Archives du mot-clé Manga

Et si vous cuisiniez des monstres ? : « Gloutons et dragons » de Kui Ryoko

« Gloutons et dragons » est le 1er tome d’une série créée par une talentueuse mangaka japonaise : Ryoko Kui.

Ne cherchez pas la vraisemblance du récit, il n’y en a pas, et franchement, ce n’est pas important !

Une jeune équipe combat un dragon dans un donjon, malheureusement, un de leur copain se fait lentement digérer par ledit dragon. Il va bien sûr falloir le combattre et sauver le malheureux compagnon d’une absorption lente et douloureuse. Mais il y a un mais ! Comment trouver de l’énergie quand les estomacs de nos héros sont désespérément vides !

[Attention pour l’extrait de BD qui va suivre, comme c’est un manga, on lit à l’envers !]

Grâce aux talents culinaires d’un nain gastronome rencontré en chemin, couplé avec un système Débrouille efficace, notre valeureuse équipe pourra se régaler des nombreuses bêbêtes plus ou moins féroces qu’elle rencontrera en chemin.

Cette petite équipe perpétuellement affamée est terriblement attachante, et, brin de persil sur museau gluant, vous serez  non seulement étonnés par le nombre incroyable des êtres vivants comestibles plus ou moins prêts à être consommés (plutôt moins que plus), mais aussi par l’humour qui imprègne chaque page, nous laissant un rictus bête et permanent sur le visage tout au long de notre lecture !

En phrase bilan, je dirai que j’attends la suite avec impatience, que ce manga d’heroic-fantasy est très très sympathique et que, feuille de romarin sur dard mortel mais goûteux, cela nous donne envie de manger équilibré (le nain ne transigeant pas sur la quantité de légumes et sur l’importance des protéines).

Bastet

[Sources : Couverture du manga : Electre // 1ère page de BD : Manganews // 2ème page de BD : Bodoi.info // image de notre courageuse équipe : Mangamag]

 

Polar et manga

Si il y a un « art » incontournable au Japon, c’est bien celui du manga. Aujourd’hui, laissez vous tenter par ce genre dans sa version policière ; et découvrez « Enigmo » de Jirô Taniguchi.

Le livre « Enigmo »

Après avoir connu la dictature et la guerre civile, le Nacencio, État d’Amérique latine, s’engage sur la voie de la modernisation. Afin de transformer la jungle du sud du pays en terres arables, les autorités font appel à la société japonaise de bâtiment Seshimo. 
Lorsque Yûji Seshimo, son jeune et brillant président, se rend sur place, il est kidnappé par des mercenaires qui demandent l’arrêt immédiat des travaux… C’est à Ken’ichi, le frère de Yûj, qu’il revient de démêler l’écheveau. Accompagné de Gloria, la secrétaire de son frère, cet ancien du Vietnam, aujourd’hui détective privé aux Etats-Unis, s’enfonce dans la jungle du Nacencio où l’attendent trahisons, courses-poursuites, guet-apens et autres réjouissances !

eni

Un livre poignant qui ravira les nombreux fans de Jirô Taniguchi.

L’auteur : Jirô Taniguchi

C’est sans doute l’un des mangakas actuels le plus connu au monde. Et ceci grâce notamment à sa série « Quartiers lointains » (adaptée au cinéma en 2010). Son univers de mangaka, ou même pourrait-on dire bedetiste, reste par ailleurs abordable à tous car son travail est très largement influencé par des auteurs européens.

Pour compléter votre lecture, lisez également « Les enquêtes du limier » (2 tomes). Dans cette série policière, on retrouve  la place de l’animal et de la nature dans l’existence des hommes, qui est une question au centre de la création de Jirô Taniguchi.

Bonne lecture !

Miyuki Miyabe – Du polar au manga

51HZ0HZQ4PL._SY344_BO1,204,203,200_Miyuki Miyabe devient rapidement un auteur phare de la littérature policière japonaise  avec la publication d’Une carte pour l’enfer en publiant. Ce roman reste l’un des plus lu de l’archipel nippon, et lui permet d’obtenir l’équivalent du Goncourt en 1993.

 

Toujours en 1993, paraît La librairie Tanabe, recueil de nouvelles contant les aventures de M. Iwa et de son neveu, propriétaires d’une librairie et détectives amateurs.

