Archives du mot-clé femmes

Niki de Saint Phalle : Des couleurs et des formes

Niki de Saint Phalle + le jardin des Tarots 06Niki de Saint Phalle, artiste française, plasticienne, peintre et sculptrice est née en 1930 à Neuilly-sur-Seine et  décéde en 2002 à San Diego à l’âge de 72 ans. Niki de Saint Phalle est d’abord mannequin pour de grands magazines puis elle commence à peindre dès 1952 sans aucun enseignement artistique. Elle devient membre du mouvement  des « nouveaux réalistes »,  mouvement développé en France par Yves Klein (art qui consiste à prendre des objets de la vie quotidienne pour en faire une œuvre). Grâce à de nombreuses œuvres majestueuses, Niki de Saint Phalle fait partie sans aucun doute des plus grandes artistes du XXème siècle. A ce titre, le grand Palais lui consacre actuellement sa plus grande exposition depuis plus de 20 ans.

Niki de Saint Phalle : UNE FEMME

Née dans une famille bourgeoise, elle est élevée à New-York. De nationalité franco-américaine,  Niki de Saint Phalle trouve dans l’art un moyen d’échapper à son éducation traditionnelle. Perturbée par son enfance suite au viol de son père à l’âge de 11 ans , Niki est une petite fille instable. A 18 ans, elle fugue et rencontre Harry Matthews, son futur mari. A 20 ans, elle met au monde une petite fille et 4 ans plus tard un garçon naît de cette union. Autodidacte, elle se met à peindre, de retour en France et après une grande dépression Niki fait la connaissance en 1960 à Paris du sculpteur Jean Tinguely et abandonne mari et enfants pour vivre avec lui. C’est en 1961 que la carrière de Niki va véritablement décoller, elle participe à de nombreuses expositions et rencontre de nombreux peintres comme Dali.

Niki de Saint Phalle : UNE ARTISTE

grand-tir– LES TIRS : Elle devient célèbre en 1961 grâce à sa première exposition « Les Tirs« . Ce sont des tubes emplis de couleurs et recouverts de plâtre et qui sont percés par des tirs à la carabine le tout fixé sur une planche. Grâce à cet art, Niki apparaît sur la scène internationale. Pendant de nombreuses années ses œuvres sont le reflet de sa vie tourmentée.

 LES NANAS : A partir de 1965, Niki de Saint Phalle met en avant la nanas1femme et ses œuvres vont refléter le bonheur et la féminité. Ses « Nanas« qui sont des sculptures exubérantes, imposantes et multicolores dégagent une certaine féminité provocante et joyeuse. Niki de Saint-Phalle réalise alors des œuvres colorées, monumentales utilisant à la fois la peinture, la sculpture et l’architecture. Certaines sont même habitables. Niki de Saint Phalle propose alors un monde imaginaire, universel, et accessible à tous. D’autant plus, que les créations ludiques de Niki de Saint-Phalle sont destinées aux espaces publics, places, fontaines et jardins auxquels elles donnent une âme dans de nombreuses villes d’Europe et des Etats-Unis. Ses figures féminines, les Nanas, la firent connaître dans le monde entier.

niki-de-saint-phalle-5 LA HON : Parmi les œuvres monumentales de Niki de Saint Phalle, « Hon » qui signifie  « Elle » en Suédois représente une femme de 28 mètres de long sur 9 mètres de large, réalisée avec son mari Jean Tinguely et exposée de juin à septembre 1966 au Musée d’art moderne de Stockholm. Les visiteurs pouvaient entrer dans la sculpture par une entrée située entre ses jambes et ainsi y découvrir d’autres œuvres à l’intérieur comme un bar et une vidéothèque.

– LE JARDIN DES TAROTS : C’est l’oeuvre la plus importante de Niki de Saint Phalle. Cemainview2 « jardin des tarots » réalisé à partir de 1979 (et avec l’aide de Jean Tinguely son mari), se situe en Toscane (Italie) à Capalbio et réunit des sculptures monumentales inspirées par les figures du jeu de tarots. Ce jardin a  ouvert ses portes en 1998. Ces sculptures étant habitables, elle y vivra avec sa famille pendant plusieurs années.

