Voyage: Les comédies musicales

Les comédies musicales américaines : les mélodies du bonheurDorothy rêve d’un pays merveilleux au-delà de l’arc en ciel, quand tout à coup un terrible cyclone l’emporte… Revivez l’âge d’or des studios hollywoodiens à travers les comédies musicales, genre flamboyant de cette époque. De Gene Kelly à Natalie Wood, en passant par Marilyn Monroe, venez danser et chanter sur ces mélodies du bonheur.

Les actrices emblématiques des comédies musicales (suite)

Continuons notre coup de projecteur sur les principales actrices des comédies musicales hollywoodiennes.

Audrey Hepburn (1929-1993)

Elle se destine initialement à la danse et se produit sur scène à Broadway. C’est le succès rencontré dans la pièce « Gigi » qui lui ouvre les portes d’Hollywood. Elle obtient dès 1953 un premier oscar grâce à sa prestation dans le film « Vacances romaines ». Mais c’est son rôle d’Eliza Doolittle dans « My Fair Lady » qui la consacre comme actrice incontournable de comédie musicale. A l’instar de nombreuses actrices elle réussira aussi bien dans des registres plus classiques que dans celui des films musicaux ce qui fait d’elle une véritable égérie du cinéma hollywoodien.

Image de prévisualisation YouTube

Marilyn Monroe (1926-1962)

 On ne pouvait dresser le portrait des actrices de comédies musicales sans s’arrêter sur celle qui est devenue la plus célèbre des actrices hollywoodiennes : Marilyn Monroe.

Image de prévisualisation YouTube

Née sous le nom de Norma Jeane Mortenson en Californie, sa première renommée, elle la trouve dans le mannequinat. Elle rencontre un membre de la Fox qui lui fait passer des essais. Convaincu par son talent, elle devient Marilyn Monroe et commence à tourner pour le cinéma. C’est dans deux grandes comédies musicales des années 50 « Certains l’aiment chaud » et « Les hommes préfèrent les blondes » qu’elle explose. Elle enchaîne alors les succès. Dans le privé sa réputation devient de plus en plus sulfureuse. En 1956 elle épouse Arthur Miller qui l’encourage dans sa carrière. Mais vers 1960 elle commence à rencontrer des problèmes de dépression. Devenue dépendante à l’alcool et aux médicaments, elle sera retrouvée morte le 5 août 1962 à son domicile suite à une surdose de médicaments. Elle reste encore aujourd’hui l’une des actrices les plus célèbres dans le monde entier.

 

Rejoignez Fred Astaire et Cyd Charisse sur les planches de Broadway

Après vous être replongés dans des films de Gene Kelly ou Judy Garland, nous vous proposons de visionner un chef-d’oeuvre de Vincente Minnelli avec Fred Astaire et Cyd Charisse :

Produit par Arthur Freed, Tous en scène sort dans les salles en 1953.

critique-tous-en-scene-minnelli2

Ce film  marque l’apogée des comédies musicales et le sommet pour son réalisateur Vincente Minnelli, déjà derrière la caméra pour Un américain à Paris et Le Chant du Missouri.

Image de prévisualisation YouTube

Pour Fred Astaire c’est un retour triomphant après qu’il ait annoncé la fin de sa carrière cinématographique à la fin des années 40.

Les actrices emblématiques des comédies musicales

Nous vous proposons de revenir sur les magnifiques actrices qui ont incarné l’âge d’or des comédies musicales hollywoodiennes.

Judy Garland (1922-1969)

Incontournable interprète du « Magicien D’Oz » et d' »Une étoile est née », elle est l’incarnation de la comédie musicale américaine. Enfant de la balle, elle n’a que 3 ans lorsqu’elle interprète sa première chanson sur scène. Elle rencontre très tôt les succès et obtient à 18 ans un oscar. Reine du music hall elle enchaîne les films dans un rythme endiablé. En parallèle sa vie privée agitée commence à l’entraîner vers une dépendance à l’alcool et aux médicaments. Malgré son mariage avec Vincente Minelli et la naissance de leur fille Lisa, elle devient de plus en plus fragile ce qui l’éloigne des plateaux. A 47 ans elle succombe à une overdose de médicaments. Un destin tragique pour celle qui est aujourd’hui considérée comme la 8ème meilleure actrice de légende du cinéma.