9782809700459_1_75

 
Elle sort cinq ans plus tard Crossfire, roman faisant appel aux mêmes ingrédients que le roman dévoilé la semaine dernière : enquête classique, thriller psychologique, romance amoureuse sur fond de récit fantastique et de critique sociale.

livre-brave-story-tome-10-1680-10

 

 

Avec Brave Story, Miyuki Miyabe s’essaye au genre fantastique. Cette trilogie est rapidement adaptée en manga par le dessinateur Yôichiro Ôno. Sortiront ensuite le film d’animation et le jeu vidéo.

Un manga polar pour ce soir

Après avoir mis en avant le polar japonais dans sa forme romanesque, nous vous proposons de découvrir le polar nippon sous une autre forme, très populaire au Japon : le manga. Depuis « Monster » et « 20th century boys », les mangas policiers sont à la mode et de grande qualité. Pour aujourd’hui, découvrez, lisez et savourez « Wet Moon » d’Atsushi Kaneko.

L’Histoire

Japon, années 1960. Dans la moiteur d’une station balnéaire aux accents de Las Vegas, royaume des faux-semblants et de la corruption, le jeune et irréprochable inspecteur Sata enquête sur le meurtre d’un ingénieur. Lorsque ses pas le mènent sur le lieu de travail de la victime, une entreprise fabriquant des modules pour un mystérieux programme spatial, une secrétaire prend la fuite, attirant sur elle tous les soupçons. Alors que Sata la poursuit, il perd subitement connaissance. À son réveil, un éclat métallique est logé dans son crâne, provoquant des pertes de mémoire et des hallucinations. Pour Sata, qui brûle de découvrir ce qui lui est arrivé, la traque de la suspecte prend bientôt la forme d’une obsession.

Le Manga

« Wet Moon » est un seinen manga c’est à dire un type de manga dont la cible éditoriale est avant tout constituée de jeunes adultes (15 à 30 ans) masculins. Il est composé de 3 tomes. Dans sa version française, « Wet Moon » a été édité chez Casterman dans la collection Sakka, de janvier à septembre 2014.

weetmoon

L’Auteur

Cette série a été écrite par le mangaka Atsushi Kaneko, déjà connu en France grâce à deux précédents titres : « Bambi » et « Soil ».  Il naît le 26 décembre 1966 à Sakata dans la préfecture de Yamagata. Fortement inspiré par le cinéma américain, il a pour volonté de travailler dans le domaine du 7ème art mais ce qui se fait au Japon au moment où il entre dans la vie active ne semble pas convenir à ses attentes. Aussi, de part son engouement pour le dessin, il choisit de mettre ses histoires sur papier plutôt que sur grand écran. Pour notre plus grand plaisir !

kaneko

L’Avis

Dans « Wet Moon », tout n’est que trous, béances et faux semblants…  Atsushi Kaneko nous livre ici un manga hors-pair, une enquête policière haletante et hallucinée, un récit à la croisée de l’univers de David Lynch et du graphisme de Charles Burns ou de Paul Pope.

Bonne lecture !

 

Zoom sur une série japonaise : Le roi Léo

Chers voyageurs,

86630968_oContinuons notre voyage au coeur du Japon, en évoquant une série japonaise ayant connu un très grand succès : Le Roi Léo.

La série est une adapation du manga du même nom créée de 1950 à 1954 par Osamu Tezuka, créateur du célèbre Astro, le petit robot. Produite par les studios Mushi en 1965, la série animée, compte 78 épisodes. Il s’agit d’une petite révolution au Japon car c’est la première série télévisée animée réalisée en couleur !jungle_taitei_susume_leo_1617

Pour voir la bande-annonce de la série, c’est ici !

A noter qu’Ozamu Tezuka s’inspire des héros de Disney dans ses dessins. En effet, pour rendre les yeux des personnages plus expressifs, il les grossit ! C’est pourtant les studios Disney qui seront accusés de plagiat à la sortie du Roi Lion, s’inspirant très clairement de l’oeuvre de Tezuka … Mais ceci est une autre histoire … que nous vous raconterons très vite !

A très bientôt !

Le Studio Ghibli : la noblesse de l’animation

Chers voyageurs,

213px-Logo_Ghibli_svgConnaissez-vous le point commun entre Isao Takahata et Hayao Miyazaki ? Oui, ils sont japonais ! Mais ce sont surtout les créateurs du célèbre Studio Ghibli ! Crée en 1985 par ces deux génies de l’animation japonaise, ils ont pu compter sur le soutien de la compagnie Tokuma Shoten, propriétaire du plus célèbre magazine sur l’animation japonais, Animage.

