Voyage: Une petite gourmandise ?

Source de plaisir, sujet de conversation inépuisable, la gourmandise réunit tous les curieux… Une recette gourmande vous attend, composée des meilleurs ingrédients : littérature, musique, cinéma… Une pincée de ceci, une goutte de cela, suivez ce voyage culinaire haut en saveurs et dégustez une sélection d’œuvres qui vous mettra l’eau à la bouche.

Anthologie : les mets par le menu

Bonjour chers Voyageurs,

Je vous emmène aujourd’hui pour un petit voyage gustatif chez différents auteurs, anciens, contemporains, français, étrangers… Comment ? Mais grâce à une anthologie évidemment ! Et pas celle que vous croyez : celle-ci s’intitule Les Mets par le menu.

Dans ce livre, Sandrine Fillipetti permet aux lecteurs de picorer tout un repas chez les grands auteurs . De la soupe (du matin ou au caillou, au choix), en passant par les pâtés à la russe, les écrevisses cardinalisées, le filet de porc à la caraïbe pour finir par l’Angélique de Niort à la sybarite, vous pourrez lire toute la gastronomie dans ce livre. Que cela soit sous forme de dialogues entre protagonistes, de scènes descriptives ou de poème à la gloire de la noix (et pourquoi pas ???), ce recueil met autant en lumière de grands textes classiques que la beauté de la gourmandise sous toutes ces formes.

Je ne résiste pas à vous faire profiter du début du texte sur « La bouillabaisse du père Micoulin » d’Emile Zola :

C’était toute une histoire que cette bouillabaisse en plein air. D’abord, Micoulin rentra dans la barque et alla retirer seul ses jambins, qu’il avait placé la veille. Quand il revint, Naïs avait rattaché des thyms, des lavandes, un tas de buissons secs suffisant pour allumer un grand feu. Le vieux, ce jour-là, devait faire la bouillabaisse, la soupe au poisson classique, dont les pêcheurs du littoral se transmettent la recette de père en fils. 

Vous voulez en savoir plus sur cette bouillabaisse du père Micoulin ? Je vous invite alors à parcourir ce magnifique recueil autour de la gastronomie et à me faire partager vos lectures préférées !

Bonne dégustation (par pages interposées !)

Corisande

(Crédits photos : Couverture : Electre / Piyalis14 – Pixabay)

Le chocolat : c’est facile à comprendre de Aurore Guillemette

 

choco

Vous me direz avant tout : le chocolat c’est surtout facile à manger !

Certes mais pas que.

S’il est bien un ingrédient qui accompagne un individu de sa plus tendre enfance à l’âge adulte et au-delà, c’est bien le chocolat ! Il existe autant de recettes que de goûts, autant de présentations que d’idées pour ce mets aux déclinaisons infinies. La raison est simple : le chocolat est l’aliment préféré des Français. Mais que connaissez-vous vraiment de la « boisson des dieux » ? Savez-vous que l’histoire du cacao et du chocolat remonte à presque 4000 ans ? Ou que le cacao jouait un rôle important comme monnaie dans les cultures Mayas et Aztèques ? Qui étaient Quetzalcoatl ou encore Moctezuma ? Quelle est l’origine du chocolat chaud ? Un médecin vous a-t-il déjà prescrit du chocolat pour vous guérir ? Et Christophe Colomb, dans tout ça ? À travers ce livre, découvrez ou redécouvrez l’histoire du plus apprécié des aliments, et comblez vos papilles avec 10 recettes insolites et intemporelles dont le maître mot demeure : « plaisir » !

Avec une police de caractères adaptée pour les lecteurs dyslexiques.

Régalez-vous !

Luz

Source : Mollat et Electre

Vous cherchez un film drôle et émouvant ? Les émotifs anonymes bien sûr !

les-emotifs-anonymes-image-du-film

Les émotifs anonymes

Si vous n’avez pas vu ce petit bijou de comédie sorti en 2010 et réalisé par Jean-Pierre Améris (« Une famille à louer », « Marie Heurtin »), vous avez manqué un beau moment de délicatesse, de bonne humeur et de tendresse !

Jean-René, un chocolatier embauche Angélique, une représentante commerciale (mais pas que ^^…). L’un comme l’autre souffrent d’une grande timidité ainsi que d’une grande difficulté à maîtriser leurs émotions. Chacun essaie de survivre à sa manière : le premier en se confiant à son psychiatre, la deuxième, en participant à un groupe de soutien.

Que pourra-t-il bien arriver à ces deux cœurs prêts à  déborder à tout moment ??? Mmmh, réfléchissons, peut-être de l’inconfort, des maladresses, et des émotions, des émotions, des émotions !!!

