Archives du mot-clé japon

Dégustation du thé avec Lydia Gautier

Bonjour chers Voyageurs,

En cette fin d’année et avec le froid qui s’installe, j’ai décidé de vous emmener pour un voyage autour d’une boisson que j’affectionne tout particulièrement : le thé. Boisson subtile et remplie d’histoire, le thé promet une belle découverte autant gourmande qu’instructive. Partons avec le très beau livre de Lydia Gautier, Le Thé, arômes et saveurs du monde.

gautier-lidya

Ce documentaire permet de plonger dans l’histoire du thé et de suivre son évolution dans le temps, épousant les changements de la société. Ce livre allie recettes, bonnes adresses et mélanges des saveurs tout en explicitant les différentes couleurs des thés et leurs bienfaits. Ecrit par une ingénieure agronome, ce livre permet une entrée professionnelle dans le savoir autour du thé, tout en réservant de splendides photos aux amateurs de belles images. Comme entrée en matière, on ne fait pas mieux ! Alors, que vous préfériez le thé vert au noir ou le Earl Grey au thé vert Matcha, ce livre est fait pour vous !

A présent, j’ai envie de vous poser cette question : a cup of tea, anyone ? Et je ne vous jetterai pas la pierre si vous l’accompagnez d’un petit chocolat de Noël… 🙂

Joyeuses fêtes à tous !

Corisande

(Crédits photos : Couleur – Pixabay / Couverture : Electre)

Le restaurant de l’amour retrouvé…

Bonjour à tous,

Prenez une histoire d’amour qui se termine du jour au lendemain, une love story qui laisse un goût acre et acide dans la bouche. Rajouter des ingrédients emprunts de tendresse, de douceur, de sérénité, de bonté, d’amitié, de silence, d’entraide et d’humanité. Saupoudrez d’un brin d’exotisme et d’amour. Relevez la saveur par quelques aromates trouvés dans un jardin où se promène en liberté une magnifique truie. Laissez reposer l’écriture, le levain. Humez, regardez, ralentissez, salivez et savourez ce livre comme on savoure la vie, l’instant présent et vous obtiendrez le restaurant de l’amour retrouvé d’Ogawa Ito.ob_722987_restaurant-de-l-amour-retrouve

Ce roman nous invite à la découverte de la cuisine japonaise à travers la personne de Rinco, jeune femme de 25 ans qui perd la voix à la suite d’un chagrin d’amour. Elle revient malgré elle chez sa mère, figure fantasque vivant avec une truie apprivoisée. Rinco, toujours muette va alors se consacrer à sa passion en ouvrant un restaurant qu’elle va décorer elle-même : L’Esargot. Elle va vite découvrir que les mets délicats qu’elle prépare ont un pouvoir magique : rendre heureux les gens, les âmes brisées…

En bref, un livre à recommander et à savourer sans modération… Une écriture légère telle une poésie, un livre qui mêle art et écriture : tous les ingrédients nécessaires pour un bon roman !

En plus du roman, le restaurant de l’amour retrouvé a rencontré un grand succès au Japon avec l’adaptation cinématographique en 2010 par Mai Taminaga sous le titre 食堂かたつむり (Shokudo Katatsumuri).

Bonne dégustation ou plutôt bonne lecture !

Sunray

(Sources : Plateau aliments japonais : Pixabay ; couverture : Electre)

 

Intrusion – Natsuo Kirino

Cette semaine plongez vous dans Intrusion de Natsuo Kirino. Ce roman qui présente un double portait de femme s’interroge sur la puissance destructrice de la passion amoureuse.

Tamaki est une jeune romancière d’une trentaine d’années, qui a vécu une histoire 69659079d’amour intense et prolongée avec Seiji, son éditeur. Leur séparation un an plus tôt a été très douloureuse, mettant en péril leurs familles respectives, et Tamaki se plonge dans le travail sans pouvoir vraiment effacer sa présence. Elle s’attèle à un nouveau roman, Inassouvi, qui est une enquête littéraire sur un auteur de best-sellers, et plus particulièrement sur son roman autobiographique, Innocent, où il raconte une histoire d’amour passionnée qui a failli détruire sa famille. Tamaki cherche la trace de cette maîtresse aussi célèbre que mystérieuse, prénommée Oko. Elle interroge les femmes de l’entourage de l’auteur, et son épouse.

