Voyage: Carnets d’Orient

Carnets d'OrientDécouvrez ces femmes qui voyagent ! Après une saison passée à découvrir l’Asie à travers les récits fondateurs de la littérature de voyage, nous vous proposons de continuer l’aventure grâce à des récits de « FEMMES D’EXCEPTION ».

Festival Etonnants Voyageurs

Amoureux de littérature et de découvertes, Saint-Malo accueille le Festival Étonnants Voyageurs du 3 au 5 juin 2017, festival international du livre et du film.

Créé en 1990, le Festival Étonnants Voyageurs attire chaque année environ 60 000 visiteurs et nous emmène à la découverte de littératures d’ici et d’ailleurs… de l’Orient à l’Amérique Latine en passant par l’Afrique. Comme chaque année, lectures, débats, cafés littéraires, expositions et bien sûr remise de prix seront au programme.

A noter :
– le prix des Gens de mer qui récompense l’auteur d’un livre récent ayant un caractère maritime
– le concours de nouvelles de jeunes allant de 11 à 18 ans.
– les apéros littéraires
– les projections
– etc.

En 2015, est paru un livre mémoire retraçant les moments forts du festival Étonnants Voyageurs : Etonnants voyageurs, 25 années d’une aventure littéraire. Ecrit par Michel le Bris, on y redécouvre tous les écrivains et courants littéraires qu’il a fait découvrir. Même s’il manque d’illustrations, il s’agit d’un document très complet et précieux sur l’historique du festival.

 

(sources images : site Étonnants Voyageurs et Electre)

Epona

Epona

 

Lotte, ne vois-tu rien venir ?

Les aventures du Prince Ahmed

Une pionnière :

Aujourd’hui, voyageons dans le passé, en 1926, dans l’univers de Lotte Reiniger, précurseure dans le cinéma d’animation. Onze ans avant Blanche-Neige et soixante-douze ans avant  Princes et Princesses  de Michel Ocelot, elle utilise le procédé des silhouettes découpées dans le papier.

Je vous invite donc à découvrir un monde féérique avec Les aventures du Prince Ahmed, plongée dans les Contes des Mille et une Nuits, adaptés avec le talent de Lotte Reiniger et d’Edmond Dulac, illustrateur de livres pour enfants à qui l’on doit les superbes couleurs à l’encre.

En voici le synopsis :

Dans un royaume d’Orient, le jour de l’anniversaire du calife, son fils Ahmed enfourche le cheval ailé d’un sorcier africain. L’animal entraîne le jeune prince dans une grande aventure, loin de son pays d’origine, sur l’île de Wak-Wak. Subjugué par sa beauté, le jeune homme enlève la souveraine des lieux. Mais les démons de l’île, comme le sorcier africain, ont juré sa perte. Capturée par le mage, la belle princesse est vendue à l’empereur de Chine. Ahmed, aidé par une sorcière, tente d’organiser son évasion…

Un trésor de créativité et de poésie :

Le film d’une heure et quelques minutes est découpé en cinq actes. Il regorge de détails somptueux plus impressionnants les uns que les autres. Il aura fallu trois ans à Lotte Reiniger pour rassembler les 100 000 images nécessaires à la réalisation de ce film. Pour la technique, vous trouverez plus de  détails ici.

L’histoire est assez farfelue, mais après tout c’est bien  la moindre des choses pour un conte…Elle foisonne de personnages, de monstres, reprend les codes des contes orientaux (un calife, des palais, Aladin et sa lampe, un  tailleur amoureux d’une princesse…) tout en ajoutant des éléments sortis de l’imagination de Lotte Reiniger : la sorcière et son Royaume de la Montagne en flamme, le mage africain, une excursion en Chine…Tout est fin et délicat dans cette œuvre exigeante et dont on aurait tort de se priver.

Si vous n’en avez pas assez le DVD propose cinq courts-métrage en bonus !

Célia

[Source ill : Carlotta films et Pixabay-strecosa]

L’usage du monde de Nicolas Bouvier

 Bouclez vos ceintures et partez en voyage avec Nicolas Bouvier.

 

La Bible du voyageur

Paru 10 ans après son voyage (en 1963) , ce récit est considéré comme un « ouvrage culte » par le magazine Lire .

Nicolas Bouvier et Thierry Vernet voyagent entre juin 1953 et décembre 1954 en Fiat Topolino. Ils partent de Belgrade, traversent la Macédoine, la Grèce, la Turquie, l’Iran (où ils passent l’hiver 53-54 à Tabriz), le Pakistan et l’Afghanistan pour arriver au Khyr Pass aux portes de l’Inde 1 an et demi plus tard.

