’ont plus peur de ce qui, en apparence en tout cas, semble incohérent. […] L’Amant est un livre tellement plein de littérature qu’elle semble paradoxalement très loin. On ne la voit pas. On ne doit pas voir l’artifice. C’est tout. […] »

 

logolitterature

 

Laisser un commentaire