Tous les articles par Elias

Dans l’ombre du « Chevalier noir »

batman

 

Cette illustration ne vous intrigue pas ?

Pourtant elle devrait, si vous connaissez un peu le personnage de Batman ! En principe Bruce Wayne alias Batman n’utilise jamais d’arme à feu et les déteste comme personne…

 

Et pour cause, c’est l’une d’entre elle qui est à l’origine du plus grand malheur de son existence : la mort de ses parents. D’ailleurs je vous mets au défi de me montrer une autre image de Batman en train de tirer ! (Bon, il en existe quelques-unes, mais très rares !).

L’histoire remonte à son enfance, lorsqu’un soir, alors qu’ils sortent du cinéma en famille, ses parents sont agressés par un bandit. L’affaire tourne mal, des coups de feu retentissent… ses parents en sang s’écroulent sur le sol, le tireur s’enfuit dans la nuit… Le garçon qui n’a rien pu faire, reste seul, vivant, le poids de la mort de ses parents sur la conscience…

Hanté par cette scène et par la culpabilité, le jeune Bruce Wayne fait alors le serment de dédier sa vie à combattre le crime, quoi qu’il en coûte…

Le personnage de Batman naît cette nuit-là, d’un fait divers tragique, dans un rue sordide de Gotham City (plus tard baptisée « Crime Alley »)…

batman. les chroniques de BatmanBatman est certainement l’un des super héros les plus intéressants, en tout cas pour ma part (soyons honnête, c’est mon préféré !). Il est différent de ses congénères. Pour lui, point de super-pouvoir dû à la science ou au surnaturel. Batman puise sa force dans sa détermination à mener un combat juste. Bien sûr, il bénéficie de toute une panoplie de gadgets Hi Tech, d’une force hors du commun mais là n’est pas l’essentiel du personnage et le plus important dans ses récits.

Batman, c’est avant tout un grand détective, et une volonté d’agir… qui peut paraître illusoire ou pathétique tant il y aurait à faire à Gotham City. Il en est conscient et sait qu’il n’y a qu’une seule issue possible à cette lutte effrénée contre le crime : la mort…

Oui, tôt ou tard il y laissera la vie… Qu’importe la justice, sa justice doit être rendue, même si pour cela il doit agir en dehors du cadre légal.

Et c’est là toute l’ambiguïté du personnage, de quel côté est-il vraiment ? Batman est-il du côté de la justice ou assouvit-il une vengeance ? Est-il du côté du bien ou du mal ? Est-il un héros ou un fou ? Difficile de trancher, les avis divergent selon les auteurs, les récits, les adaptations…

Il existe pourtant une grande différence entre lui et ses ennemis. Une règle qui a fait de lui le défenseur de Gotham et son plus grand justicier. Une règle qu’il ne doit à aucun moment transgresser, au risque de rejoindre le rang des criminels psychopathes de la ville : ne pas utiliser d’arme à feu et ne pas tuer ses ennemis intentionnellement !

Même si la mort est bien souvent présente dans ses aventures, ce n’est pas délibéré, Batman n’est pas un exécuteur.
joker brian bollanUn criminel, son pire ennemi, l’a bien compris et va tenter par tous les moyens (généralement les pires) de le pousser à franchir ce point de non-retour et à commettre l’acte irréparable. Son nom, le Joker… On ne sait grand chose de lui à part qu’il est complètement dément et imprévisible…

A maintes reprises, le Batman sera tenté, et aura l’opportunité d’en finir avec le Joker, de manière définitive…

Il ne l’aurait jamais fait, enfin jusqu’à maintenant…*

*Le roman graphique « Killing Joke », un classique des aventures du justicier (par Alan Moore et Brian Bolan s’il vous plait), laisse le lecteur dans le doute quant à cette éventualité…

 

Elias
Elias

Une chanson que je n’oublie pas : Mala vida de La Mano Negra

 

Aujourd’hui j’enrichis la rubrique récemment créée par Bastet d’un nouveau billet, cette fois-ci dédié à La Mano Negra et leur fameux titre Mala vida.