 

Rendez-vous dans le noir – Otsuichi

La littérature policière japonaise regorge de thriller psychologique dont la petite musique singulière imprime durablement l’esprit. Otsuichi en est un des meilleurs représentants à l’heure actuelle. Oubliez la violence, oubliez l’action et le bruit… mais découvrez un roman subtil à vous glacer le dos pour un bon moment… Lisez « Rendez-vous dans le noir » !

Michiru, jeune fille d’une vingtaine d’année, a perdu la vue dans un accident de voiture. Depuis le décès de son père, elle vit seule et recluse dans la maison familiale à proximité de la gare. L’obscurité et le mutisme son quotidien. Kasue, son amie d’enfance, est son seul contact avec l’extérieur. Un jour, Michiru sent une présence étrangère dans la maison et comprend qu’un intrus s’est introduit chez elle. Elle se remémore alors ce meurtre qui a été perpétré quelques jours plutôt à la gare. Et si le meurtrier c’était introduit chez elle ? Progressivement, dans l’obscurité et le silence, se noue une étrange relation entre celui qui se cache et celle qui ne voit pas…

9782809710120,0-2153396 (1)

 

 

« Faire abstraction de la présence d’autrui était impossible. Ils n’étaient pas parvenus à s’ignorer l’un l’autre. Dès l’instant où ils avaient pris conscience du fait que l’autre savait, quand bien même ils auraient tenté de passer outre, le contact avait été établi. »

 

 

« Rendez-vous dans le noir » est un roman déroutant. De prime abord, c’est un polar classique. Mais très vite, de part son ambiance et les faux semblants, on évolue vers le thriller psychologique. L’intrigue est toute en finesse, subtilité, et l’auteur nous tient en haleine tout au long de celle-ci. Son dénouement, aussi surprenant que bien ficelé, vous glacera le dos.

Otsuichi est un jeune auteur nippon. Il est qualifié de romancier à double facette. Ses écrits, principalement des romans et des nouvelles, se divisent en textes « noirs », aux thèmes sinistres et morbides, et en œuvres « blanches », plus mélancoliques et mettant en avant la psychologie des personnages.

« Rendez-vous dans le noir » est une oeuvre blanche d’Otsuichi, qui est, sans conteste, un auteur à suivre !

 

Une carte pour l’enfer – Miyuki Miyabe

Avec Une carte pour l’enfer, venez plonger dans les excès du Japon des années 90 : argent, crédit facile, pègre, bourse à son apogée.

une_carte_pour_l_enfer_381Précédemment blessé lors d’une interpellation mouvementée, l’inspecteur Honma est au repos. Un petit-cousin de son épouse, respectable banquier, en profite pour lui demander de rechercher sa fiancée, Shoko, disparue à la suite d’une dispute d’amoureux à propos d’une carte de crédit. Ce qui se présentait comme une tâche de médiation de quelques heures devient bientôt une enquête éprouvante dans l’enfer personnel d’une femme qui n’est pas celle qu’elle prétendait être.

 

 

De facture classique le roman de Miyuki Miyabe, le roman tombe rapidement dans une profonde noirceur, avec une intrigue parfaitement menée, sans tomber pour autant dans le thriller.

Miyabe

A sa sortie au Japon, ce roman a obtenu le prix Yamamoto (un Goncourt du policier)

Un manga polar pour ce soir

Après avoir mis en avant le polar japonais dans sa forme romanesque, nous vous proposons de découvrir le polar nippon sous une autre forme, très populaire au Japon : le manga. Depuis « Monster » et « 20th century boys », les mangas policiers sont à la mode et de grande qualité. Pour aujourd’hui, découvrez, lisez et savourez « Wet Moon » d’Atsushi Kaneko.

