Tous les articles par Epona

Anecdotes historiques et gourmandes

Mais au fait, savez-vous comment se crée une recette ? Comment les soeurs Tatin on inventé la tarte du même nom ? Comment Rossini composa son tournedos ? D’où vient la pêche Melba ? Vous découvrirez tout cela et bien d’autres anecdotes gourmandes encore dans le livre Petites histoires de derrière les fourneaux de Florence Noiville. 

 

Entrée : le vol-au-vent
On doit l’invention du vol-au-vent au brillant pâtissier Antonin Carême (1783-1833).
Alors qu’il est au service du prince de Condé, particulièrement gourmand de tartes, Antonin se met à la recherche d’une pâte légère. Il fait plusieurs essais puis met au four deux cercles de pâte réunis par un ruban de pâte feuilletée. Une fois enfournée, la pâte s’élève dans les airs. Un cuisinier dit « Antonin, regarde ! Ta tourte vole au vent. » Ainsi est née la croûte du vol-au-vent. Après, il suffit de la garnir de champignons.
Ensuite, Antonin Carême poursuit son ascension et devient cuisinier personnel de la famille Rothschild.

 

Plat : le poulet Marengo
Marengo est une petite ville située au nord-ouest de l’Italie. Nous sommes en 1800 et la bataille fait rage entre les Autrichiens et les Français emmenés par Bonaparte. Le combat s’enlise puis on finit par donner la charge : voici les Autrichiens en déroute. Mis en appétit, Bonaparte demande un repas fastueux mais catastrophe : les fourgons de ravitaillement sont lien derrière.
Le cuisinier décide d’utiliser tout ce qu’il pourra réquisitionner sur place : poulets, tomates, champignons, huile d’olive, persil, herbes. Il arrose le tout d’un vin blanc récupéré chez les Italiens. On dit que Bonaparte trouva ce repas délicieux. C’est depuis ce jour devenu un classique.

 

Dessert : la pêche Melba
Avant de désigner un dessert, la Melba était d’abord une femme, une grand cantatrice : Nelly Melba, connue pour interpréter superbement les opéras de Wagner. En 1893, un soir, elle rentre dans son hôtel à Londres et le célèbre cuisinier de l’époque, Escoffier, a préparé un grand dîner en son honneur. Comme il est question d’un cygne dans l’opéra qu’elle vient d’interpréter, il a voulu reproduire l’animal avec une demi-pêche dans de la glace à la vanille, le tout nappé d’une purée de framboises légèrement sucrées. Ainsi, la pêche Melba était née.

 

Et vous, vous connaissez d’autres anecdotes gourmandes ?

Epona

(sources images : Electre, vol au vent : Cuisine AZ, poulet : Pixabay/RitaE, pêche : Flickr)

Avant d’aller dormir de S.J. Watson

Avec le roman Avant d’aller dormir, S.J. Watson nous emmène dans une histoire incroyable. 

Chaque matin, c’est le même effroi. La même surprise. En se découvrant dans la glace, Christine a vieilli de vingt ans. Elle ne connaît ni cette maison, ni l’homme qui partage son lit. Elle se réveille chaque matin se croyant étudiante célibataire alors qu’elle est mariée et a 47 ans.
Et chaque matin, Ben lui raconte. L’accident. L’amnésie…

Son psychologue lui conseille alors de tenir un journal intime qu’elle lit ensuite au long de la journée. Elle y découvre les incohérences, les questions, tout ce qu’on lui cache chaque matin, posément. Peut-être pour son bien… Peut-être pas.

Watson nous livre ici un roman noir et sombre où l’héroïne cherche dans les tréfonds de sa mémoire ce qui pourrait ressembler à une vie. On découvre avec elle les révélations découvertes au fil des jours, les secrets bien cachés, les souvenirs bien enfouis qui remonteront à la surface.
Et, chaque matin, tout comme Christine, on remet tout en place, on essaie de reconstruire son puzzle pour ainsi former quelque chose de cohérent qui ait un sens.

L’histoire est très bien ficelée et terriblement prenante et haletante. Ce premier roman est très réussi : on y trouve également une formidable tension qui va crescendo pour terminer sur un final bluffant.

Ce thriller psychologique a reçu le Prix SNCF du polar en 2012. Il a également été adapté au cinéma en 2014 avec Nicole Kidman dans le rôle de Christine. Voici la bande-annonce ici.

Epona

(source images : Electre)

Certaines n’avaient jamais vu la mer

Dans de nombreux romans, la mer apparaît comme une passerelle pour aller vers une nouvelle vie. Avec le roman Certaines n’avaient jamais vu la mer, Julie Otsuka nous raconte comment des milliers de Japonaises ont quitté leur pays pour épouser aux Etats-Unis un homme qu’elles n’avaient pas choisi.