Niki de Saint Phalle : UNE FEMINISTE

Ses premières œuvres sont déjà guidées par la réflexion qu’elle mène sur le rôle de la femme dans notre société. Artiste non conventionnelle et au début, seule femme dans le groupe des « Nouveaux Réalistes », Niki de Saint Phalle s’affirme en tant que femme moderne. Artiste engagée, au travers de son art, Niki a un discours politique et militant défendant la femme moderne.

EXPOSITION AU GRAND PALAIS à PARIS

Niki de Saint Phalle est à l’honneur avec cette formidable rétrospective qui lui est consacrée actuellement  au Grand Palais jusqu’au 2 février 2015. Sans plus attendre, cliquez-ici pour découvrir un aperçu de cette grande exposition.

prix catalpa 2014

 

 

 

« Marie Laurencin » de Bertrand Meyer-Stabley

marie laurencinA la une cette semaine, le livre biographique de Bertrand Meyer-Stabley intitulé « Marie Laurencin » édité chez Pygmalion. Il retrace parfaitement la vie de cette femme peintre du 20ème siècle, une femme au style original et au talent indéniable. Plus qu’une biographie, c’est un tableau de toute une époque que nous brosse l’auteur, au détour duquel on croise Apollinaire, Picasso ou Coco Chanel … 

Marie Laurencin, née en 1883, vit une histoire d’amour passionnelle et passionnée avec Guillaume Apollinaire pendant 5 ans, période durant laquelle elle sera sa muse.

« L’automne est morte souviens-t’en                                                                                                                                                                                           L’odeur du temps brin de bruyère                                                                                                                                                            Et souviens-toi que je t’attends. »

Adieu de Guillaume Apollinaire (au moment de leur rupture en 1912)

Portrait de Coco Chanel
Portrait de Coco Chanel

Elle expose pour la première fois en 1907 au Salon des indépendants, le début d’un succès qui fait d’elle une exception féminine dans l’univers masculin de l’époque.  Son style poétique et ses couleurs fluides et douces lui permettent de devenir la portraitiste officielle du milieu mondain féminin des années 20. Elle fait la connaissance de Coco Chanel en 1923, et fait d’elle un portrait que Coco refusera, sous prétexte qu’il ne lui ressemble pas … ou tout simplement par jalousie du succès de la peintre … Marie Laurencin laisse derrière elle 1800 portraits et huiles sur une cinquantaine d’années de peinture. Elle connait la célébrité de façon posthume grâce à l’industriel japonais Masahiro Takano, créateur du musée Marie Laurencin à Tokyo !

Un célèbre chanteur a immortalisé Marie Laurencin ! A vos méninges !

 peinturelogo

Faites vite !

Exposition_Seraphine_de_SenlisVous avez jusqu’au 26 janvier 2015 pour vous rendre pour découvrir l’exposition « Séraphine de Senlis : de l’ombre à la lumière » au Musée d’Art et d’Archéologie de Senlis. Afin de célébrer le 150ème anniversaire de la naissance de Séraphine Louis, Séraphine de Senlis, le musée met à l’honneur ses plus grandes oeuvres. 

Le musée possède une collection permanente d’oeuvres données par Anne-Marie Uhde, héritées de la collection de son frère. Sont également présentés 6 tableaux prêtés par le musée Maillol de Paris, tableaux majeurs de son oeuvre naïve.

Dépêchez-vous … et pour en savoir plus, c’est ici.

peinturelogo

« Séraphine » de Martin Provost

seraphineMusique, littérature, sculpture … autant de domaines artistiques qui ont permis à des femmes de génie de se faire connaître. Mais comment évoquer l’art sans parler de peinture ? Les Dames d’art ont choisi ce mois-ci de vous plonger dans les oeuvres de femmes au destin incroyable, bien souvent ignorées de leur époque … Et si Martin Provost n’avait pas réalisé le magnifique « Séraphine« , qui aurait entendu parler de cette femme peintre autodidacte, à l’univers si touchant et poétique ?

Séraphine de Senlis est née en 1864 et travaillera comme domestique jusqu’à ce que la folie la gagne et qu’elle meurt en 1942. C’est un collectionneur d’art allemand, Wilhelm Uhe, qui découvre ses peintures et la soutient, lui permettant même d’exposer ses toiles.  Fabriquant elle-même ses couleurs et ses pigments, ses tableaux sont gorgés de lumière.  S’inspirant d’images pieuses, son oeuvre est rattachée à l’art naïf.

