Archives du mot-clé nature writing

Le Rodéo

 La semaine dernière nous vous parlions de la musique country. Nous allons vous initier à l’art du rodéo dont les règles ne se limitent finalement pas à tenir le plus longtemps possible sur le dos d’un cheval.

Le mot rodéo provient de l’espagnol rodear qui signifie encercler, tourner autour. D’après les historiens, le Rodéo est apparu dans les années 1860-1870. A l’origine, le rodéo consiste à rassembler le bétail afin de le marquer, de le soigner ou de le vendre. Cet événement saisonnier était l’occasion d’organiser une compétition informelle entre les participants. Devant le succès grandissant de ces manifestations,  le rodéo est devenu aujourd’hui non seulement un spectacle mais  aussi une véritable compétition sportive composée de plusieurs épreuves :

Les épreuves de dressage : telle que le Bareback Riders : chevauchée a cru, sans harnais ni licou, agrippé à une poignée rivée à une sangle passant sous la panse du cheval. C’est une épreuve où le cavalier doit réussir à tenir 8 secondes sur le dos du cheval.

Les épreuves de vitesse : tel que le Barrel Racing qui consiste à courir autour de trois tonneaux selon un parcours en trèfle en un minimum de temps.

Les épreuves d’habileté : tel que le Roping : capture de veau au lasso.

A vos montures !

Calamity

(sources image : Pixabay-gay2016)

Le Signal de Ron Carlson

Pour poursuivre votre découverte de l’ouest américain, voici un livre qui devrait vous passionner. Le Signal de Ron Carlson met en scène un couple qui part en expédition dans les montagnes du Wyoming.

Pour la dernière fois, Mack et sa femme partent camper dans les montagnes du Wyoming afin de se dire adieu. Cette randonnée est un moment de complicité retrouvée.
Pour Mack, cette expédition est aussi la dernière mission qu’il exécute pour le compte d’un intermédiaire douteux afin de sauver son ranch de la faillite. Mais cette mission se révélera bien plus périlleuse que prévu : il doit retrouver une mystérieuse balise égarée lors d’un survol de la région.

Dans ce roman, Ron Carlson nous invite à découvrir le Wyoming grâce aux magnifiques descriptions. De plus, les 6 jours de randonnée sont ponctués de flash-back qui nous aident à comprendre le couple et pourquoi il vient à se séparer.  C’est un roman qu’on lit d’une traite, où le suspens est garanti.

Bonne lecture !

Epona et Belly Boat

(sources images : Wikipedia / Electre pour la couverture)

 

La consolation des grands espaces de Gretel Ehrlich

Aujourd’hui, découvrons l’Etat le moins peuplé des Etats-Unis, le Wyoming, au travers d’un roman beau et contemplatif : La Consolation des grands espaces.

consolationgrandsespaces

À la suite d’un deuil, Gretel Ehrlich, scénariste à Hollywood, part à la recherche d’un lieu où abriter sa douleur. Ce sera le Wyoming. De cette existence au cœur d’une nature presque intacte, en compagnie de bergers et de cow-boys auprès desquels elle va redonner un sens à sa vie, est née La Consolation des grands espaces. À la manière de Walden ou la Vie dans les bois de Thoreau ou de Pèlerinage à Tinker Creek d’Annie Dillard, cette peinture d’une Amérique insoupçonnée est aussi le récit d’une expérience essentielle, d’une renaissance bouleversante, vécue dans le souffle vivifiant d’espaces vierges où l’auteur découvre enfin le sentiment de faire partie d’un tout.

Et voici un extrait pour amorcer le voyage :

« Ce que dissimule ce laconisme, c’est de la timidité. Il n’y a pas de mots pour exprimer les sentiments. Ce n’est pas de l’inhibition, car toujours on perçoit un solide caractère sous cette réserve, comme si le vent qui laboure la terre du Wyoming avait emporté les voix de ses habitants, mais que tout le reste s’était fortifié dans l’épreuve.J’ai passé des heures dans un pick-up qui montait à un campement, à l’aube, sans qu’aucune parole ne soit échangée ; j’ai connu des repas où les seuls mots prononcés étaient : « Merci, m’dame » marmonnés à la fin du dîner. Le silence est profond. Plutôt que des paroles, c’est un regard que l’on partage. Observé avec intensité, le monde se transforme. »

Bonne Lecture !

