Archives du mot-clé fantasy

Rendez-vous conte : Enchantement d’Orson Scott Card

Vous aimez la fantasy ?                             enchantement

Vous aimez la mythologie russe ?          enchantment250

Vous aimez les histoires d’amour ?

Vous aimez les contes de fées ?

Vous aimerez « Enchantement » d’Orson Scott Card.

Au cœur de la forêt Ukrainienne, le petit Ivan, découvre une jeune fille endormie sur un autel (tiens ça me dit quelque chose)...Une présence inquiétante le pousse à s’enfuir. Mais il reviendra , des années plus tard, embrasser celle qui hante ses rêves les plus fous. Malheur à lui : l’espace et le temps s’en trouvent magnifiquement chamboulés…

A première vue, on se croirait dans la suite du conte de la belle au dormant, mais cela serait sans compter sur l’immense talent de d’Orson Scott Card. En y regardant de plus près,  ce conteur humaniste a su réécrire d’un point de vue moderne ce conte de féé magique.

Il nous entraîne dans une aventure rebondissante, riche en suspense, aux frontières de la réalité et de la magie. Le dépaysement est total, les voyages à travers le temps permettent des rencontres du troisième  type avec des personnages aussi célèbres que la fameuse « Baba Yaga » ou l’ours (dont je ne savais rien auparavant)…Vite, je dois me renseigner sur le contre traditionnel  russe (Медведь), ou plutôt « l’ours » en français…Cela a l’air d’une histoire terrifiante.

Ceci est mon coup de cœur de « rendez-vous conte », d’ailleurs les mots me manquent pour tout vous exprimer : humour, légende,  fantasy, science-fiction, moyen-âge, profondeur des personnages, reconstitution historique, magie…

Alors bien sûr, il y a des digressions ça et là, mais pas assez pour rendre mon esprit grognon…Vous l’avez compris moi : Jai aimé...

 

Fantasy : Quand le récit s’achève

Membre de la communauté de la licorne, vous avez suivi la quête, relevé les défis, combattu les monstres…

Rengainez votre épée, rangez votre armure, la quête s’achève ici. Aujourd’hui la fantasy n’a plus de secrets pour vous : romans, auteur, exposition, film, musique… tous les ingrédients de cet univers vous ont été dévoilés.

A votre tour de trouver votre propre quête, de laisser parler votre imagination. Notre récit s’achève ici mais le vôtre commence…dep fantasy3

Mais peut-être nous recroiserons-nous au détour d’un chemin, à l’orée d’un bois, ou tout autre univers fantasy comme dans l’exposition présentée à partir du 18 décembre à la Vendéthèque de La Châtaigneraie « Fantasy, Contes et Légendes ».

Même pas mort de Jean-Philippe Jaworski

 

Chers Voyageurs,

Découvrez notre coup de cœur :

« Même pas mort »

Premier tome de la série « Rois du monde » de Jean-Philippe Jaworski

Même pas mort« Je m’appelle Bellovèse, fils de Sacrovèse, fils de Belinos. Pendant la Guerre des Sangliers, mon oncle Ambigat a tué mon père. Entre beaux-frères, ce sont des choses qui arrivent. Surtout quand il s’agit de rois de tribus rivales… Ma mère, mon frère et moi, nous avons été exilés au fond du royaume biturige. Parce que nous étions de son sang, parce qu’il n’est guère glorieux de tuer des enfants, Ambigat nous a épargnés.

Là-dessus, le temps a suivi son cours. Nous avons grandi. Alors mon oncle s’est souvenu de nous. Il a voulu régler ce vieux problème : mon frère et moi, il nous a envoyés guerroyer contre les Ambrones. Il misait sur notre témérité et notre inexpérience, ainsi que sur la vaillance des Ambrones. Il avait raison : dès le début des combats, nous nous sommes jetés au milieu du péril. Comme prévu, je suis tombé dans un fourré de lances. Mais il est arrivé un accident. Je ne suis pas mort. »

Un coup de cœur pour les personnages, l’histoire, l’auteur, son style, ses mots… et un coup de cœur partagé par beaucoup de libraires. On partage d’ailleurs la vidéo de l’un d’entre eux qui en parle très bien…

Image de prévisualisation YouTube

« Même pas mort » a reçu le prix du roman francophone aux Imaginales de 2014.

Le tome 2 « Chasse royale » est déjà disponible et le tome 3 « La grande jument » arrive bientôt… alors, n’hésitez plus…

Couverture du premier tome de la saga Percy Jackson

Percy Jackson de Rick Riordan

Chers voyageurs,

La mythologie grecque vous passionne mais vous en avez assez des histoires lisses autour de Troie, Hercule et les autres ? Alors la saga Percy Jackson de Rick Riordan est faite pour vous !