Quel souvenir m’évoque cette chanson? Et bien à vrai dire, je n ‘en sais rien. En fait, je l’adore depuis toujours. C’est d’ailleurs l’une des rares car bien souvent au fil des années, on s’identifie à des artistes ou styles musicaux pour finalement les délaisser, les jugeant démodés ou en décalage avec notre état d’esprit du moment.

Mais pas avec Mala vida! Cette chanson a toujours tenu une place à part dans mes références musicales.

Enfin quoi ! La Mala vida, c’est la Mala vida !

Pour être honnête ce que j’apprécie franchement dans cette chanson, c’est l’énergie et la vitalité qu’elle dégage. Le mélange des sonorités (rock, ska, fanfare), le rythme endiablé, les paroles en espagnol participent à faire de Mala vida, un morceau enthousiaste teinté de chaleur et de soleil, un brin rétro, dépaysant en tout cas! Un condensé d’influences pour une chanson vraiment festive !

On reconnait bien là l’univers musical de cette incroyable formation qu’était La Mano Negra!

Je ne sais pas pour vous, mais quand j’écoute Mala vida, je n’imagine pas vraiment un univers triste et terne. Quant aux paroles, elles parlent d’amour évidemment, les voici (c’est le moment de ressortir le dictionnaire français/espagnol rangé au fond du tiroir depuis le lycée…)

Tu me estás dando mala vida                                                                                                                                   Yo pronto me voy a escapar                                                                                                                                Gitana mía por lo menos date cuenta                                                                                                                Gitana mía por favor tu no me dejas ni respirar                                                                                               Tu me estás dando mala vida

Cada día se la traga mi corazón                                                                                                                               Dime tu porque te trato yo tan bien                                                                                                                     Cuando tu me hablas como a un cabrón                                                                                                   Gitana mía mi corazón está sufriendo                                                                                                             Gitana mía por favor sufriendo malnutrición                                                                                                  Me estás dando m’estás dando mala vida

Cada día se la traga mi corazón                                                                                                                       Dime tu porque te trato yo tan bien                                                                                                                 Cuando tu me hablas como a un cabrón                                                                                                           Me estás dando me estás dando Ché                                                                                                                   Mi corazón

Soleil

Tu me estás dando mala vida                                                                                                                                     Yo pronto me voy a escapar                                                                                                                               Gitana mía por lo menos date cuenta                                                                                                           Gitana mía por favor tu no me dejas ni respirar                                                                                              Tu m’estás dando m’estás dando mala vida

Cada día se la traga mi corazón                                                                                                                         Cada día se la traga mi corazón                                                                                                                        Cada día se la traga mi corazón                                                                                                                            Cada día se la traga mi corazón                                                                                                                           Cada día se la traga mi corazón                                                                                                                                 Cada día se la traga mi corazón                                                                                                                       Cada día se la traga mi corazón

Pour visionner le clip de cette chanson cliquez ici

Si vous souhaitez découvrir quelques uns des meilleurs titres de La Manon Negra, je vous conseille d’écouter les albums suivant : Patchanka, Puta’s fever et King of the Bongo.

Et puis, si jamais le cœur vous en dit, faites donc un pause-lecture avec l’excellente BD de Frantz Duchazeau intitulée La main heureuse.

L’auteur raconte le périple mouvementé qu’il a effectué avec un copain pour assister à un concert La Mano Negra à la fin des années 80. « La Mano » à Bordeaux?? Impossible de rater un tel événement pour les deux ados, quitte à faire 100Km à deux sur une mobylette!

 

Je conclue ce billet avec une dernière chanson de La Mano que j’apprécie particulièrement, elle est intitulée Salga la luna

Elias
Elias

(sources photos : Casterman – Amazon)

Peaky Blinders de Steven Knight

 

Depuis quelques années déjà, les séries télévisées connaissent un regain de popularité. Avec des moyens dignes des plus grandes productions hollywoodiennes et des scénarios de qualité, certaines d’entre elles rivalisent clairement avec les meilleurs longs-métrages.

