Archives du mot-clé etapeTalentsEnImages

Etape 7 : Le Roi Lion de Roger Allers et Rob Minkoff

 Roi Lion

L’année 1994 est marquante à bien des égards, notamment pour le cinéma d’animation ! C’est en effet au cours de cette année-là, que toute une génération de jeunes cinéphiles (mais pas que !) fit la connaissance sur grand écran des personnages de Simba, Timon et Pumbaa… en regardant le tout dernier film des Studios Disney d’alors : « Le Roi Lion ».

Et ils furent nombreux à faire le déplacement dans les salles obscures pour découvrir ce 43ème long-métrage des Studios Disney qui deviendra très rapidement un classique du genre :

Le_Roi_Lion-Personnages[1]Des paysages grandioses, des scènes d’anthologie, des personnages attachants, une histoire forte, intemporelle, belle et touchante qui ne peut laisser le spectateur insensible, une bande-originale grandiose…

Voici tous les ingrédients qui ont permis au film d’occuper très rapidement une place de choix parmi le classement des plus gros succès d’animation de tous les temps !

C’est donc pour toutes ces bonnes raisons que la Cartoon’s team a décidé de vous proposer ce mois-ci ce classique des Studios Disney : « Le Roi Lion« .

Mais est-ce bien nécessaire de vous en faire le résumé ?

Tout le monde connait, dans les grandes lignes, cette histoire, celle du jeune lionceau Simba, fils de Mufasa et héritier du trône de la Terre des lions, un royaume africain où les animaux vivent en harmonie depuis toujours… Mais cet équilibre ne convient plus à Scar, l’oncle machiavélique et ambitieux de Simba, qui décide d’évincer son neveu en lui faisant endosser la responsabilité de la mort de son père Mufasa. Le jeune Simba est alors contraint à l’exil et doit quitter la terre de ses ancêtres…

Rongé par le remord et perdu, Simba va pourtant, au fil des années, reprendre goût à la vie, et combattre sa peur grâce au soutien de ses nouveaux amis : Timon et Pumbaa. Il parviendra finalement à renouer avec son destin en devenant roi des animaux.

L’histoire du Roi Lion s’inspire à la fois de l’histoire de « Moïse », de « Hamlet » de Shakespeare, de Bambi, mais également du « Roi Léo » d’Osamu Tezuka.

Autre particularité du « Roi Lion » : c’est le premier film Disney dépourvu de toute présence humaine !

Rafraîchissons-nous la mémoire avec cette bande-annonce !

Image de prévisualisation YouTube

Etape 6 : Le tombeau des lucioles de Isao Takahata

Chers voyageurs,

tombeauAprès avoir découvert le travail plein d’humour de Wes Anderson dans « Fantastic M. Fox », la Cartoon’s team a choisi de vous présenter pour cette nouvelle étape le magnifique film d’animation « Le tombeau des lucioles ».

Réalisé par Isao Takahata en 1988, ce film d’animation est inspiré de la nouvelle semi-autobiographique d’Akiyuki Nosaka intitulé La tombe des lucioles. Reproduisant avec réalisme l’univers de la nouvelle, le film produit par le Studio Ghibli est aujourd’hui un classique du film d’animation japonais.

L’histoire … En 1945, Seita et sa petite soeur Setsuko deviennent orphelins et sont recueillis par des parents proches mais sont maltraités. Ils décident de quitter cette famille et de tenter leur chance ailleurs. Dans un pays détruit par la guerre, ces deux enfants vont tenter de survivre et de trouver leur bonheur, au milieu des ruines et l’indifférence des autres.

Pour voir la bande annonce, c’est ici.

Etape 5 : Fantastic Mr. Fox de Wes Anderson

Bonjour chers bloggeurs et bonne année à tous !

En parlant de nouvelle année justement, autant débuter 2014 en prenant dès à présent, une bonne résolution : poursuivre la découverte du cinéma d’animation en compagnie de la Cartoon’s team du Voyage « Talents en images »!

Et cela tombe bien puisque la Cartoon’s team vous propose de découvrir, ce mois-ci, une nouvelle facette de l’animation, une technique de réalisation plus particulièrement : l’animation « image par image ». Nous y reviendrons au cours des prochains billets…

Pour l’instant, voici le film sélectionné pour le mois de janvier :

« Fantastic Mr. Fox »

Fantastic Mr. Fox

Réalisé par le cinéaste américain Wes Anderson en 2009, ce film est une adapation d’un roman de Roald Dahl. La technique d’animation utilisée est celle dite « image par image » (on y revient !).