 

 

En 1919, des milliers de Japonaises partent rejoindre aux Etats-Unis des compatriotes auxquels elles sont promises. C’est après une éprouvante traversée de l’océan Pacifique qu’elles rencontrent pour la première fois à San Francisco leur futur mari. Celui pour lequel elles ont tout abandonné. Celui dont elles ont tant rêvé. Celui qui va tant les décevoir.
Bercées d’illusions, elles vont endurer de cuisantes déceptions face à des maris brutaux, la xénophobie, un travail harassant, la barrière de la langue.

Dans ce roman, on ne trouve pas une héroïne mais de nombreuses voix qui interpellent, qui bouleversent terriblement. L’émotion est réellement présente tout au long du livre, servie par une écriture tout en finesse, puissante et poétique.

Formidable écrivain, Julie Otsuka a présenté Certaines n’avaient jamais vu la mer lors de sa venue en France à l’occasion du Festival America 2012.

 

Image de prévisualisation YouTube

Epona

(source images : Electre)

Bienvenue dans le Wyoming

 

Nous évoquons depuis quelques semaines les grands espaces américains. Arrêtons-nous un instant sur l’état du Wyoming !

Carte d’identité du Wyoming 

Capitale : Cheyenne
Nombre d’habitants : 563 000
Superficie : 250 000 m² (soit la moitié de la France)
Date d’entrée dans l’Union : 10/07/1890 (44ème état)

 

Des espaces naturels d’exception

C’est une grande région aux paysages magnifiques à la jonction des Hautes Plaines et des rocheuses. Sur ces territoires très variés, le climat est capricieux. Aride ou montagneux, il offre peu de place à l’agriculture. Le ranching (méthode d’élevage avec une faible densité d’animaux), la production de foin, de betteraves à sucre, de céréales et de laine sont les seules activités terriennes.

Le premier monument national y est consacré : Devil’s Tower. En 1872, la création du Parc National de Yellowstone marqua la naissance du concept de Parc National dans le monde. Il est le deuxième plus grand parc des Etats-Unis (presque 9000 km²). Véritable temple des phénomènes géothermiques, on peut y apprécier la beauté de presque 10 000 geysers et sources chaudes. Avec un peu de chance, on y fait la rencontre de quelques mythiques mammifères : ours noirs, élans, wapitis, grizzlis… Quelques photos ici.

Parmi les autres sites majeurs, le Parc National de Grand Teton est composé d’une impressionnante cuvette glaciaire et de nombreux lacs où l’on aperçoit des pélicans et des wapitis.

Des particularités multiples

Son nom, Wyoming, vient d’une contraction du mot indien Mecheweamiing qui signifie « Les Grandes Plaines ».

Par ailleurs, le Wyoming fut le premier état américain à accorder le droit de vote aux femmes en 1869. Il fut aussi à l’avant-garde en élisant une femme gouverneur en 1925.

Cheyenne, la capitale, est considérée comme la capitale de l’Ouest Sauvage, qui produit chaque année le plus grand rodéo du monde. On y trouve également Cody, ville mythique fondée par « Buffalo Bill », célèbre homme de spectacle.

Le Wyoming comme source d’inspiration

On connaît cet état pour ses histoires de cow-boys, trappeurs, guerres indiennes et caravanes de pionniers. Ces récits romanesques et la nature particulière inspirent fortement les artistes, écrivains et cinéastes. On le voit réellement à travers tous les documents présentés sur ce blog.

D’autres informations ici sur le site de l’Office de tourisme des Etats-Unis.

 

Epona

(sources images : une : Pixabay/tpsdave, carte et images billet : Wipikedia)

L’île du serment de Peter May


Peter May
est devenu un romancier écossais incontournable. Il est auteur de romans policiers et s’est fait un nom à la télévision britannique en créant des scénarios de séries télévisées, très prisées outre-Manche. Avec L’île du serment, il nous entraîne dans un voyage à travers le temps et les lieux, on découvre tout un pan de l’histoire écossaise.

L’histoire se déroule lieu sur l’île d’Entry Island, à l’est du Canada, petite île peuplée de personnes originaires d’Ecosse. Tout y est paisible jusqu’à cette nuit de tourmente où James Cowell est poignardé à mort. Sa femme prétend qu’un assaillant s’en est pris à elle avant de tuer son mari, mais tous suspectent l’épouse. L’enquêteur en place ne le pense pas coupable : il a cette impression particulière de la connaître depuis toujours.

Dans ce roman, Peter May mêle enquête policière, fantastique et souvenirs personnels. On ressent vraiment son amour pour l’Ecosse : il nous raconte la vie sur les îles Hébrides, la famine des pommes de terres, l’exil forcé des habitants vers le Canada. Au-delà de cette plongée dans le passé, il nous livre une enquête policière sur fond de paysages sauvages magnifiques et inquiétants, balayés par des vents furieux.
Un roman magnifique !

Pour en savoir plus sur Peter May, découvrez son site en français (il vit en France depuis de nombreuses années).

