Voyage: Vies d’artistes

Voyage : Vies d'artistesCe voyage propose une sélection d’ouvrages permettant de découvrir la vie des artistes et le lien qu’ils entretiennent avec leurs œuvres. Le développement d’un talent quelconque est-il le même chez tous les hommes et dans tous les arts ?

Virginia, Vita, un livre, une histoire…

Chers voyageurs,

Intéressons nous de plus près au roman de Christine Orban : Virginia et Vita.

La passion et la fascination sont au coeur de ce roman qui revient sur la création d’un chef d’oeuvre de la littérature. Retrouvez ce livre sur France Inter.

Nous retrouvons évidemment Virginia Woolf que tout le monde connaît mais ce personnage de Vita, qui est-ce ? Pour en savoir un peu plus sur Vita Sackeville, cliquez ici

Explorez, lisez et partagez!

Les Livreurs d’art

Hello Crazy

Cette semaine, les livreurs d’art ont sombré de nouveau du côté de la folie de l’artiste, puisqu’ils se sont intéressés à Virginia Woolf et à Camille Claudel. Cette fois-ci, j’ai choisi le ton de l’humour pour illustrer cette dernière…

 

Les Livreurs d’art : Aimerais-tu voir tes personnages, dessinés sur papier, évoluer et prendre forme par la sculpture ?

Anne Montel : Bien sûr, j’adorerais ! Je le fais déjà un peu par le biais de la laine cardée, qui est une technique que je me suis appropriée depuis environ un an. Vous pouvez voir des exemples du résultat en cliquant ici

Dans tous les cas c’est toujours très agréable de voir ses personnages prendre vie différemment, que ce soit en volume ou même en animation !

 

Les Livreurs d’art : Camille Claudel, comme Virginia Woolf étaient révoltées et se sont affirmées dans un monde plutôt masculin…Penses-tu que ton art est un moyen de t’affirmer ? Et penses-tu avoir besoin de cet art pour t’affirmer en tant que femme… ?

Anne Montel : Je n’ai pas l’impression d’avoir besoin de mon art pour m’affirmer, il me sert plutôt à m’exprimer je dirais.

L’illustration jeunesse et plutôt un monde féminin, et la bande-dessinée plutôt un domaine masculin (je dis cela par rapport aux auteurs que je peux rencontrer dans ma vie professionnelle) et ayant un pied dans chaque univers je ne ressens pas particulièrement le besoin de m’affirmer en tant que femme.

Mais peut-être le fais-je tout de même inconsciemment… 😉

 

_____________

 

À très vite pour la suite du voyage…

Un détour en image pour connaître l’inspiration d’un sculpteur

 » L’Artiste et son modèle  »
de Fernando Trueba

Un vieil homme marche doucement dans un sous-bois. Les gestes lents, il ramasse un morceau de bois qu’il tourne et retourne précautionneusement dans le creux de sa main. Plus loin, il s’immobilise devant un grand arbre témoin du temps qui s’écoule. Tous ses sens en éveil, attentif à la nature, il se remplit de ce qui l’entoure. Comme pour combler le vide qui l’habite. Sculpteur à l’automne de sa vie, Marc Cros (Jean Rochefort) est fatigué de l’existence et de la folie des hommes. Seules les jambes des femmes entrevues depuis la terrasse du café font briller son œil, comme du temps de Léa (Claudia Cardinale), son modèle le plus abouti devenu sa femme. Léa qui, un jour, lui ramène à la maison une fraîche et belle jeune fille découverte à la fontaine du village. Elle s’appelle Mercè (Aida Folch). Évadée d’un camp de réfugiés pas très loin de la frontière espagnole elle essaie de survivre dans une France occupée.

Ce film nous invite a découvrir les secret de la création d’un artiste. Le regard et les mains du vieux sculpteur qui cherchent à retenir l’éternité de la beauté !

Image de prévisualisation YouTube

 Explorez, lisez et partagez !

Les Livreurs d’art

 

Bonus : Vies d’artistes en BD

Chers voyageurs,

Nous vous proposons de découvrir la vie de deux artistes grâce à des bandes dessinées : Virginia Woolf et Camille Claudel.

Voici une biographie tout à fait particulière de Virginia Woolf. Dans cet album de Michèle Gazier et Bernard Ciccolini, on la retrouve depuis son enfance en famille jusqu’à la fin de sa vie, seule, au bord du suicide. On découvre ainsi ses peurs et ses doutes ainsi que ses réussites.

 Dans Camille Claudel, de Eric Liberge et Vincent Gravé, on suit la sculptrice Camille Claudel tout au long de sa vie. Indomptable et révoltée, cette artiste a su s’imposer dans le monde artistique masculin de l’époque. Elle a entretenu une relation forte avec Rodin avant de tomber dans la paranoïa. Malade et seule, elle passe 30 ans en institution psychiatrique.

Explorez, lisez et partagez !

Les Livreurs d’art

Etape 8 : Virginia et Vita

Amis Voyageurs,

Allons maintenant en Angleterre découvrir l’univers tourmenté de Virginia Woolf. Cet auteur britannique est une figure marquante de la société littéraire londonienne.