Je pense qu’à la fin de la séance, vous vous sentirez émus et heureux, on parie ?

En nota bene, sachez que les acteurs Benoît Poelvoorde et Isabelle Carré (2 acteurs que j’adore) sont si bons dans leurs rôles qu’on se demande s’ils ne sont pas un peu comme ça dans la vraie vie (ou comment propager des rumeurs…)

Pour regarder la bande annonce, clique-moi dessus

Bastet

[Sources : couverture : Allociné// image du film : Télérama]

 

 

Dégustation du thé avec Lydia Gautier

Bonjour chers Voyageurs,

En cette fin d’année et avec le froid qui s’installe, j’ai décidé de vous emmener pour un voyage autour d’une boisson que j’affectionne tout particulièrement : le thé. Boisson subtile et remplie d’histoire, le thé promet une belle découverte autant gourmande qu’instructive. Partons avec le très beau livre de Lydia Gautier, Le Thé, arômes et saveurs du monde.

gautier-lidya

Ce documentaire permet de plonger dans l’histoire du thé et de suivre son évolution dans le temps, épousant les changements de la société. Ce livre allie recettes, bonnes adresses et mélanges des saveurs tout en explicitant les différentes couleurs des thés et leurs bienfaits. Ecrit par une ingénieure agronome, ce livre permet une entrée professionnelle dans le savoir autour du thé, tout en réservant de splendides photos aux amateurs de belles images. Comme entrée en matière, on ne fait pas mieux ! Alors, que vous préfériez le thé vert au noir ou le Earl Grey au thé vert Matcha, ce livre est fait pour vous !

A présent, j’ai envie de vous poser cette question : a cup of tea, anyone ? Et je ne vous jetterai pas la pierre si vous l’accompagnez d’un petit chocolat de Noël… 🙂

Joyeuses fêtes à tous !

Corisande

(Crédits photos : Couleur – Pixabay / Couverture : Electre)

Des étoiles pour Noël : Bon appétit !

Si je vous dis :

Noël, illuminations, neige, hiver très froid, marché de Noël et délicieux petits gâteaux en forme de sapin, d’étoile, de bonhomme, vous pensez à quelle région ?

Oui c’est évident : l’Alsace; destination rêvée pour les vacances de fin d’année, vous conviendrez aussi qu’elle est bien plus accessible que le Pôle Nord !

Guy Untereiner et Sébastien Merdrignac ont créé ce beau documentaire édité chez Ouest-France « Douceurs d’Alsace : viennoiseries, gâteaux, tartes, pains d’épices, bredele »

douceurs-dalsace-couv

Si vous trouvez le titre alléchant, attendez un peu de voir le contenu !

Ce livre est d’un tel réconfort qu’il peut se placer au même niveau qu’une séance de méditation, un bain moussant bien chaud ou encore d’une détente sur canapé avec feu crépitant.

Je ne vais pas vous laisser comme ça, je vous propose une recette qui ravira vos enfants, vous mêmes et qui fera un excellent cadeau personnalisé (quoi de mieux que de prendre du temps pour faire un cadeau à ceux qu’on aime ?)

Voici donc les magnifiques, les incroyables, les délicieuses Etoiles aux noix (glaçage inside) :

bredele

Ingrédients :

Pour la pâte : 175 g de farine – 100 g de beurre ramolli – 2 jaunes d’œufs – 50 g de sucre

Pour la garniture : 2 blancs d’œufs – 100 g de sucre – 100 g de noix hachées (ou noisettes car oui je sais, ce sont des noisettes sur l’image, mais c’est une belle image et elle est libre de droit, donc vous avez des noix-settes ^^) – 1 cuillère à café de cannelle

Préparation : 

Mélanger la farine, le beurre ramolli, les 2 jaunes d’œufs et le sucre : mettre au frais 2 à 3h.

Abaisser la pâte sur 3 à 4 mm et découper des étoiles à l’emporte-pièce.

Les poser sur du papier cuisson.

Battre les blancs d’œufs en neige, ajouter petit à petit le sucre et mélanger la poudre de noix et la cannelle : poser une cuillère à café du mélange sur chaque étoile.

Cuire 10 minutes à 170°C (th. 5-6)

De rien !