Parmi les séries incontournables du moment, il y en a une que j’apprécie tout particulièrement. Elle est britannique et se nomme Peaky Blinders.

A mi chemin entre le film de gangsters et le film historique, cette série nous plonge dans les bas-fonds de la ville de Birmingham en Angleterre au lendemain de la Première Guerre mondiale…

Birmingham est une ville cosmopolite où se croisent des communautés des quatre coins du monde. La plupart des gens y mènent une vie laborieuse et discrète. Mais d’autres individus moins respectables, sont résolus à enfreindre toutes limites pour survire et s’enrichir.

A vrai dire, il ne fait pas bon vivre dans les quartiers populaires de Birmingham à cette époque… La rue est aux mains des gangs qui y mènent une lutte acharnée pour en assurer le contrôle et développer leurs affaires douteuses.

Parmi ces gangs, il y a celui des Peaky Blinders dirigé par la famille Shelby. C’est un drôle de nom que l’on pourrait traduire par « aveugleurs à visière ». Ce sobriquet fait référence à l’un des accessoires fétiches de ces criminels : une casquette avec des lames de rasoirs cousues dans la visière. Cette simple casquette en apparence devient une arme redoutable lors des combats de rue.

En clair, les Peaky Blinders ne sont pas des enfants de chœur…

Cette série nous raconte leur histoire et leur essor au sein du crime organisé.

Qu’importe les intrigues politiques, les mises en garde de certains puissants, les positions de la Couronne, les Peaky Blinders n’ont de comptes à rendre à personne.

Bien qu’ils se considèrent affranchis de toute forme d’autorité, les Peaky Blinders sont pourtant rattrapés par les grands événements de l’époque (montée en puissance de l’IRA, Guerre civile russe…). Une actualité explosive qui semble les dépasser…

Enfin rien n’est moins sûr, car Thomas Shelby le chef de gang est un homme d’affaire avisé, déterminé et ambitieux. Il sort toujours sa famille des situations les plus délicates.

Les affaires sont les affaires, Birmingham sera bientôt aux mains des Peaky Blinders ! Ils se sont battus à coup de poing dans les rues pour asseoir leur autorité. Demain s’il le faut, ils poursuivront leur ascension dans les soirées mondaines auprès des gens « respectables ».

Au fil des épisodes, la famille Shelby va s’attirer bien des ennuis et se faire de nombreux ennemis… Bientôt les casquettes avec lames de rasoir vont paraître bien illusoires face aux nouveaux périls, quoique…

…Les gars de Birmingham sont des enragés, ils ne tomberont pas sur le pavé sans décrocher un dernier coup…

Bref,

Peaky Blinders une série vraiment captivante portée par des acteurs talentueux(Cillian Murphy, Annabelle Wallis, Tom Hardy…). La B.O. est étonnante, tout à fait originale car complètement anachronique! Des morceaux d’artistes aussi divers que Nick Cave, The White Stripes, Arctic Monkeys rythment les différentes scènes. Les choix musicaux participent à faire de Peaky Blinders, une série à la fois originale et moderne.

Pour avoir un petit aperçu de la série, cliquez ici

Elias
Elias

(sources photos : sites.arte.tv – wikipedia)

 

Parker- Le chasseur de Darwyn Cooke

 

New York, 1962.

Parker est un criminel confirmé et Il arrive en ville pour régler une sale affaire. Certaines personnes l’ont trahi et ça, Parker ne peut l’accepter… Pire, on lui doit de l’argent, beaucoup d’argent…

L’histoire remonte à quelques mois. A l’époque, Parker préparait un gros coup, un braquage à 90 000 dollars. Lynn, la femme qu’il fréquentait alors, était aussi de la partie ainsi qu’un certain Mal Resnick. Mais ces derniers ont préféré se partager le butin à deux… Parker était de trop. Les deux complices ont donc planifié sa mort juste après le braquage.