Wes Anderson
Wes Anderson

Le tournage, qui s’est déroulé à Londres, a nécessité l’utilisation de 4000 accessoires, 500 marionnettes et 150 décors, dont certains mesuraient plus de 10 mètres de long ! 5229 plans et 621 450 photos ont été nécessaires à la conception du film !

Autre information notable : plusieurs célébrités ont prêté leurs voix aux personnages de ce film d’animation : Meryl Streep, Georges Clooney, Bill Murray, Mathieu Almaric, Isabelle Huppert… pour ne citer qu’eux…

Bref « Fantastic Mr. Fox » a représenté un projet colossal, un véritable défi pour l’équipe de Wes Anderson. Tous ses efforts n’ont pas été vains puisque le film reçut en 2010, le « Cristal du meilleur long métrage » au Festival international du film d’animation d’Annecy.

Voici la bande annonce :

Image de prévisualisation YouTube

Etape 4 : Persépolis de Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud

persépolis 1234

Pour la sélection de ce mois de décembre, revenons sur un des grands succès du début des années 2000. Entre 2000 et 2003, 4 volumes d’une série de BD autobiographiques sortent aux éditions l’Association : Persépolis de Marjane Satrapi.

Rapidement, Persépolis connaît un grand succès éditorial. Cette BD autobiographique en noir et blanc retrace la vie de l’auteure de son enfance à Téhéran, pendant la Révolution Islamique, à son entrée difficile dans la vie adulte en Europe.

persépolis filmCe best-seller de la BD autobiographique est adapté en film d’animation en noir et blanc par Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud. Cette formidable satire sociale et saga familiale fait un triomphe à sa sortie en 2007 et remporte 11 prix et 25 nominations, dont le prix du Jury à Cannes.

Résumé :
Téhéran 1978 : Marjane, huit ans, songe à l’avenir et se rêve en prophète sauvant le monde. Choyée par des parents modernes et cultivés, particulièrement liée à sa grand-mère, elle suit avec exaltation les évènements qui vont mener à la révolution et provoquer la chute du régime du Chah. Avec l’instauration de la République islamique débute le temps des « commissaires de la révolution » qui contrôlent tenues et comportements. Marjane qui doit porter le voile, se rêve désormais en révolutionnaire. Bientôt, la guerre contre l’Irak entraîne bombardements, privations, et disparitions de proches. La répression intérieure devient chaque jour plus sévère. Dans un contexte de plus en plus pénible, sa langue bien pendue et ses positions rebelles deviennent problématiques. Ses parents décident alors de l’envoyer en Autriche pour la protéger. A Vienne, Marjane vit à quatorze ans sa deuxième révolution : l’adolescence, la liberté, les vertiges de l’amour mais aussi l’exil, la solitude et la différence.

Pour la bande-annonce ? C’est par ici :

Image de prévisualisation YouTube

Etape 3 : Les mondes imaginaires de Winsor Mccay

Cette semaine, nous avons le plaisir de vous présenter « Gertie », dinosaure sympathique et farceur, né de l’esprit génial de Winsor Mccay au début du XXème siècle. C’est en 1915 que Gertie fait sa première apparition… Le public, enthousiaste, est tout de suite conquit par ce personnage amusant, très moderne pour l’époque…

Mais laissons Monsieur Mccay faire les présentations…

Image de prévisualisation YouTube

Epatant, non ?

Ce film d’animation est une véritable prouesse technique : 10 000 dessins ont été nécessaires à sa conception. Le décor était d’ailleurs intégralement redessiné à chaque image (la technique d’animation avec cellulo n’existait pas encore).

Winsor MccayMais ce projet ambitieux est avant tout celui d’un homme : Winsor Mccay, né au Etats-Unis en 1869. Dessinateur de génie, Winsor Mccay devient célèbre au début des années 1900, grâce à sa bande dessinée « Little Nemo in Slumberland » publiée dans la presse américaine. A la fin de la décennie, Mccay décide de se lancer dans la réalisation de films d’animation, sa maitrise du dessin et sa rapidité à les concevoir l’encourage à relever le défi…

C’est à la suite de quelques essais concluants, parmi lesquelles « Little Nemo » en 1911 (adaptation de sa bande dessinée) et « How a mosquito operate » en 1912, que Winsor Mccay réalise son chef-d’oeuvre en 1914. Avec « Gertie le dinosaure » Mccay participe à la naissance du personnage de dessin animé moderne : son dinosaure possède, en effet, une personnalité propre et attachante occupant une place centrale dans l’animation.