Pour financer leur voyage, Nicolas Bouvier écrit des articles pour des journaux suisses ou autres, fait des conférences, donne des cours de français. Il enregistre des musiciens dans les villages. Thierry Vernet vend des peintures. N. Bouvier et T. Vernet se séparent à Kaboul.

 Avis d’une lectrice (C. Gouin) : C’est un réel plaisir de parcourir ce récit de voyage. Nicolas Bouvier donne beaucoup de détails sur leurs rencontres. C’est bien écrit avec des expressions bien choisies, on a envie de le savourer … avec lenteur. Ce voyage selon N. Bouvier, est « bien différent du tourisme et du loisir, n’est néanmoins pas une fuite de soi, mais bien plutôt une quête. Quête de soi et de la diversité de l’Autre ».

« Un voyage se passe de motifs. Il ne tarde pas à prouver qu’il se suffit à lui-même. On croit qu’on va faire un voyage, mais bientôt c’est le voyage qui vous fait, ou vous défait. » p.12.

Toujours d’actualité

Plus de 50 ans après sa parution, cet ouvrage remporte encore un réel succès. Il fait notamment partie des coups de cœur du Speed Boooking de la bibliothèque de Chantonnay en septembre dernier et un extrait a été choisi et lu par les bibliothécaires de St Hilaire des Loges lors de leur soirée Carnets d’Orient. Indémodable !

Luz

(Source photo Electre)

Guy Delisle à Shenzen

Né en 1966 à Québec au Canada, Guy Delisle se passionne enfant pour les classiques de la bande dessinée franco-belge, dont Astérix, Tintin, Blake et Mortimer, et plus particulièrement Lucky Luke et décide de devenir auteur de bande dessinée.

Il prend pour habitude de conter ses voyages en bande-dessinée. Ses expériences de superviseur d’animation en Asie fourniront ainsi matière à deux albums autobiographiques, Shenzhen en 2001 et Pyongyang en 2003, diffusés par la maison d’édition l’Association (vous retrouverez sa bibliographie ici).

Paru en 2007, Chroniques birmanes relate un séjour d’une année qu’il effectue à Rangoon où il suit son épouse, expatriée de Médecins sans frontières. Quatre ans plus tard paraît Chroniques de Jérusalem qui relate une année passée par la famille en Israël, et qui lui vaut le prix du meilleur album au festival d’Angoulême en 2012.

shenzenGuy Delisle nous rapporte ici son voyage à Shenzen, dans la banlieue de Hongkong où il avait déjà séjourné une première fois. Envoyé par son studio d’animation, il va de surprise en surprise. Ce n’est pas la Chine exotique à laquelle on s’attendrait naturellement, mais plutôt une Chine très industrialisée et un peu froide du point de vue des rapports humains . Guy Delisle est confronté à un fossé culturel, qu’il prend avec beaucoup d’humour et de distance. On prend conscience aussi des interdits, des contrôles, des exécutions,  qui subsistent encore dans cette Chine de la fin du 20e siècle.

C’est un album qui vaut le détour car Guy Delisle est un voyageur contemporain qui donne à voir les choses sans jugement et nous fait découvrir des cultures parfois tellement éloignées de la nôtre.

Célia

[Sources images : Pixabay (moritzklassen)-Electre]

 

Voyage d’une parisienne à Lhassa, capitale du Tibet

 

Lacez vos chaussures et emboîtez le pas d’Alexandra David-Néel au coeur du Tibet.

voyage Alexandra David Neel

Besoin d’aventure !

C’est en 1924, pour la première fois, qu’ une femme étrangère réussit à entrer dans Lhassa, capitale interdite du Tibet ! C’est accompagnée de son fils adoptif, Yongden, qu’Alexandra David Néel nous fait revivre son aventure tibétaine, son fantastique exploit. Avec eux, nous allons franchir des cols, des montagnes, découvrir un pays mystérieux et interdit, les accompagner dans leurs souffrances physiques et morales, faire de bonnes et mauvaises rencontres sans jamais perdre espoir.

Le  « Voyage d’une Parisienne à Lhassa » raconte cette « longue marche » en costume de pèlerin. C’est déguisée en mendiante Tibétaine qu ‘elle parvient à cet exploit. Huit mois auront suffit à cette  infatigable exploratrice du XXème siècle pour rentrer à Lhassa.  Elle a alors 55 ans.

Difficile de résumer ce livre, grand témoignage sur le Tibet du début du siècle dernier, sur le bouddhisme, les superstitions,  les coutumes, la vie, les gens, le tout au travers d’un regard lucide, intelligent, humain, et d’une humilité exceptionnelle.

C’est une description de mois d’errance dans le « Pays de Neiges » et d’une vie dangereuse et rude. Le livre est une exploration de l’intimité des coutumes, de la pensée et de la vie spirituelle du peuple d’Asie.