Dans le roman Virginia et Vita, Christine Orban nous raconte la rencontre et le lien qui unit Virginia Woolf et Vita Sackville-West, une riche poétesse anglaise. Elles entament une liaison qui dure tout au long des années 1920. Virginia Woolf s’inspire de Vita Sackville-West pour créer Orlando, une biographie fantastique dans laquelle le héros éponyme traverse les siècles et change de sexe. Ainsi, Vita est transformée en Orlando.

Dans ce roman passionnant et riche, Christine Orban évoque amour et création à travers la vie de deux femmes exceptionnelles.

 

 Explorez, lisez et partagez !

Les Livreurs d’art

Les années folles

Chers voyageurs,

La vie parisienne des années 20 est marquée par un bouillonnement artistique et une effervescence culturelle. En effet, des jeunes écrivains et artistes peintres se retrouvent dans les quartiers Montparnasse ou encore à Montmartre. Ce foisonnement intellectuel et artistique va donner naissance à un renouveau culturel.

 

Ernest Hemingway décrit d’ailleurs ces « années folles » dans Paris est une fête et obtient le Prix Nobel de Littérature en 1964.

Ces années sont également le sujet du film Midnight in Paris de Woody Allen où un jeune homme est propulsé dans ce Paris des années 20 et où il va rencontrer un certain Picasso ou encore Dali…

Plongez au coeur des ces années follement créatrices, explorez, lisez et partagez!

Les Livreurs d’art

Vague à l’âme

Bonjour à tous, et puis joyeux Printemps en passant !

Ce mois-ci les questionnements des Livreurs d’Art touchent à plusieurs thèmes qui me tiennent à cœur, comme l’émulation artistique au sein d’un groupe et l’influence des illustrateurs japonais…

Les Livreurs d’Art : Dans les années 20 Hemingway appartenait à un groupe artistique. Est-ce que comme lui, tu retrouves cette effervescence et ce bouillonnement au sein d’un cercle artistique ?

Anne Montel : Depuis janvier, j’ai rejoint un atelier à Bordeaux dans lequel nous sommes une dizaine d’illustrateurs, auteurs BD, scénaristes à travailler dans le même espace. Ce sont des métiers extrêmement solitaires, et si l’on ne se regroupe pas dans ce genre de structure il est courant de ne voir personne pendant des jours… j’essaye d’y aller toutes les semaines pour pouvoir échanger, c’est quand même agréable d’avoir quelques compagnons de travail.

D’ici à parler d’une effervescence sans doute pas, mais il est toujours agréable de sentir une certaine émulation autour de soi !

Les Livreurs d’Art : Il nous semble trouver des similitudes entre tes illustrations et celles de Catherine Meurisse dans « Le pont des arts ». Es-tu d’accord et peux-tu nous en dire plus ?

Anne Montel : Personnellement la similitude ne me saute pas aux yeux, mais il est je crois toujours difficile pour un dessinateur d’avoir assez de recul pour discerner nettement ce genre de choses. En étant un peu objective, je pense que nous avons des techniques similaires (travail à la plume et encre/aquarelle) qui font se rapprocher nos dessins, sans doute.
Les Livreurs d’Art : En tant qu’illustratrice, admires-tu l’œuvre d’Hokusai et es-tu inspirée par les illustrateurs japonais ?

Anne Montel : Je ne connais pas très bien Hokusai, j’admire énormément sa fameuse « vague » comme tant d’autres…

J’aime énormément l’illustration japonaise, que nous parlions des estampes, du manga, des animes… je suis une grande fan des productions du studio Ghibli, et en particulier d’Hayao Miyazaki. Ses dessins-animés sont vraiment des chefs-d’œuvre.

Voici ma version de la vague d’Hokusai, j’espère qu’elle vous plaira. Je vous dis au mois prochain… et en attendant, merci de m’avoir lue !

Bonus : Vies d’artistes en BD

Hokusai et Meurisse « fous de dessin »

De l’eau, des couleurs, quelques coups de pinceau, le point commun entre ces deux artistes !

Katsushika Hokusai est sans doute l’artiste japonais le plus célèbre en France. Peintre, dessinateur, graveur et auteur de traités sur le dessin, Hokusai (1760-1849) était «le vieux fou de dessin». Son œuvre est aujourd’hui connue pour son originalité, son abondance et sa variété.

Ce livre est très bien écrit et raconte la naissance des premiers mangas Japonais. Il est donc ciblé sur la culture générale et explique en détails beaucoup de choses comme la technique de dessin.. mais aussi des choses typiques de la culture Japonaise au temps d’Edo, le théâtre Kabuki, les combats de Sumotori…

Catherine Meurisse, illustratrice et dessinatrice nous propose une promenade artistique dans « Le pont des arts », un pétillant album qui fait revivre les relations passionnelles des écrivains avec la peinture.

Vous découvrirez donc comment le vol de la Joconde permit à Guillaume Appollinaire d’imaginer un nouveau poème, comment Balzac et Picasso se retrouvèrent dans le même atelier, ou comment Emile Zola froissa définitivement son ami Paul Cézanne avec un livre. Des anecdotes véridiques racontés de façon très ludique.

 Explorez, lisez et partagez !

Les Livreurs d’art