En 1918, Mccay réalise « le naufrage du Lusitania », film racontant le drame survenu au large de l’Irlande pendant la Première guerre mondiale. « Le naufrage du Lusitania » tient une place notable dans l’histoire du cinéma d’animation puisqu’il préfigure ce que l’on appelle aujourd’hui « le documentaire animé ». Mais à sa sortie, ce film est un échec commercial. Winsor Mccay délaissera l’animation par la suite, pour se consacrer au dessin et à l’illustration…

Les travaux et les productions de Winsor Mccay ont été déterminants dans la création et l’essor de l’industrie américaine du cinéma d’animation, même si paradoxalement il n’a jamais souhaité y prendre part.

Les années dix étaient celles de Winsor Mccay et de son génie créatif… La décennie suivante verra les studios de cinéma et leurs moyens de productions prendre le relais…

Les mondes imaginaires de W. MccayLe DVD « Les mondes imaginaires de Winsor Mccay » vous propose de découvrir ou redécouvrir les courts-métrages notables de ce génie de l’animation qu’était Winsor Mccay, parmi lesquelles : « Little Nemo », « Gertie le dinosaure », « Le naufrage du Lusitania »…

Étape 2 : Akira de Katsuhiro Otomo

Après « Les aventures de Tintin », nous vous proposons de partir à la découverte d’un tout autre univers, celui du film Akira.

Akira est d’abord un manga crée par Katsuhiro OTOMO, qu’il a lui-même adapté au cinéma en 1988. C’est un succès immédiat pour ce manga futuriste, qui est considéré encore aujourd’hui comme un des meilleurs films d’animation jamais réalisés !

Akira

Néo-Tokyo, 2019.

31 ans après la troisième guerre mondiale, dans la métropole ravagée par la bombe atomique, où règne le chaos sur fond d’émeutes de chômeurs, de manifestations d’étudiants. Un jeune appartenant à une bande de motards, Testuo, est enlevé par l’armée. Le chef de la bande, Kaneda, et la terroriste Kay mènent leur enquête et découvrent l’existence d’expériences militaires sur des enfants dotés de pouvoirs paranormaux, dont l’un deux, Akira est en hibernation dans une capsule. Tetsuo va subir les mêmes manipulations, et sa redoutable force, ajoutée à celle d’Akira, va conduire la ville à sa perte …

Pour avoir un aperçu du film, c’est ici

Etape 1 : Les aventures de Tintin : Le secret de la Licorne, Steven Spielberg et Peter Jackson

Logo-Aventures-de-Tintin

Nous sommes en 1981… La sortie du film « Les aventuriers de l’arche perdu » est un véritable succès qui confirme une fois encore le talent de son jeune réalisateur Steven Spielberg.

Indiana Jones devient une véritable icône, les critiques sont élogieuses, l’une d’entre elle compare même ce héros à un grand reporter de la bande dessinée belge. Spielberg, intrigué par ce personnage qu’il ne connait pas, entame la lecture des « Aventures de Tintin »… Fasciné, le réalisateur rentre en contact avec Hergé, ce dernier annonce qu’il souhaite que Spielberg adapte Tintin au cinéma… Malheureusement, Hergé décède quelques semaines après l’entretien…

Spielberg Jackson
Steven Spielberg et Peter Jackson

En octobre 2011, sortait aux Etats-Unis, le film « Les aventures de Tintin : le secret de la Licorne », réalisé par Steven Spielberg et Peter Jackson. L’attente a pu paraître interminable pour certains : elle a duré près de 30 ans ! Pour Spielberg, cette longue attente était justifiée, car son projet nécessitait l’utilisation de moyens technologiques particuliers et très sophistiqués, associant le cinéma du réel à l’animation. La « capture du mouvement » est apparue pour les deux  réalisateurs, comme la technique idéale pour transcrire l’univers graphique d’Hergé… Nous vous apporterons quelques précisions sur cette technique d’animation novatrice dans l’un de nos prochains billets…

Le scénario de ce film (qui est d’ailleurs le premier volet d’une trilogie) associe effiicacement, les histoires de 3 BD des aventures de Tintin : « Le crabe aux pinces d’or », « Le secret de la Licorne » et « Le trésor de Rackham le Rouge ».

Logo Tintin

Nous retrouvons le jeune reporter Tintin embarqué dans l’une de ses aventures les plus passionnantes. L’acquisition d’une maquette de bateau l’entraine à mener une mystérieuse chasse au trésor, celui du pirate légendaire « Rackham le Rouge » !

Voici la bande annonce du film !

 Image de prévisualisation YouTube