Bastet

[Sources : couverture du livre : Ouest-France éditions / Bredele : Silviarita – Pixabay]

 

Le restaurant de l’amour retrouvé…

Bonjour à tous,

Prenez une histoire d’amour qui se termine du jour au lendemain, une love story qui laisse un goût acre et acide dans la bouche. Rajouter des ingrédients emprunts de tendresse, de douceur, de sérénité, de bonté, d’amitié, de silence, d’entraide et d’humanité. Saupoudrez d’un brin d’exotisme et d’amour. Relevez la saveur par quelques aromates trouvés dans un jardin où se promène en liberté une magnifique truie. Laissez reposer l’écriture, le levain. Humez, regardez, ralentissez, salivez et savourez ce livre comme on savoure la vie, l’instant présent et vous obtiendrez le restaurant de l’amour retrouvé d’Ogawa Ito.ob_722987_restaurant-de-l-amour-retrouve

Ce roman nous invite à la découverte de la cuisine japonaise à travers la personne de Rinco, jeune femme de 25 ans qui perd la voix à la suite d’un chagrin d’amour. Elle revient malgré elle chez sa mère, figure fantasque vivant avec une truie apprivoisée. Rinco, toujours muette va alors se consacrer à sa passion en ouvrant un restaurant qu’elle va décorer elle-même : L’Esargot. Elle va vite découvrir que les mets délicats qu’elle prépare ont un pouvoir magique : rendre heureux les gens, les âmes brisées…

En bref, un livre à recommander et à savourer sans modération… Une écriture légère telle une poésie, un livre qui mêle art et écriture : tous les ingrédients nécessaires pour un bon roman !

En plus du roman, le restaurant de l’amour retrouvé a rencontré un grand succès au Japon avec l’adaptation cinématographique en 2010 par Mai Taminaga sous le titre 食堂かたつむり (Shokudo Katatsumuri).

Bonne dégustation ou plutôt bonne lecture !

Sunray

(Sources : Plateau aliments japonais : Pixabay ; couverture : Electre)

 

mmmh, un dictionnaire gourmand !

dictionnaire gourmand omnibus

Marie-Hélène Baylac (Ecole Normale supérieure, agrégée d’histoire) nous transporte au royaume de la gourmandise avec son Dictionnaire gourmand : elle nous parle des produits, des plats, des recettes, des cuisiniers, des artistes, des écrivains … Cette compilation a été imaginée pour pouvoir assouvir la curiosité des gourmands de tout poil.

Imaginez !

1446 pages  (sans illustration malheureusement, mais on est ici pour apprendre et pas pour contempler) où vous apprendrez l’histoire de l’abricot, de la baguette, des frites…

1446 pages où vous découvrirez les expressions gourmandes, où vous lirez des extraits de Nicolas Boileau, de Jean de la Fontaine, de Jacques Offenbach

1446 pages de recettes comme « Le poulet au vin jaune et aux morilles », « Les marrons glacés à l’ancienne », « Le vin de cerises », « La tourte pascale »….

soupe

Comme les premiers frimas s’annoncent, je vous laisse lire le détail de la soupe au pain par Alexandre Dumas dans « Le grand dictionnaire de cuisine » (1873) [Extrait évidemment présent dans le Dictionnaire gourmand]

« Espèce de potage de mie de pain qu’on fait mitonner avec de l’eau, du beurre et du sel, et dans lequel on ajoute, au moment de servir, une liaison composée de jaunes d’œufs et de crème fraîche. »

Je ne sais plus quoi dire … Bonne lecture ou bon appétit ???

bastetBastet

[Sources : couverture du livre : Site de l’éditeur Omnibus / Boules de pain crues : Pixabay – Skitterphoto / Soupe de pain ; Pixabay – TheAndrasBarta]

Escale salée sucrée à Taïwan

 

Notre voyage sur la gourmandise fait escale à Taïwan, avec le film « Salé sucré »  d’Ang Lee  , sorti en 1994, réalisateur entre autres des magnifiques « Raison et sentiments » et du « Secret de Brokeback Mountain ».

M. Chu, cuisinier reconnu à Taiwan et retraité, vit seul avec ses trois filles. Il y a Kien, jeune cadre ambitieuse, Jen, prof de chimie et très chrétienne, enfin Ning la plus jeune qui vit ses premières amours. Chacune tente de prendre son envol à sa façon.

La vie est rythmée par les repas succulents que prépare Monsieur Chu et ces moments sont l’occasion pour ses filles de faire part de leur vie, de leurs rencontres amoureuses ou d’une promotion.

Les filles ne laissent pas de répit à leur père qui semble un peu fatigué par la vie et sa longue carrière. Peu communicant, la nourriture est pour lui un moyen de montrer de l’amour à ses filles.

Le tout est drôle, émouvant, subtil dans les relations humaines qui se jouent. Ang Lee offre ici une belle fresque familiale, une comédie douce amère et une véritable ode à la cuisine taïwanaise !

Pour vous ouvrir l’appétit c’est ici !

Célia

[Source image : Cegoh-Pixabay]