Calamity

(Crédit photo : Falkenpost – pixabay / Couverture : Electre)

Le nom des étoiles de Pete Fromm

 

Avec Le nom des étoiles paru en 2016 aux éditions Gallmeister, Pete Fromm nous emmène à nouveau au coeur des grands espaces. Plus de vingt ans après son séjour à Indian Creek, voici Pete Fromm au seuil d’une nouvelle aventure en solitaire.

nom des étoilesEn effet, âgé d’une quarantaine d’années, Pete Fromm a deux beaux garçons et une vie splendide en plein cœur du Montana. Son passé de ranger et d’emplois saisonniers dans les espaces les plus sauvages des États-Unis est derrière lui, il est désormais père de famille. Un jour, on lui propose de partir s’installer un mois dans une cabane perdue au cœur de la Bob Marshall Wilderness. Dans cette région, qui abrite l’une des plus fortes densités de grizzlys des États-Unis, il devra surveiller la croissance d’alevins dans la rivière.

 

Alors qu’il pense partager cette expérience avec ses deux fils, sa femme et les conditions extrêmes s’y opposent. Cependant, ses fils sont bien présents dans son esprit. On découvre un Pete Fromm père de famille. La solitude, la nature, et sûrement sa maturité, lui permettent d’entamer des réflexions sur sa place de père et la place de la nature dans sa vie. Au fil de ses souvenirs il s’interroge sur ce qui a fait de lui un homme, un père, et sur ce qu’il peut transmettre à ses enfants. 

Dans ce roman, les récits de son aventure alternent avec les souvenirs : Indian Creek est omniprésent. Que vous ayez lu ou non Indian Creek, Pete Fromm nous offre un grand moment d’évasion, tout en beauté et en finesse. 

Bonne lecture !

Epona

(source images : Wikipedia et Gallmeister)

Le polar et la pêche

Quand on pense au polar on pense souvent « action, meurtres, … »  mais on ne pense jamais à  « nature,  pêche, évasion ». La rivière de sang de Jim Tenuto ou encore Dérive sanglante de William G. Tapply sont deux romans policiers qui nous proposent un savoureux mélange de grands espaces et d’enquêtes ! Des polars qui nous tiennent en haleine et qui nous laissent même penser  que nous pourrions pêcher demain sans soucis!                  

dérive sanglante

Suite à un improbable accident de montagne qui lui a fait perdre la mémoire, Stoney Calhoun est un homme sans passé. Cinq ans après avoir quitté l’hôpital, une confortable somme d’argent en poche, il a refait sa vie dans le Maine et coule des jours paisibles entre la boutique de pêche où il travaille et sa cabane enfouie au cœur des bois. Jusqu’à ce que son meilleur ami disparaisse. Calhoun se lance alors sur sa piste et accumule les découvertes macabres. Au fur et à mesure, il se découvre d’inattendus talents d’enquêteur qui vont le confronter aux fantômes de son passé.

    Première aventure de Stoney Calhoun, Dérive sanglante nous promène à travers les paysages idylliques et chargés d’histoire du Maine, jusqu’à un final aussi violent qu’étonnant.

  Ex-star de football universitaire et vétéran de la Guerre du Golfe, Dahlgren Wallace n’aspire qu’à poser ses valises. Aussi, lorsque le magnat des médias Fred Lather lui propose de devenir guide de pêche dans sa propriété du Montana, l’occasion est trop belle. Jusqu’au jour où l’un des invités se fait assassiner à quelques pas de lui. D’abord accusé du meurtre, Wallace est contraint de mener sa propre enquête.

    Les étendues sauvages du Montana constituent le décor somptueux et menaçant d’une enquête riche en rebondissements. Portrait acide d’une Amérique déglinguée, La Rivière de sang est la première aventure de Dahlgren Wallace.