Couverture du premier tome de la saga Percy Jackson : Le voleur de foudre

Percy Jackson, c’est l’histoire d’un garçon de 12 ans dyslexique et turbulent qui découvre une chose incroyable : il est le fils de Poséidon le dieu des mers. Mais ce n’est pas tout ! Selon une prophétie, sa naissance est susceptible de mettre l’Olympe, désormais située au sommet de l’Empire State Building, en danger. Pour le protéger, sa mère l’envoie dans un camp d’été, la colonie des Sang-Mêlé, dédié à l’entraînement des demi-dieux. Là, Percy se voit accusé par son oncle Zeus de lui avoir volé l’éclair primitif tandis qu’il apprend que sa mère est retenue captive par Hadès, le dieu des enfers.  En compagnie de ses amis Annabeth, fille d’Athéna et Grover le satyre, Percy part en quête de l’éclair de Zeus afin de prouver son innocence et de sauver sa mère.

Se basant sur une idée originale, la mythologie grecque à la sauce contemporaine, Rick Riordan nous embarque pour une épopée pleine de rebondissements et surtout saupoudrée d’humour. Dionysos portant des chemises hawaïennes et sirotant du Coca vaut son pesant d’or ! Ecrite à la première personne, cette histoire nous happe sans efforts et on s’attache vite à Percy. Facile à lire, les adolescents adoreront cette saga épique qui n’est pas sans parfois nous rappeler Harry Potter et les adultes ne seront pas en reste !

Et pour ceux qui seraient passés à côté du phénomène Percy Jackson, les deux premiers tomes ont été adaptés au cinéma. Retrouvez la bande annonce du premier volet ci-dessous.

Image de prévisualisation YouTube

Amis humains, il ne nous reste plus qu’à vous souhaiter bonne lecture et/ou bon film !

Un visage pour l'éternité de CS Lewis

Un visage pour l’éternité de C.S Lewis

Chers voyageurs,

Comment parler des origines de la fantasy sans citer le célèbre C.S Lewis ? Contemporain de Tolkien, C.S Lewis est souvent méconnu en France alors que ses ouvrages ont marqué des générations de jeunes Britanniques. Car, c’est à C.S Lewis que l’on doit le cycle du Monde de Narnia. Mais, on ne peut réduire Lewis à cette seule saga. C’est pourquoi nous avons choisi aujourd’hui de vous présenter un de ses romans moins renommé : Un visage pour l’éternité.

Passionné de mythologie grecque, C.S Lewis revisite dans ce livre le mythe de Psyché et Cupidon dont vous pouvez prendre connaissance en cliquant ici.

Couverture de "Un visage pour l'éternité " de C.S Lewis

L’originalité de ce roman est de se focaliser non pas sur Psyché mais sur sa sœur Orual. Lewis a déplacé l’histoire dans le royaume barbare fictif de Glome. Psyché est la troisième fille du roi mais c’est sa sœur aînée Orual qui va l’élever comme une mère. S’installe entre les deux sœurs une relation fusionnelle proche de l’amour passionnel. Psyché est aussi belle qu’Orual est laide, et bientôt, le peuple vénère Psyché telle la déesse Aphrodite ce qui provoque l’ire des dieux. Pour calmer leur colère, Psycho doit être sacrifiée au dieu de la Montagne. Mais, comme dans le mythe, la jeune fille est en fait enlevée par le dieu Cupidon qui fait d’elle sa femme. Orual, désespérée et folle de rage d’être séparée de sa sœur pour le reste de sa vie écrit un livre, ce livre, pour accuser les dieux et réclamer justice face à leur cruauté.

Avec Un visage pour l’éternité, nous plongeons dans la tête d’Orual, dans son cœur meurtri. Personnage complexe et attachant, Orual n’est ni bonne, ni mauvaise et porte son humanité tel un étendard face aux divinités qui l’ont fait souffrir. Ecrit d’une main de maître, on pourrait presque croire que ce mythe réinterprété s’est réellement déroulé dans un passé immémorial. Et c’est là le génie de C.S Lewis : rendre cette histoire plausible et plus proche de la psychologie humaine que ne l’a jamais été le mythe original.

Alors, entrez dans le royaume de Glome sans un regard en arrière : vous ne le regretterez pas !

Couverture de "Durandal, La marche de Bretagne", premier tome d'une saga prometteuse

Durandal de Nicolas Jarry

Cher voyageurs,

Pour terminer ce cycle consacré aux légendes, quoi de mieux qu’une bande-dessinée épique ? Avec Durandal, La marche de Bretagne, Nicolas Jarry, associé au dessinateur Gwendal Lemercier, nous offre une fabuleuse histoire sur la légendaire épée du chevalier Roland.