L’Histoire

Japon, années 1960. Dans la moiteur d’une station balnéaire aux accents de Las Vegas, royaume des faux-semblants et de la corruption, le jeune et irréprochable inspecteur Sata enquête sur le meurtre d’un ingénieur. Lorsque ses pas le mènent sur le lieu de travail de la victime, une entreprise fabriquant des modules pour un mystérieux programme spatial, une secrétaire prend la fuite, attirant sur elle tous les soupçons. Alors que Sata la poursuit, il perd subitement connaissance. À son réveil, un éclat métallique est logé dans son crâne, provoquant des pertes de mémoire et des hallucinations. Pour Sata, qui brûle de découvrir ce qui lui est arrivé, la traque de la suspecte prend bientôt la forme d’une obsession.

Le Manga

« Wet Moon » est un seinen manga c’est à dire un type de manga dont la cible éditoriale est avant tout constituée de jeunes adultes (15 à 30 ans) masculins. Il est composé de 3 tomes. Dans sa version française, « Wet Moon » a été édité chez Casterman dans la collection Sakka, de janvier à septembre 2014.

weetmoon

L’Auteur

Cette série a été écrite par le mangaka Atsushi Kaneko, déjà connu en France grâce à deux précédents titres : « Bambi » et « Soil ».  Il naît le 26 décembre 1966 à Sakata dans la préfecture de Yamagata. Fortement inspiré par le cinéma américain, il a pour volonté de travailler dans le domaine du 7ème art mais ce qui se fait au Japon au moment où il entre dans la vie active ne semble pas convenir à ses attentes. Aussi, de part son engouement pour le dessin, il choisit de mettre ses histoires sur papier plutôt que sur grand écran. Pour notre plus grand plaisir !

kaneko

L’Avis

Dans « Wet Moon », tout n’est que trous, béances et faux semblants…  Atsushi Kaneko nous livre ici un manga hors-pair, une enquête policière haletante et hallucinée, un récit à la croisée de l’univers de David Lynch et du graphisme de Charles Burns ou de Paul Pope.

Bonne lecture !

 

Deux chefs-d’oeuvre de la littérature japonaise


Le Dit du Genji 
qui a inspiré le roman dévoilé la semaine dernière, est une œuvre majeure de la littérature japonaise du XIème siècle, tout comme son contemporain Note de chevet.

Le Dit du Genji

Le Genji est un titre donné à un fils d’empereur qui ne peut prétendre au trône. Il est donc à l’origine d’une nouvelle branche  impériale.

Le Dit du Genji, se présente comme un récit véridique et  raconte la vie d’un de ces princes impériaux, d’une beauté extraordinaire, poète accompli et charmeur de femmes.

 408.2008.1.a-c##S

Cet ouvrage est considéré pour beaucoup comme le premier roman psychologique du monde. Le caractère intemporel des relations humaines y est pour beaucoup et si les us et coutumes de la cour peuvent nous être étrangers, les problèmes que rencontrent les personnages sont bien plus familiers. Par bien des aspects, l’œuvre est une critique incisive et complète des mœurs décadentes de la cour de Heian mais avec un regard intérieur, intime car après tout l’auteur est elle-même un membre de la cour. Si on prend en compte la date de l’œuvre, les sujets abordés sont très en avance sur leur temps. Il y a là la femme bafouée, le mari jaloux, la courtisane, le séducteur impénitent, la fascination du pouvoir, les différentes classes sociales, l’argent.

Note de chevet

La deuxième œuvre majeure de la littérature japonaise est Note de Chevet de Sei
Shōnagon, elle aussi dame de la cour et contemporaine de Murasaki Shikibu.

pillow book-sei shonagonCette œuvre est une collection de listes, de poésies, de complaintes, d’anecdotes, de réflexions et d’observations glanées tout au long de son séjour à la cour.

Keigo Higashino : un auteur à suivre

Après avoir été ignoré, le polar nippon sort de l’ombre à la fin des années 1980. Ceci grâce à un regain d’attrait de la part des japonais pour ce genre littéraire ; et grâce à l’émergence de nouveaux auteurs de romans policiers. Keigo Higashino en est l’un des acteurs majeurs. Partons à sa découverte et succombez ainsi à son oeuvre littéraire !