Séraphine (Musée Maillol)C’est grâce à l’interprétation magistrale, et récompensée par le César de la meilleure actrice, que Yolande Moreau interprète le rôle de Séraphine, dans le film du même nom. Martin Provost décide en 2008 de mettre en scène la vie de cette peintre au destin tragique, mais bouleversant de sensibilité. Le film a remporté 7 César, et a permis aux oeuvres de Séraphine de « sortir de l’ombre ».

peinturelogo

 

« Edith Piaf, une Môme en or »

« L’homme à la moto« , « La vie en rose« , « L’hymne à l’amour« , « La foule » … on pourrait citer des dizaines de chansons qui ont fait le succès d’Edith Piaf, chanteuse à l’interprétation et la voix hors du commun. Elle connait une renommée internationale, devenant le mentor de jeunes artistes comme Yves Montand, Georges Moustaki ou Charles Aznavour.

Edith Piaf une môme en orDifficile d’évoquer d’Edith Piaf sans penser à son enfance malheureuse, ses différents maris, ses caprices, mais aussi ses addictions. Mais tout cela est vite surpassé par ce talent incroyable, cette voix puissante et dramatique, qui l’a mené d’un petit cabaret aux plus grandes scènes françaises et internationales. Jean Cocteau, un de ses amis les plus fidèles, dira d’elle : « Je n’ai jamais connu d’être moins économe de son âme. Elle ne la dépensait pas, elle la prodiguait, elle en jetait l’or par les fenêtres. » Une vie intense, exceptionnelle … mais trop courte …

Cette semaine, Les Dames d’art vous présentent « Edith Piaf, une môme en or ». Dans ce coffret, redécouvrez le destin exceptionnel d’Edith Piaf à travers le film La Môme, un documentaire Edith Piaf intime et 2 CD de ses chansons qui ont fait d’elle la plus célèbre interprète francophone. Une belle idée de cadeau en cette fin d’année !

Et comme on ne peut pas parler d’Edith Piaf sans une chanson, redécouvrez ici un de ses plus grands succès.

musique

L’originalité extrême de Louise Bourgeois

louise bourgeoisLe 31 mai 2010 à New York, l’information est passée presque inaperçue … C’est pourtant le jour où disparaît la sculptrice contemporaine la plus connue, la première femme ayant exposé au Museum of Modern Art de New York ! Louise Bourgeois, française naturalisée américaine, détient le record de vente pour une oeuvre artistique signée par une femme, 10 millions de dollars.

  • Une enfance douloureuse

C’est dans la souffrance et les disputes conjugales qu’est élevée Louise Bourgeois. Son père entretient une liaison avec la nurse de Louise, ce qui la conduit à rejeter l’image du père. Elle en fait d’ailleurs le thème d’une de ces oeuvres Destruction of the father (Destruction du père). Alors qu’elle commence des études de mathématiques, sa mère , qu’elle considérait comme sa meilleure amie, meurt en 1932. Elle bifurque radicalement en s’inscrivant aux Beaux-Arts.

  • Une créativité unique

03-1967-0267-germinal-SF_LGLouise Bourgeois devient l’élève de Fernand Léger, peintre cubiste, qui l’oriente vers la sculpture. Alors que l’Europe est envahi par les nazis, elle part à New York en 1938, cité d’accueil de nombreux artistes. Elle rencontre alors Pollock, Rothko ou De Kooning. Mais elle rejette toutes ces influences artistiques : son travail n’a pas besoin d’école ou d’idéologie. Il trouve son origine au plus profond d’elle-même, les traumatismes de son enfance, la figure de sa mère.

  • Une femme de renom 

Maman de Louise BourgeoisElle écrit sa vie à travers ses oeuvres, utilisant des matériaux innovants comme le latex, le tissu … Mais elle fuit les professionnels qui veulent l’exposer, peut être par peur de montrer son travail. La reconnaissance, elle ne la connait que tardivement … à 71 ans ! Elle exposera à la Tate Modern de Londres, le Guggenheim de Bilbao ou le Centre George-Pompidou de Paris. L’une de ses plus fameuses sculptures, Maman, une araignée aux dimensions colossales sera exposée aux 4 coins du monde !