Piégé, il est laissé pour mort dans une maison en feu. L’histoire aurait pu s’arrêter là mais Parker est du genre « dur à cuire ». Finalement, il s’en sort. Après plusieurs mois de vagabondage et de prison, le voici à New York…

Lynn et Resnick vont amèrement regretter leur mauvaise conduite. Parker est résolu à se venger et à récupérer sa part du magot, quitte à bousculer les représentants de la branche new-yorkaise de l’Organisation

Parker est un personnage de roman crée dans les années 60 par Richard Stark ( de son vrai nom Donald Westlake). Il faut attendre les années 2000 pour que les aventures de Parker soient adaptées en bandes dessinées. Le projet est confié à un auteur de comics renommé : Darwyn Cooke. La série est publiée en France chez Dargaud, elle se compose de 4 tomes dont le premier intitulé Le chasseur.

Darwyn Cooke possède un style graphique singulier, résolument vintage. Son dessin colle parfaitement à l’ambiance et à l’époque du récit. La bichromie des planches accentue cet effet rétro, ce qui est très plaisant !

Bonne lecture

Elias

Elias
Elias

(sources photos : electre, Bedetheque)

« London Calling » The Clash

 

Le Royaume -Uni en 1979 est un état au bord de l’implosion…

Une profonde crise économique et un climat social désastreux entraînent le pays dans une tourmente sans précédent. Quand Margaret Thatcher arrive au pouvoir, les contestations parmi les classes populaires sont vives. Elles s’amplifierons au cours des années suivantes. Le Royaume-Uni est alors en pleine mutation, c’est le début d’une nouvelle ère…

Un groupe de punks va dénoncer avec rage ce contexte de marasme et d’incertitudes :

THE CLASH !

Cette année-là, ils enregistrent leur troisième album, certainement le plus important de toute leur carrière. Lors de son enregistrement, les musiciens délaissent l’esprit insolent du punk qu’ils assumaient jusque-là, pour une attitude plus mature, grave et inspirée.

Cet album sera celui de la consécration pour The Clash. Il deviendra l’un des plus mythiques de l’histoire du Rock’n’Roll.

Son nom : London Calling

19 titres

65 minutes (en gros)

2 vinyles

Et une pochette incontournable (un clin d’oeil à un album d’Elvis Presley)

 

 

Cet album a initialement été vendu sur un double vinyle mais chose notable, au prix d’un simple ! C’était le parti pris du groupe : rendre London Calling  accessible au plus grand nombre. Le prix ne devait pas être un frein à l’écoute. Au final malgré son succès retentissant, l’album n’a pas été très rentable pour le groupe. Ce n’était pas son ambition.

London Calling est une oeuvre originale et puissante ! C’est un formidable condensé de sonorités très diverses traduisant une grande ouverture d’esprit musicale de la part du groupe. Chaque membre y apporte ses propres inspirations : rockabilly, reggae, ska, soul, new wave et pop…  Cet éclectisme musical tout à fait inédit dans le rock, va désormais définir le style de The Clash.

Avec cet album, le groupe ouvre de nouveaux horizons aux différentes mouvances issues du rock. Bien des groupes revendiqueront par la suite l’héritage musical de The Clash ainsi que leurs prises de positions.

London Calling c’est aussi et surtout un cri, celui de quelques indignés qui malgré les contestations formulées, restent déterminés à croire en un monde meilleur.

je vous propose de visionner un clip, celui du single légendaire London Calling (oui, comme l’album, une référence à l’émission de la BBC pendant la Seconde Guerre mondiale). On y retrouve les quatre musiciens de la formation de l’époque : Joe Stummer et Mick Jones au chant à la guitare, Paul Simonon à la basse et Topper Headon à la batterie.

