Voyage: Ladies’ greatness

Ladies’ greatnessDe l’Irlande aux Etats-Unis, de l’Angleterre au Canada, embarquez avec Anne Tyler, Laura Kasischke, Nuala O’Faolain, Rosamond Lehmann… pour une traversée riche en émotions !

La Dernière fugitive, Tracy Chevalier

Après la peinture et la tapisserie, Tracy Chevalier nous fait découvrir un autre art, la couture, et plus spécifiquement l’art du quilt, à ne pas confondre avec le fameux kilt écossais. Le quilt est en fait le terme anglo-saxon pour désigner une courtepointe, ou couvre-lit, réalisé selon différentes techniques, de l’appliqué au patchwork. Autour de cet art manuel exigeant rigueur et concentration, Tracy Chevalier nous plonge dans l’Amérique du milieu du XIXe siècle, marquée par l’industrialisation et l’esclavage, à travers les yeux d’une jeune quaker, Honor Bright.

Source : Electre

Honor Bright est une couturière prodige anglaise appartenant à la Société Religieuse des Amis, un mouvement religieux fondé en Angleterre au XVIIe siècle par des dissidents de l’Église anglicane, et dont les membres sont communément appelés « quakers », littéralement « trembleurs » en anglais. Ce terme ferait référence aux Écritures, mais aussi à l’état de transe et d’extase qui pouvait saisir certains fidèles au cours des cultes.

Abandonnée par son fiancé britannique, Honor décide de suivre sa sœur Grace en Amérique, celle-ci devant épouser un jeune Anglais émigré dans l’Ohio. Malheureusement, elle se retrouve vite seule au sein de ce Nouveau Monde, si différent de sa terre natale, tant au niveau des mœurs que de l’environnement. Même l’art du quilt est différent, l’appliqué  – où les fragments sont cousus directement sur un même tissu – étant privilégié au patchwork, où les morceaux de tissus sont assemblés un à un pour former une seule et même pièce. Néanmoins, le quotidien de la jeune quaker, partagé entre couture, tâches domestiques et prière, est perturbé par la découverte du « chemin de fer clandestin », un réseau de routes secrètes tracées par les esclaves pour rejoindre les terres libres du Canada. Tiraillée entre le désir d’aider les fugitifs, les recommandations de neutralité de sa nouvelle famille et son attirance envers Donovan, un chasseur d’esclaves sans scrupules mais amoureux d’elle, Honor Bright apprend petit-à-petit à se forger ses propres convictions et sa propre pensée.

Tracy Chevalier mêle de nouveau avec doigté et brio faits historiques et destins individuels, avec ce souci du détail et de l’authenticité qui la caractérise, tout comme un style narratif clair, fluide et très sensoriel. Les personnages sont tous dépeints avec beaucoup de délicatesse, même les plus sombres d’entre eux. Les femmes occupent en outre une place prépondérante, comme dans ses autres ouvrages. De fil en aiguille, Honor Bright s’émancipe, et finit par trouver sa place au sein de ce Nouveau Monde, telle une pièce d’un patchwork.

CHEVALIER Tracy. La Dernière fugitive. Paris : Quai Voltaire/Les Éditions de la Table Ronde, 2013. 384 pages.

Mathilde Chicaud
Mathilde L’Arbre-en-ciel

 

La Mort s’invite à Pemberley… en images !

Si vous nous suivez depuis plusieurs années (ne dites pas non, on commence à bien se connaître ! ), vous vous souviendrez sûrement de cet article sur le roman policier La Mort s’invite à Pemberley de P. D. James.

Bon, étant fan de Jane Austen depuis à présent un certain temps (ou temps certain), certaines choses m’ont déplu dans cette suite, comme par exemple le comportement des personnages féminins (Charlotte Lucas mesquine et Elizabeth calculatrice, vraiment ? ). Mais cette suite posait certaines bonnes questions et montrait les conséquences des choix faits par les personnages principaux.

Aujourd’hui, intéressons-nous à l’adaptation télévisuelle de ce roman, Pemberley, réalisée par Juliette Towhidi.

Cette mini-série reprend fidèlement l’intrigue du livre, à savoir le meurtre du capitaine Denny, ami fidèle de Wickham, alors que les deux hommes se disputaient dans la forêt. Les éléments et l’avis général pointent vers Wickham, mais est-il vraiment le coupable ? (Je ne dirai rien ! ) Cette affaire remue toute la famille de Pemberley à la veille de leur grand bal annuel et est l’excuse pour une remise en question des différents protagonistes.

A l’image du livre, cette mini-série est fortement axée sur les personnages masculins, avec un Mr Darcy que l’on suit non plus à travers les yeux d’Elizabeth mais pour lui-même. Mr Wickham est également très intéressant avec ses contradictions et choix toujours mauvais (il faut bien le reconnaître !). Mais le plus intéressant reste la description de l’époque, de ses enquêtes et ses tribunaux, éléments que l’on ne trouve jamais dans l’oeuvre de Jane Austen.