« La preuve du succès pour moi, ce n’est pas la vente, mais si l’oeuvre me touche, me rend meilleure et me donne du plaisir. » Louise Bourgeois

Pour découvrir cette femme hors du commun, cliquez ici.

« Camille Claudel » de Bruno Nuytten

Ce mois-ci, les Dames d’Art souhaitent mettre en avant des artistes féminines dans le domaine de la sculpture. Artiste majeure de la fin du XIXème siècle, Camille Claudel est une sculptrice de génie. Passionnée dès son plus jeune âge par cet art, elle s’installe à Paris, et développe très rapidement une complicité amoureuse et artistique avec Auguste Rodin. Vivant dans la misère à son époque, le travail  de sculpture de corps nus de Camille Claudel reste une référence artistique internationale. 

Camille Claudel Bruno NuyttenAfin de découvrir cette artiste hors norme, Bruno Nuytten offre à Isabelle Adjani le rôle de Camille Claudel, dans le film du même nom. Biopic sur la sa vie, l’idée du film vient d’Isabelle Adjani elle-même, fascinée par cette femme au destin tragique.

Le film s’intéresse à la relation tumultueuse et passionnée entre Camille et Auguste Rodin. Celui-ci, de 20 ans son aîné et une carrière internationale, est immédiatement fasciné par ses créations.

 Il a raflé 5 César dont celui du Meilleur film et de la Meilleure actrice pour Isabelle Adjani. Face à la fragilité et la folie passionnelle du personnage,  le charismatique Gérard Depardieu (interprète d’Auguste Rodin) fait barrage et rend cette folie d’autant plus violente. 

 Attention, chef d’oeuvre !

Sculpture

Anna de Noailles, créatrice du Prix Fémina

Poétesse méconnue de son époque, Anna de Noailles (1876-1933), princesse d’origine roumaine, a beaucoup influencé le monde intellectuel du début du XXème siècle.  C’est avec Julia Daudet, la femme d’Alphonse Daudet, et Judith Gautier, fille de Théophile Gautier qu’elle crée en 1904 le prix « La Vie heureuse », qui deviendra plus tard le Prix Fémina. 

  • Une femme de poésie

Laszlo_-_Anna_de_NoaillesIssue d’une famille bourgeoise, Anna de Noailles reçoit une éducation tournée vers les arts, notamment la poésie et la musique. Elle passe la majeure partie de son enfance sur les bords du lac Léman, qui l’inspirera de par la beauté tranquille de la nature. Mais elle fait également preuve d’un lyrisme passionné quand il s’agit de parler d’amour !

« Le bonheur d’aimer est si fort, étant seul la négation
Du quotidien et de la mort, que je n’ai, dans ma passion,

Dans cet amour que je ressens, vraiment jamais rien désiré,
Rien attendu, rien espéré, que mon désir éblouissant! »

  • La littérature au féminin

En 1904, Anna de Noailles accompagnée de 22 collaboratrices, crée le prix « La Vie Heureuse », pour se démarquer de l’Académie Française et du jury du Prix Goncourt, exclusivement masculin à l’époque. Le prix La Vie Heureuse récompense la meilleure oeuvre française écrite en prose ou en poésie. En 1920, il devient Prix Fémina, et reste aujourd’hui un des plus prestigieux prix littéraires français.

  • Une femme de distinction

Anna_de_Noailles_1913Le salon d’Anna devient un lieu incontournable pour l’élite intellectuelle, littéraire et artistique de son époque. Elle y accueillera Edmond Rostand, Paul Claudel, André Gide, Colette et Jean Cocteau (pour ne citer qu’eux …). Elle est la seule femme poète de son temps à recevoir les plus hautes distinctions publiques : première femme commandeur de la Légion d’Honneur, première femme reçue à l’Académie royale de langue et de littérature française de Belgique (Colette et Jean Cocteau lui succéderont). En 1920, son recueil de poèmes Le coeur innombrable sera couronné par l’Académie française !

Le Prix Fémina 2014 a été attribué à Yanick Lahens pour son ouvrage Bain de lunelogolitterature