Image de prévisualisation YouTube

Leslie Caron (1931-)

Cette jeune française native de Boulogne-Billancourt a connu le succès grâce à sa rencontre avec Gene Kelly qui lui demande d’être sa partenaire dans « Un américain à Paris », sorti en 1951. Alors que c’est son premier film, elle est immédiatement propulsée dans l’univers hollywoodien. Sous contrat avec la MGM elle tourne dans « Papa longue jambe » ou encore « Gigi ». Au début des années 60 elle s’éloigne progressivement des écrans.

Image de prévisualisation YouTube

Cyd Charisse (1921-2008)

Elle débute sa carrière à Hollywood aux côtés de Fred Astaire dans « Ziegfeld Follies » et de Gene Kelly dans « Chantons sous la pluie ». Elle devient alors une figure incontournable des films musicaux. Mais c’est son rôle dans « Tous en scène » -où elle incarne le personnage principale- qui va asseoir sa renommée. Danseuse de formation, elle mènera de front ses deux carrières jusque dans les années 80.

Image de prévisualisation YouTube

La suite de nos portraits, la semaine prochaine…

Une étoile est née

Cette semaine nous vous proposons de découvrir une nouvelle comédie musicale :       « Une étoile est née » de George Cukor sortie en 1954.

Il serait d’ailleurs plus juste de la qualifier de comédie « dramatique » musicale… car non, toutes les comédies musicales ne sont pas joyeuses et légères. Elles peuvent aussi pointer du doigt certains travers de la société.

C’est le cas ici où l’histoire nous relate la rencontre entre un acteur hollywoodien : Norman Maine joué par James Mason et une jeune actrice qui cherche à percer : Esther Lester jouée par Judy Garland.

judy

Lorsque Norman rencontre Esther, il est immédiatement séduit par la jeune femme et décèle chez elle un grand talent qui ne demande qu’à s’épanouir. Esther devenue Vicki rencontre tous les succès et fait de l’ombre à son nouveau mari qui, de son côté, tombe inlassablement dans les travers de l’alcool.

Cukor nous expose dans ce remake du film de W.A. Wellman de 1937, l’envers du décor du cinéma hollywoodien en mettant en scène l’ascension d’une étoile et la déchéance d’une autre.

Pour aller plus loin, je vous conseille le très bon article à lire sur le site de critikat disponible en suivant ce lien: http://www.critikat.com/panorama/analyse/une-etoile-est-nee.html

 

Claquettes en folie : l’âge d’or des comédies musicales

Les Hommes préfèrent les blondes, troisième film de notre sélection, fait partie de cette période faste d’Hollywood, l’âge d’or des studios.

Des années 30 au milieu des années 50 les studios d’Hollywood tournent à plein régime. Tous les genres de films sont représentés, il faut pouvoir contenter tous les spectateurs. On réalise des westerns, des péplums, des films historiques, des films d’amour…. et aussi un grand nombre de comédies musicales.

Image de prévisualisation YouTube

Ce genre, comme d’autres à la même époque, connait son déclin à la fin des années 60, avec la désaffection des salles de cinéma et l’arrivée du téléviseur dans les foyers.