Et cette adaptation télévisée a l’avantage d’offrir pléthore d’acteurs anglais vraiment très bons. On commence le passage en revue ? C’est parti ! Mr Darcy, joué par le talentueux Matthew Rhys, est plus connu pour son rôle d’espion russe dans la série The Americans. Anna M. Martin quant à elle a joué dans la mini-série Nord et Sud, le film Jane (tiens tiens)… J’ai également reconnu Joanna Scanlan dans son rôle de Tanneke dans La jeune fille à la perle. Je finirai par Matthew Goode, que j’espère vous connaissez pour ses rôles dans Downton Abbey, Stoker, Donne-moi ta main, Belle, The Good Wife… Et bientôt il sera dans la saison 2 de The Crown !!!

Bref, un bon moment dans l’Angleterre de la première moitié du XIXème siècle avec de très bons acteurs. Tentés par une petite bande-annonce ? Suivez le guide !

N’hésitez pas à partager votre avis sur cette mini-série !

Corisande
Corisande

 

 

 

(Sources images : Chatsworth House, isotopicgas – Pixabay / jaquette, Amazon)

Trop de bonheur

Alice Munro la reine canadienne de la nouvelle sort un nouveau recueil

Trop de bonheur

aux Editions de l’Olivier 

Les personnages d’Alice Munro courent après le bonheur. Quête vaine, éperdue, étourdissante, mais qu’ils poursuivent sans relâche. Dans ce recueil de nouvelles, on croise une étudiante qui accepte les propositions indécentes d’un vieillard, une mère en deuil qui change d’identité ou une femme affrontant enfin sa part de cruauté. D’une écriture précise et sensible, Alice Munro met en évidence les lignes de force invisibles guidant chaque destin.

N’hésitez pas aussi à découvrir Fugitives qui a obtenu un gros succés critique et public lors de sa publication en 2008.

Vivement la rentrée littéraire

Le nouveau roman de la romancière américaine

Laura Kasischke sort le 22 août

Esprit d’hiver

Réveillée tard le matin de Noël, Holly se voit assaillie par un sentiment d’angoisse inexplicable. Rien n’est plus comme avant. Le blizzard s’est levé, les invités se décommandent pour le déjeuner traditionnel. Holly se retrouve seule avec sa fille Tatiana, habituellement affectueuse, mais dont le comportement se révèle de plus en plus étrange et inquiétant…

Idée de lecture

Si vous aimez les Soeurs Brontë ou Jane Austen, une autre romancière à découvrir de toute urgence (si ce n’est déjà fait) : Elizabeth Gaskell. Cette romancière fait partie des incontournables de l’époque Victorienne, elle s’inscrit dans la lignée de Charles Dickens, Georges Eliot.

Un de ses romans célèbres « Nord et Sud » allie grande histoire d’amour à la façon « Orgueil et préjugés » et analyse sociale de l’Angleterre du XIXème siècle.

Petit résumé : dans l’Angleterre victorienne du milieu du 19e siècle, la jeune et belle Margaret Hale mène une vie confortable auprès de ses parents, dans la paisible et conservatrice région de la Cornouailles. Son père, ministre paroissial, décide un jour de renoncer à l’Eglise et part vivre avec sa famille dans le Nord de l’Angleterre. Margaret se retrouve alors plongée dans le monde industriel, ses duretés et sa brutalité. Au contact des ouvriers, la conscience sociale de la jeune fille va s’éveiller et la transformer radicalement.

Etape 9 : La veuve – Gil Adamson

Et pour terminer en beauté notre sélection, nous vous invitons à partir dans le Grand Nord canadien sur les traces de Mary Boulton : « 19 ans et veuve déjà. Mary Boulton. Veuve par sa faute ».

Dans la lignée des grands romans d’aventures ce roman ne vous laissera pas indifférent. On se laisse emporter par ce « bout de femme » poursuivie par ses beaux-frères : deux géants roux assoiffés de vengeance. En chemin, elle rencontrera une série de personnages hauts en couleurs.

Beaucoup de poésie dans l’écriture de Gil Adamson, une auteure canadienne à découvrir d’urgence !

Autre duo de femmes

Emmeline

D’Elizabeth Bowen

 

Londres, 1930. Emmeline, 25 ans, travaille dans une agence de voyage et partage son toit, dans une agréable banlieue, avec sa belle-sœur Cécilia, à peine plus âgée qu’elle, mais déjà veuve. Emmeline, jeune fille fière, secrète et peu encline aux émois, est fascinée par Cécilia et ses airs de femme émancipée. En dépit de leurs différences, toutes deux sont à la recherche du même grand amour. Cécilia rencontre Julian Towers, Emmeline, quant à elle, se laisse charmer par Mark Linkwater. Deux histoires qui conduiront l’une au mariage, l’autre au suicide…
À travers l’insaisissable et l’anodin, confidences, engouements, joutes oratoires ou lourds silence, avec un art du tragique confondant, Elizabeth Bowen dresse un portrait déchirant de ce duo féminin.