Epona

(source image : Electre)

Portrait de Sylvain Tesson

Géographe de formation, Sylvain Tesson est considéré comme un grand voyageur français. Il a parcouru de nombreuses régions du monde, en particulier l’Asie centrale et l’Himalaya.  Écrivain de renom, il est l’auteur de différents genres de récits : récits de voyage, nouvelles, essais.

sylvain_tesson

 

dans-les-foretsDans son ouvrage Dans les forêts de Sibérie, Sylvain Tesson nous fait partager sa retraite de 6 mois dans un cabane au bord du lac Baïkal, par – 32 degrés, à 5 heure de marche du premier voisin. Ce journal lui a valu le Prix Médicis 2011.

 

berezina

 

Avec Bérézina, une nouvelle aventure commence. Cette fois-ci, c’est sur les traces de Napoléon que Sylvain Tesson s’engage. En effet, il décrit son voyage en side-car de Moscou à Paris, 200 ans presque jour pour jour après la retraite de Russie. Grâce à ces 15 jours de route, l’écrivain nous offre un récit d’aventure atypique, entre histoire personnelle et grande Histoire.

 

sur-les-chemins-noirsDans son dernier récit, Sur les chemins noirs, Sylvain Tesson nous fait partager une nouvelle aventure : la traversée de la France à pied. Le voyageur se donne comme objectif de traverser le pays en évitant dans la mesure du possible les zones urbaines. C’est pour cela qu’il débute son périple dans le Mercantour pour l’achever sur les côtes du Cotentin. Ce voyage est l’occasion de redécouvrir ce que l’auteur appelle les chemins noirs : sentiers, pistes, traces historiques de la France rurale.

 

A chaque publication, Sylvain Tesson nous entraîne dans ses aventures mais ce sont aussi de magnifiques voyages intérieurs que l’on vit avec lui.

Epona

(sources images : livres : Electre, photo : Wikipédia)

Connaissez-vous vraiment Fred Vargas ?

Rien de tel qu’un petit quizz pour tester vos connaissances sur l’auteur incontournable Fred Vargas !

1- Fred Vargas est
– un homme
– une femme

2- Fred Vargas est un pseudonyme. A quoi fait-il référence ?
– à Valentina Vargas, actrice chilienne
– à Mario Vargas Llosa, écrivain péruvien
– à Maria Vargas, personnage joué par l’actrice Ava Gardner

3- Quel est son véritable nom ?
– Frédérique Ardouin-Rousseau
– Frédérique Audoin-Rouzeau
– Frédérique Bardouin-Rousseau

4-Quel est le premier métier de Fred Vargas ?
– avocate
– architecte
– archéologue

5- Comment s’appelle l’enquêteur récurrent de ses romans ?
– Adam Dalgliesh
– Jean-Baptiste Adamsberg
– Fabio Montale

6- Le commissaire vit une histoire d’amour compliquée avec une femme, Camille Forestier. Quel est son métier ?
– pâtissière – zingueur
– musicienne – plombier
– cuisinière – soudeuse

7- Quel est le 1er roman de la série du Commissaire Adamsberg ?
– Sous les vents de Neptune
– L’Homme aux cercles bleus
– Dans les bois éternels

8- Lequel de ses romans a été adapté au cinéma ?
– Temps glaciaires
– Sous les vents de Neptune
– Pars vite et reviens tard

A vous de jouer ! J’attends vos réponses !

Epona

Une enquête extravagante d’Arto Paasilinna

Partons à présent en Finlande avec Arto Paasilinna pour son roman « Le potager des malfaiteurs ayant échappé à la pendaison« . Quel titre et quelle couverture !

potager-des-malfaiteurs

L’inspecteur principal, la quarantaine sportive, est envoyé par la Sécurité nationale finlandaise dans l’ouest de la Laponie. Il doit enquêter sur un ancien kolkhoze reconverti en une florissante exploitation agricole spécialisée dans la culture biologique d’herbes aromatiques, de sapins de Noël et de champignons.

Peu à peu, l’inspecteur découvre que les immenses champignonnières sont en réalité un camp de travail forcé où la patronne de l’exploitation, une veuve au caractère bien trempé, séquestre des malfrats ayant échappé aux griffes de la justice.

Sensé faire appliquer la loi, il se retrouve dans l’illégalité. En effet, il est séduit par la philosophie de l’entreprise – et par la fille de la patronne . Il s’embarque corps et âme dans cet étrange projet.

Je ne me suis pas ennuyée un seul instant tant l’histoire très originale et drôle : le lecteur est partagé entre une enquête policière, des kidnapping, la construction d’un aéroport en pleine Laponie et une histoire d’amour.

Un roman haletant et extravagant, même s’il manque parfois de vraisemblance.

D’autres romans de cet auteur scandinave sont tout aussi décalés comme « Le lièvre de Vatanen » ou « Petits suicides entre amis« .

Découvrez ici Arto Paasilinna, cet auteur drôlissime, dans un article de L’Express.

Epona

(source image : Electre)