Durant cette période faste quelques chefs d’œuvre voient le jour :

Image de prévisualisation YouTube

1935 : Le Danseur du dessus (Top Hat) de Mark Sandrich

1939 : Le Magicien d’Oz de Victor Fleming

1944 : Le Chant du Missouri de Vincente Minnelli

1948 : Le Pirate de Vincente Minnelli

1949 : Un jour à New York de Stanley Donen et Gene Kelly

1951 : Un Américain à Paris de Vincente Minnelli

1952 : Chantons sous la pluie de Stanley Donen et Gene Kelly

1953 : Les hommes préfèrent les blondes  de Howard Hawks

1953 : Tous en scène de Vincente Minnelli

1954 : Une étoile est née  de George Cukor

1954 : Brigadoon de Vincente Minnelli

1957 : Drôle de frimousse  de Stanley Donen

1958 : Gigi de Vincente Minnelli

Bons visionnages !!!!

Les diamants sont les meilleurs amis des femmes

Découvrez cette comédie musicale du réalisateur de Scarface et de Rio Bravo, Howard Hawks.

Image de prévisualisation YouTube

Se déroulant dans le milieu des danseuses de revues, Les Hommes préfèrent les blondes (1953) repose sur l’opposition entre les deux personnages féminins.

La brune (Jane Russel) pleine de répartie, tombe toujours amoureuse d’hommes peu fortunés et la blonde (Marilyn Monroe) un peu naive et attirée seulement par les diamants.

Image de prévisualisation YouTube

Pour l’anecdote les deux actrices ont eu des salaires très différents. Jane Russel fut payée 150 000 dollars et Marilyn Monroe seulement 15 000 dollars.

Entrechats, arabesques et autres pas de bourré…

 

Que serait la comédie musicale sans pas de danse… ? Une sorte de  vaudeville à rallonge où les chaussures feraient beaucoup trop de bruit!

Mais heureusement, quelques grands chorégraphes sont passés par là et nous ont livré de magnifiques tableaux chorégraphiés.

balanchineGeorges Balanchine (1904 – 1983)

Il est considéré comme le père du « musical » moderne. On lui doit notamment l’intégration de parties dansées dans l’intrigue même de la pièce jouée. Issu de la danse classique, il a dirigé les ballets russes de Diaghilev et est le cofondateur du New York City Ballet.

Figure emblématique, on lui doit une technique de danse éponyme encore étudiée dans les plus grandes écoles de danse américaines. Il a fait danser Gene Kelly dans « Words and Music » en 1958.

Jérôme Robbins (1918-1998) jérome robbins

Elève de Balanchine, il signe les chorégraphies de « West Side Story » qui resteront comme son chef-d’oeuvre. Très exigeant, il rendait parfois les danseurs fous en leur demandant de refaire les chorégraphies des dizaines et dizaines de fois.

Image de prévisualisation YouTube

 

Bob Fosse (1927-1987)

C’est probablement le plus célèbre chorégraphe de comédies musicales. Il crée sa première chorégraphie à Broadway en 1954 où il mêle diverses influences. C’est cet éclectisme qui fera sa réputation. Jazz, cancan, charleston ou danse classique, rien ne lui résiste. Avec sa création « Cabaret » il s’inscrit définitivement comme un maître du genre.

Image de prévisualisation YouTube

 

Chouette il pleut !

 

 C’est l’occasion de sortir son plus beau parapluie et de sauter dans les flaques en fredonnant l’air le plus célèbre de « Chantons sous la pluie »…

Image de prévisualisation YouTube

« Chantons sous la pluie  » est une comédie musicale de Stanley Donen et Gene Kelly sortie en 1953. Elle nous raconte les aventures, à Holywood, d’un couple star du cinéma muet qui doit faire face à l’arrivée du cinéma parlant.

Image de prévisualisation YouTube

C’est autour des chansons d’Arthur Freed écrites quelques années avant, que le scénario du film s’est construit. Gene Kelly, Debbie Reynolds et Donald O’Connor y forment un trio qui nous livrent un véritable hymne à la joie. On a du mal à imaginer qu’avant le film, Debbie Reynolds ne savait même pas danser !

Image de prévisualisation YouTube

Un film culte  à regarder sans modération.