Pour en savoir plus sur cette exploratrice, n’hésitez pas à aller sur le site de la Maison Alexandra David-Néel, véritable mine d’informations.

Epona

(source image : Electre)

Là où naissent les nuages de Annelise Heurtier

Là où naissent les nuages

Le mal-être d’une ado

Amélia porte le prénom d’une héroïne qu’admiraient ses parents – la pilote d’avion Amelia Earhart – pourtant elle n’a rien d’une figure héroïque : elle vit une existence pantouflarde à Paris avec ses géniteurs, beaux, riches, et occupés par leurs carrières de médecin et de magistrate. Mal dans sa peau et son corps, se jugeant indigne d’être la progéniture ingrate du couple magnifique et lumineux que forment ses parents, la jeune fille comble ses vides en avalant des sucreries et des pâtisseries. Son existence est chamboulée le jour où une lettre adressée à sa mère depuis les terres vertes de Mongolie atterrit sur la commode d’entrée de l’appartement parisien.

Un voyage initiatique

D’abord à contrecœur, Amélia accepte l’idée de vacances familiales philanthropiques dans une association de la capitale mongole où sa mère a travaillé comme bénévole durant sa jeunesse. Puis elle choisira de partir toute seule affronter un décor sans repères lorsque ses parents se retrouvent dans l’obligation de rester en France pendant le mois de juillet. A travers les rencontres des bénévoles, celles des enfants des rues, celles des nomades et enfin celles des fantômes du passé humanitaire de sa mère, Amélia va changer, grandir, voire même renaître plus légère et plus adulte, dans la contrée « où naissent les nuages ».

La vie en face

A travers ce roman presque pictural qui décrit admirablement bien la Mongolie bipolaire – les mendiants et les enseignes Vuitton, les yourtes et le béton postcommuniste, le nomadisme et le sédentarisme – Annelise Heurtier suit les tourments d’une héroïne qui s’ignore et qui va être aux prises avec sa condition : celle de petite fille riche dans un univers de pauvreté, ce qui va l’obliger à porter un autre regard sur sa position de « victime » mal dans sa peau. Mais au fil de son périple, Amélia va également devoir s’interroger sur ses origines…

Ecrit dans un style vif et imagé, Là où naissent les nuages est une belle invitation au voyage et une réflexion sur la condition de vie des habitants des pays du Sud, tout comme sur notre propre vie de privilégiés. De quoi réfléchir…

Luz

(Source photo : Electre)

Les merveilles des récits de voyage

Partez à la découverte de magnifiques histoires avec l’ouvrage Les plus beaux récits de voyage, paru en 2009 aux éditions de La Martinière.

récits de voyage

 

Imaginaires ou réels, les récits de voyages existent depuis la plus haute Antiquité : l’Odyssée d’Homère ou l’Énéide de Virgile en sont les plus illustres exemples.  À travers une sélection de 100 manuscrits, du Moyen Âge à aujourd’hui, cette superbe anthologie nous conduit sur les sentiers intimes des plus grands voyageurs, tels Marco Polo, Jacques Cartier, Eugène Delacroix, Antoine de Saint-Exupéry ou encore Théodore Monod. 

Des croquis, manuscrits, peintures et photos complètent les présentations de chaque voyageur. Un article est bien sûr consacré à Alexandra David-Néel. Infatigable voyageuse, elle multiplie les longs périples et parvient à se rendre à Lhassa, capitale du Tibet, en 1924, après de nombreuses tentatives. Une reproduction de ses manuscrits est reprise ici : elle se trouve sur un immense plateau tibétain, dans le Tchang thang désert.

Voici ici un très bel ouvrage à conseiller à votre public.

Epona

(source images : Pixabay et Electre)

Rencontres – Anne-Sophie Mauffré

rencontresRencontres : carnet de route d’un tour du monde

Ce livre est l’occasion pour Anne-Sophie Mauffré de partager avec le plus grand nombre les multiples rencontres qu’elle a pu faire lors de son tour du monde en solitaire. Le point de départ de cette aventure est pour elle l’envie de découvrir l’autre et son amour de la nature.

J’ai été particulièrement touchée par le chapitre consacré au trek qu’elle a effectué dans le Massif des Annapurnas au Népal. Elle nous parle de sa rencontre avec elle-même et les habitants de ces régions lui rappelant ses ancêtres.

Vous découvrirez dans cet ouvrage les magnifiques photos qu’elle a prises tout au long de ce voyage. Rencontres c’est aussi pour elle le partage de ses émotions au fil de son périple. Son écriture juste et touchante rend la lecture de ses textes poignante.

Zabo

(Sources images : Rnrznzl – Pixabay et Electre)