Steve McQueen : The Man & Le Mans

 

Steve McQueen : The Man & Le Mans est un documentaire consacré à la genèse et la réalisation d’un long métrage tourné il  y a plus de quarante ans…

Alors qu’il est à l’apogée de sa gloire en 1970, Steve McQueen concrétise son rêve ultime :  produire « le film » sur Les 24 heures du Mans, l’épreuve automobile la plus prestigieuse au monde.

Ce film sera tout simplement intitulé Le Mans.

Le Mans devait être l’oeuvre de sa vie, lui qui se considérait avant tout pilote puis acteur et cinéaste. En évoquant son film Steve McQueen disait :

« Je doute qu’un coureur puisse expliquer pourquoi il court, mais il peut vous montrer »

« On a tenu à montrer ces images plutôt que d’expliquer pourquoi un homme court. Les sentiments qu’il éprouve, une grande sensation de liberté, c’est une sorte de trip »

Le projet était ambitieux :  plonger le spectateur dans la réalité de la course automobile, le faire vibrer au son des moteurs flat 12, v12 Porsche ou Ferrari, lui faire ressentir le plus justement possible ce qu’un pilote éprouve sur piste : l’adrénaline, la peur, la tension, l’extase, la rage de vaincre… Plus qu’une simple fiction romanesque sur fond d’asphalte et de chicanes, Le Mans devait être un témoignage crédible de la discipline sportive réalisé par l’un de ses plus grands passionnés.

Pour cela, Steve McQueen trouva l’argent nécessaire (une somme colossale à l’époque), fit engagé des pilotes professionnels pour jouer et filmer les séquences de course sur le circuit manceau à ses côtés.  Bien sûr, lui aussi pilotait et risquait sa vie. Le danger était omniprésent. La captation des séquences sur piste était parfois réalisée à près de 350km/h… (certaines d’entre elles ont été tournées durant l’édition de 1970 des 24 heures du Mans). Mais l’équipe de tournage n’avait pas froid aux yeux et était persuadée de réaliser un film hors-norme malgré l’absence de scénario…

Pourtant le rêve du « King of cool » a bien failli virer au cauchemar. Le tournage était très éprouvant pour tous, parfois chaotique et tragique pour certains. Steve McQueen, très impliqué dans la réalisation du film, n’a plus jamais été le même par la suite.

A sa sortie, Le Mans ne convainquit pas la critique… La promotion du film par l’équipe fut laborieuse. Steve McQueen n’était même pas présent à l’avant-première… A partir de cette époque, son engouement pour les sports mécaniques s’estompa… Une page de sa vie était définitivement tournée…

Pourtant Le Mans n’est pas tombé dans l’oubli, loin de là. Il est aujourd’hui considéré comme un véritable hommage cinématographique dédié à la course automobile et aux pilotes. L’histoire importe peu mais les séquences sur piste sont tout simplement bluffantes de réalisme et d’authenticité… Les prises de vues sont uniques.

Aucun film n’a depuis atteint un tel degré d’immersion sur piste. Avec Le Mans, Steve McQueen a finalement atteint son objectif :

« dépasser le mûr du film ».

The Man & Le Mans rend un bel hommage à ce film en dévoilant des rushs que l’on croyait détruits. Les images de ces pellicules sont fascinantes. Elles nous renvoient à l’âge d’or de la course automobile, aux véhicules légendaires d’alors comme la fameuse Porsche 917. La présentation de ces archives est ponctuée d’interviews de proches et de collaborateurs de Steve McQueen. Ces séquences très intéressantes et parfois émouvantes nous aident à mieux cerner cet acteur et pilote talentueux qui nourrissait une passion dévorante pour la course automobile et Les 24 heures du Mans… L’ivresse de la course à tout prix…

Pour visionner la bande annonce de The Man & Le Mans, cliquez ici

Elias

Elias
Elias

(sources photos : Allociné, OuestFrance)

Laisser un commentaire