Pour voir le clip, cliquez ici

Elias

Elias
Elias

(source photo : amazon, Wikipedia)

Vin, gastronomie et bande dessinée

 

Alexandre Dumas a dit « Le vin est la partie intellectuelle d’un repas. Les viandes et les légumes n’en sont que la partie matérielle. »

Tout est dit !

Un bon vin choisi judicieusement, donne une nouvelle dimension à la dégustation d’un plat. Le vin est un incroyable révélateur de saveurs. Il participe à souligner certains ingrédients, à dévoiler des arômes (que les plats contiennent discrètement ou de nouveaux).

Sa composition, son cépage, sa vinification confèrent au vin une identité propre selon les terroirs. C’est elle qui apportera une « tonalité » toute particulière au plat en l’agrémentant de touches tantôt racées, veloutées, légères . Lors du repas, la perception du goût est différente, plus subtile.

Apprécier un bon vin  requiert de l’expérience, de la concentration et un bon palais ! Le vin c’est tout un art ! En tout cas c’est aussi une science : l’œnologie. Le vin est intimement lié au métier de vigneron bien entendu. Ce métier de passionnés perpétue un savoir-faire, se renouvelant sans cesse. Là est tout le défi du vigneron : s’inscrire dans la tradition tout en répondant aux exigences  des marchés actuels!

Bref, je m’égare mais il y a tellement à dire sur l’univers viticole !

En tout cas certains auteurs de bandes dessinées sont du même avis. Ils  rivalisent d’imagination pour évoquer ce milieu et lui rendre hommage !

Voici trois références du genre :

Les ignorants d’Etienne Davodeau

C’est un roman graphique original relatant une rencontre tout à fait singulière, celle d’Etienne Davodeau (auteur de BD donc) et du vigneron Richard Leroy.

Tous les deux sont amis mais ne connaissent pas réellement l’activité professionnelle de l’autre. Ensemble ils se lancent un défi : se transmettre leurs passions et faire découvrir leurs métiers respectifs. L’expérience a duré une année et reste mémorable pour chacun d’entre eux !

Les gouttes de Dieu de Tadashi Agi et Shu Okimoto

C’est un manga captivant en 44 tomes. Nous suivons l’histoire de Shizuku dont le père Yutaka Kanzaki est un célèbre œnologue et propriétaire d’une collection de vins exceptionnelle. Lorsque ce dernier décède, il laisse un testament plutôt singulier. Sa très riche cave reviendra à celui des ses fils qui saura résoudre 12 énigmes sur 12 vins et identifier le 13e, Gouttes de Dieu. Shizuku qui avait refusé de suivre l’enseignement de son père sur le vin par rébellion, se trouve maintenant en compétition avec son frère adoptif qui est devenu un sommelier réputé…

Châteaux Bordeaux d’Eric Corbeyran et Espé

A la mort de leur père, les trois enfants Baudricourt héritent de l’exploitation familiale, un vaste domaine situé au coeur du Médoc. Alexandra voit dans cet héritage l’opportunité de rebâtir sa vie sur les terres de son enfance. Pour réussir elle doit tout apprendre et faire face à l’hostilité de son entourage.

Bonne lecture !

et bonne dégustation !

Elias
Elias

Elias

(sources photos : alohamalakhov-Pixabay, Electre)

La trilogie de Riff Reb’s

 

Partons aujourd’hui à l’aventure avec Riff Reb’s !!!

Riff Reb’s est à la fois auteur de bande dessinée, illustrateur d’albums jeunesse et collaborateur occasionnel pour diverses parutions. Bref, c’est un artiste plutôt sollicité et créatif !

Riff Reb’s est aussi et surtout l’auteur d’une remarquable trilogie en BD dédiée à la littérature maritime. Chacun des tomes est en fait une adaptation en one-shot d’un roman ou de nouvelles.

Et pas des moindres !