Couverture du premier tome de la BD "Durandal"

L’action se déroule sous le règne de Charlemagne. Le royaume doit faire face aux attaques incessantes des Saxons. Ambroise, comte de la Marche de Bretagne et détenteur de la légendaire épée Durandal, est tué au combat. Contre toute attente, son jeune héritier et petit-fils, Roland de Roncevaux, est dépossédé de la lame familiale par une mystérieuse femme venue d’Islande. Les années passent et la situation de la Marche de Bretagne se dégrade : les navires vikings écument les côtes et la révolte gronde dans les territoires limitrophes. Roland comprend que seule l’épée Durandal pourra lui donner le pouvoir de rétablir l’ordre et qu’il doit briser le serment fait à sa mère de ne jamais rechercher l’épée de son grand-père. S’ensuit une quête valeureuse qui mènera Roland aux confins des terres du Nord, là où les légendes et la mythologie prennent vie.

Mêlant de façon habile faits historiques, contes populaires, légendes, mythologies scandinave et gauloise ainsi que des éléments sortis tout droit de son imagination, Nicolas Jarry nous propose sa réinterprétation de la chanson de geste médiévale « La chanson de Roland ». Servie par une intrigue soutenue, une galerie de personnages flamboyants, des planches fournies et détaillées, cette bande-dessinée nous apporte un nouvel éclairage sur l’épée Durandal, non moins légendaire qu’Excalibur.

Quatre tomes sont déjà parus et sont porteurs de bien des promesses… Histoire à suivre !

Couverture du livre Lettres du père Noël de Tolkien

Lettres du père Noël de Tolkien

Chers voyageurs,

A l’occasion de Noël, découvrez Tolkien comme vous ne l’avez jamais connu avec le livre Lettres du père Noël.

Cet ouvrage est un recueil de lettres écrites par Tolkien à ses enfants entre 1920 et 1943. Chaque année, Tolkien écrivait une lettre prétendument envoyée du Pôle Nord par le père Noël et son fidèle compagnon l’Ours Polaire.

Couverture de "Lettres du père Noël" de Tolkien, éditions Christian Bourgeois, 2004

Les trente lettres, en mots et en images, qui constituent ce recueil, forment un récit relatant les aventures du père-Noël, les bêtises de l’Ours Polaire et leurs démêlés avec les horribles gobelins. Peu à peu, et pour notre plus grand plaisir, la galerie de personnages s’enrichit d’Elfes des neiges, de Gnomes rouges, de Bonshommes de neige qui mettent le Pôle Nord sans dessus-dessous !

Cette petite merveille de la littérature nous plonge dans l’univers du père Noël tel que le dépeignait Tolkien, c’est-à-dire rempli de malice, de magie et d’aventures. Vous y retrouverez de belles illustrations réalisées par l’auteur lui-même et les reproductions des lettres originales. Laissez-vous donc transporter par la magie de Lettres au père Noël, ce livre plaira aux petits comme aux grands enfants et surprendra plus d’un amoureux de Tolkien.

Bonne lecture et surtout, joyeux Noël !

Les Dames du Lac de Marion Zimmer-Bradley

Récemment nous vous avons parlé de L’Enchanteur de Barjavel. Nous vous proposons de poursuivre notre voyage au cœur des Légendes Arthuriennes en compagnie d’un des romans du cycle d’Avalon  « Les dames du Lac » de Marion Zimmer-Bradley.

Les Dames du Lac

 Résumé :  » Merlin l’Enchanteur, Arthur et son épée fabuleuse, Lancelot du Lac et ses vaillants compagnons, tous sont présents, mais ce sont ici les femmes qui tiennent les premiers rôles : Viviane, La Dame du Lac, Ygerne, Duchesse de Cornouailles et mère d’Arthur, Guenièvre, son époux , Morgane la fée, sa sœur et amante du grand roi… Cette épopée envoûtante relate la lutte sans merci de deux mondes inconciliables : celui des druides et des anciennes croyances et celui de la nouvelle religion chrétienne qui supplante peu à peu les rites ancestraux de la Grande Bretagne avant qu’elle ne devienne l’Angleterre. »

Différent du roman de Barjavel mais tout aussi captivant, ce sont « les femmes légendaires » qui sont mises à l’honneur dans ce roman. Par son style efficace et bien rythmé, Marion Zimmer-Bladley nous emporte avec délice sur l’île d’Avalon à la rencontre de sa grande prêtresse Viviane. Un moment « merveilleux » qui nous transporte ailleurs, le temps d’un livre, le temps d’un voyage en Terre de Légende…

Et vous qu’en pensez-vous ?