Véritable innovateur, le Studio Ghibli s’est tout de suite différentié du reste de la production japonaise, jusqu’alors spécialisée dans les séries TV. Les créateurs du Studio se concentrent sur la réalisation de longs métrages, avec une grande exigence au niveau technique, graphique et scénaristique. Sorti en 1986, Le château dans le ciel, film réalisé par Hayao Miyazaki marque le début d’une nouvelle ère de l’animation. Suivront Princesse Mononoké, Porco Rosso ou Le voyage de Chihiro, permettant à Miyazaki de se hisser dans le palmarès des personnalités asiatiques les plus influentes des 60 dernières années. Studio Ghibli Wallpaper

Après avoir démontré sa créativité, le studio Ghibli met aujourd’hui en avant de jeunes talents comme Hiromasa Yonebayashi ou Goro Miyazaki. Après les succès des Contes de Terremer et la Colline aux coquelicots, ce dernier se lancera en effet dans la réalisation du série animée intitulée Ronya, fille de brigand.

Encore de belles découvertes à venir grâce au studio Ghibli !

Découvrez ici la bande-annonce du dernier film de Miyazaki.

 

Etape 6 : Le tombeau des lucioles de Isao Takahata

Chers voyageurs,

tombeauAprès avoir découvert le travail plein d’humour de Wes Anderson dans « Fantastic M. Fox », la Cartoon’s team a choisi de vous présenter pour cette nouvelle étape le magnifique film d’animation « Le tombeau des lucioles ».

Réalisé par Isao Takahata en 1988, ce film d’animation est inspiré de la nouvelle semi-autobiographique d’Akiyuki Nosaka intitulé La tombe des lucioles. Reproduisant avec réalisme l’univers de la nouvelle, le film produit par le Studio Ghibli est aujourd’hui un classique du film d’animation japonais.

L’histoire … En 1945, Seita et sa petite soeur Setsuko deviennent orphelins et sont recueillis par des parents proches mais sont maltraités. Ils décident de quitter cette famille et de tenter leur chance ailleurs. Dans un pays détruit par la guerre, ces deux enfants vont tenter de survivre et de trouver leur bonheur, au milieu des ruines et l’indifférence des autres.

Pour voir la bande annonce, c’est ici.

Katsuhiro Ōtomo

Chers voyageurs,

On ne pouvait pas vous faire découvrir le film Akira sans vous parler de son créateur, Katsuhiro Ōtomo. Sans nul doute, c’est grâce à lui que le cinéma d’animation japonais a explosé à l’étranger !

katsuhiro-otomoPassionné dès son plus jeune âge par la bande dessinée et le cinéma, il se lance comme dessinateur de manga en 1973 pour une maison d’édition et un magazine, Action Comics. De cette dernière collaboration nait une soixantaine d’histoires courtes, toutes caractérisées par un graphisme tendant vers le photo-réalisme, sur fond de science-fiction.

A partir de 1980, il devient un auteur de renom, et obtient en 1983 le Grand Prix japonais de la science-fiction, pour son oeuvre Dōmu. C’est à partir de 1982 qu’Otomo publie Akira dans Young Magazine, avec un succès immédiat. Remarqué par les professionnels et la critique dans le monde entier, Akira est traduit en anglais (1988) et en français (1990), à une époque où le manga est presqu’inconnu. 3-Katsuhiro-Otomo

Il décide de fonder son propre studio, MASH Room, et devient réalisateur en se lançant dans l’adaptation d’Akira en 1988. Il est encore, à ce jour, considéré comme l’un des meilleures films d’animation japonais. Délaissant le dessin, il scénarise plusieurs films et produit Memories. En 2004 sort Steamboy, projet sur lequel il travaillait depuis 10 ans et qui rencontre un beau succès. Il continue depuis à travailler sur la production et la réalisation de courts métrages. Sans conteste, Katsuhiro Ōtomo est un maitre du manga, que nous vous invitons à découvrir sans tarder !

A NOTER ! Plus de 1000 personnes participent à la réalisation d’Akira, allant même jusqu’à travailler 24 heures d’affilée ! C’est le film le plus coûteux du cinéma d’animation japonais en raison des nombreux effets spéciaux.