Pêle-même, nous croisons au fil de ces trois BD les récits de Jack London, Robert Louis Stevenson, Victor Hugo, Pierre Mac Orlan

L’univers graphique de Riff Reb’s se marie à merveille avec chacun d’entre eux. L’utilisation de la bichromie participe à révèler les diverses ambiances animant ces histoires. Le trait semi-réaliste de Riff Reb’s rend le faciès des personnages très expressif. Ces individus rongés et usés par la vie en mer, apparaissent bien souvent sinistres et tourmentés quand ils ne sont pas en proie à la folie..

La mer s’immisce toujours en toile de fond dans les visuels et la narration. Tantôt déchaînée ou calme en apparence, elle semble toujours intimidante pour ne pas dire inquiétante et oppressante…

Voici une courte présentation de chaque tome :

A bord de l’Etoile Matutine (librement adapté du roman de Pierre Mac Orlan)

Nous suivons l’histoire d’un jeune voyou et criminel qui, pour échapper à la justice, décide d’embarquer à bord d’un navire. L’aventure commence pour lui…

 

Le loups des mers (librement adapté du roman de Jack London) :

La raison du plus fort : telle est la devise de Loup Larsen, capitaine de la goélette phoquière Le Fantôme. Recueilli à la suite d’un naufrage, Humphrey Van Weyden, un homme de lettres, va être contraint de vivre dans l’enfer de la goélette du violent Loup Larsen…

 

Hommes à la mer (huit nouvelles librement adaptées)

Huit récits graphiques tirés de nouvelles d’auteurs célèbres, dont l’action se déroule sur les océans et entrecoupés de doubles pages illustrées de grands textes : Kernok le pirate, Le sphinx des glaces…

 

Bonne lecture !

Elias

Elias
Elias

(sources visuels : electre)

Zaï Zaï Zaï Zaï de Fabcaro

 

Alors qu’il se présente à la caisse d’un magasin pour régler ses courses, Fabrice réalise l’impensable. Il a oublié sa carte de fidélité dans la poche de son autre pantalon !!! Comment a-t-il pu ??? Qui pourrait comprendre ???

Gardant tant bien que mal son sang-froid, il tente de s’expliquer auprès de la caissière. La tension monte d’un cran lorsqu’un vigile intervient. C’est clair désormais, Fabrice est dans de sales draps…

Le vigile tente de l’interpeller mais Fabrice réagit en s’armant d’un poireau tout juste acquis ! Puis, la situation dégénère complètement. Le vigile menaçant, annonce même au client qu’il s’apprête à réaliser une roulade arrière (figure qu’il maîtrise pourtant moyennement) mais en vain… Fabrice s’enfuit du magasin (en marchant très rapidement comme quelqu’un qui court).

En quelques secondes seulement Fabrice, auteur de BD sans histoires, est devenu l’ennemi public n°1…

Entamant une fuite effrénée (parfois en voiture mais plus souvent à pied), le fugitif solitaire part à la recherche d’une planque, dans un endroit perdu et coupé monde. Il choisit la Lozère…

Zaï Zaï Zaï Zaï (un titre qui parlera à tous les fans de Joe Dassin et ils sont nombreux) est un road movie farfelu délirant et jubilatoire!

Au fil des pages, Fabcaro nous inondent de répliques et de dialogues aussi absurdes qu’insensés pour notre plus grand bonheur! Chaque planche est prétexte à un nouveau gag mettant en scène Fabrice ou d’autres personnages en marge de l’histoire.

Le comportement et les commentaires de ces individus révèlent les travers de notre société. Avec Zaï Zaï Zaï Zaï, l’auteur se moque gentiment de ces concitoyens en détournant les grands débats qui animent la France d’aujourd’hui : impact des médias, oppositions politiques, intégrations des minorités, tensions sociales, individualisme…

Bref si vous appréciez l’humour absurde et la satire sociale (et Joe Dassin), je vous recommande vivement la lecture de cette bande dessinée d’humour!

Et puisque vous avez pris le temps de lire mon billet, voici une petite récompense, quelques planches de Zaï Zaï Zaï Zaï !!!

Bonne lecture !

Elias

Elias
Elias

(sources photos : electre – actuabd.com – BDZoom)