Qui est l’auteur Keigo Higashino ? 

Keigo Higashino est né à Osaka en 1958. En 1985, à 27 ans, il écrit « Hokago » (« Après l’école ») et remporte le prix Edogawa Rampo du meilleur roman policier. En 1999, grâce à son roman « Himitsu » (« Le secret »), il remporte le prix de l’association des auteurs de romans policiers du Japon. En 2006, « Yoshiga X no kenshi » (« Le dévouement du suspect X »), lui permet d’être le 134ème lauréat du prix Naoki. Auteur très prolixe, il est extrêmement populaire au Japon, où ses derniers polars se sont vendus à près d’un million d’exemplaires. En France, ses romans ont été traduits et édités chez Actes Sud dans les collections Actes Noirs et Babel Noir pour la version poche.

Son oeuvre

Vous avez déjà pu découvrir, lors de notre précédent billet, et lire le dernier ouvrage de Keigo Higashino : « L’équation de plein été ». Ce roman vous a plu, vous en demandez encore ? Voici les autres romans écrits par Keigo Higashino et édités en France, chez Actes Sud.

« La maison où je suis mort autrefois »9782742789511,0-573292

Sayaka Kurahashi va mal. Et puis, il y a cette amnésie : elle n’a aucun souvenir avant l’âge de 5 ans. Plus étrange encore, les albums de famille ne contiennent pas de photos d’elle bébé. A la mort de son père, elle reçoit une énigmatique clé à tête de lion et le plan sommaire conduisant à une bâtisse isolée dans la montagne. Elle demande à son ancien petit ami de l’y accompagner car celle-ci recèle peut être le secret de son mal être. Peu à peu, ils comprennent que cette inquiétante demeure a été le théâtre d’événements tragiques…

9782330001391,0-1281108

« Le dévouement du suspect X »

Ishigami, professeur de mathématique, est secrètement amoureux de sa voisine. Un drame arrive. Ishigami lui vient en aide. Un corps est bientôt retrouvé au bord du fleuve. L’inspecteur Kusanagi est chargé de l’enquête. Pour l’aider sur cette affaire, il fait appel à son ami Yukawa, brillant physicien. Au cours de celle-ci, Yukawa se souvient d’Ishigami, ancien camarade d’université. Guidé par un sinistre pressentiment, le physicien engage alors avec le mathématicien une joute fascinante pour la vérité. Ou comment la froide ivresse de la déduction le dispute à la folle logique de la passion.

« Un café maison »9782330006136,0-1326553

Dans une maison des beaux quartiers de Tokyo, Yoshitaka
Mashiba annonce à son épouse qu’il va la quitter. Secrètement décidée à tuer son mari, elle part chez ses parents à Sappora, pour digérer la nouvelle. Le surlendemain, on retrouve le corps de Yoshitaka. Il a été empoisonné à l’arsenic. Son épouse, bien qu’à plus de mille kilomètres, est la première suspecte. Mais comment a-t-elle pu agir ? L’inspecteur Kusanagi est chargé de l’enquête, pour laquelle il aura besoin de toute la logique scientifique de Yukawa, son ami physicien.

9782330019587,0-1640331

 « La prophétie de l’abeille »

Un matin d’été, dans le complexe de Nishiki Heavy Industries. C’est aujourd’hui qu’un hélicoptère militaire téléguidé doit être livré à l’agence de défense du japon. Lors de la démonstration, l’appareil est détourné. Une heure plus tard, il s’immobilise au-dessus d’un réacteur nucléaire. Les autorités reçoivent alors un message signé de l’abeille du ciel. La revendication est simple : si le Japon ne ferme pas toutes ses centrales, l’hélicoptère s’écrasera sur le réacteur. Une course contre la montre s’engage.

 

 

Maintenant laissez vous tenter par l’un de ces romans (et pourquoi pas les 4 ?!) et découvrez le talent protéiforme et prolixe de Keigo Higashino. Bonne lecture !