Archives du mot-clé Polar

Birdman de Mo Hayder

Place à Mo Hayder, auteure incontournable de la littérature policière anglaise contemporaine. Avec Birdman, son premier roman, elle signe un thriller particulièrement captivant, efficace et plein de suspense. 

Dans un terrain vague de la banlieue de Londres, une pelleteuse met au jour cinq cadavres de femmes atrocement mutilés. Un seul lien unit tous ces corps tailladés puis recousus : un oiseau a été enfermé vivant à l’intérieur de chaque cage thoracique. C’est avec ces meurtres en série que l’inspecteur Jack Caffery inaugure son nouveau poste au Service régional des enquêtes sensibles. Caffery est mis à rude épreuve. Mais l’enquête dont il est chargé est de celle qui font oublier tout le reste. D’ailleurs, il le sait d’expérience : le cauchemar ne fait que commencer…

Caffery et Maddox se tenaient immobiles à l’entrée de la grande salle d’autopsie. Là, sur cinq tables de dissection en aluminium, gisaient cinq cadavres.[…] Jack était habitué à ce genre de spectacle et à l’odeur, ce mélange de désinfectant et de puanteur reconnaissable des viscères dans l’air froid. Mais cinq… Cinq.

Pas de préliminaires avec Mo Hayder, ni pour le lecteur, ni pour son personnage d’ailleurs : Jack Caffery. Le livre commence avec la découverte morbide d’un premier cadavre… Mo Hayder nous livre là un thriller captivant, le tout premier de la série des enquêtes de Jack Caffery. L’intrigue de ce roman : c’est un savant mélange à la construction rigoureuse qui mêle suspense, tension et rebondissement avec brio. L’écriture est limpide, efficace. Mo Hayder sait garder toute l’attention du lecteur jusqu’au dénouement final, maîtrisant son sujet de bout en bout.

(sources images : Electre pour la couverture et Flickr-Puamelia)

Sherlock et Epona

Chaos noir

 

Franz Bartelt

Franz Bartlet est né en 1949 de parents d’origine poméranienne installés dans l’Eure puis, quelques années après la naissance de Franz, dans les Ardennes. Il commence à écrire dès l’âge de treize ans et quitte l’école à quatorze ans pour travailler. Aujourd’hui, l’écrivain, qui multiplia les petits boulots et travailla longuement en usine avant  de vivre de sa prolifique plume, est reconnu et acclamé par la critique, admiré par certains mais inconnu du grand public.

Ce sont presque 140 ouvrages qui sont sortis de sa plume : des fictions et des adaptations pour la radio (France Culture), des romans (une quinzaine dans la prestigieuse « collection blanche » de Gallimard), des nouvelles (le Prix Goncourt de la nouvelle en 2005 pour « le Bar des Habitudes »), des polars, des pièces de théâtre…

Chaos complet

Aujourd’hui, c’est bien d’un polar dont on va parler… » Chaos de famille « . Camina est folle. Elle exerce une autorité abusive son mari, le narrateur, qu’elle ne prend même plus la peine d’appeler par son prénom mais par l’interjection « Eho ». C’est plus simple. On en vient vite à plaindre le mari, Plonque, tombé dans cette famille de fous. Lui, lorgne sur la voisine, depuis que sa femme ne veut plus partager le même lit. C’est une histoire rocambolesque, les membres de la famille vont (presque) tous périr un à un.

Franz Bartelt décrit avec beaucoup d’acidité et de truculence  (un peu trop ?) un milieu défavorisé. On tombe parfois dans la vulgarité gratuite. Les dialogues sont riches et appréciables, mais je trouve que le tout manque de cohérence et nuit à l’intrigue.

Célia

[Sources ill : Electre /Pixabay]

Avant d’aller dormir de S.J. Watson

Avec le roman Avant d’aller dormir, S.J. Watson nous emmène dans une histoire incroyable. 

Chaque matin, c’est le même effroi. La même surprise. En se découvrant dans la glace, Christine a vieilli de vingt ans. Elle ne connaît ni cette maison, ni l’homme qui partage son lit. Elle se réveille chaque matin se croyant étudiante célibataire alors qu’elle est mariée et a 47 ans.
Et chaque matin, Ben lui raconte. L’accident. L’amnésie…

Son psychologue lui conseille alors de tenir un journal intime qu’elle lit ensuite au long de la journée. Elle y découvre les incohérences, les questions, tout ce qu’on lui cache chaque matin, posément. Peut-être pour son bien… Peut-être pas.

Watson nous livre ici un roman noir et sombre où l’héroïne cherche dans les tréfonds de sa mémoire ce qui pourrait ressembler à une vie. On découvre avec elle les révélations découvertes au fil des jours, les secrets bien cachés, les souvenirs bien enfouis qui remonteront à la surface.
Et, chaque matin, tout comme Christine, on remet tout en place, on essaie de reconstruire son puzzle pour ainsi former quelque chose de cohérent qui ait un sens.

L’histoire est très bien ficelée et terriblement prenante et haletante. Ce premier roman est très réussi : on y trouve également une formidable tension qui va crescendo pour terminer sur un final bluffant.

Ce thriller psychologique a reçu le Prix SNCF du polar en 2012. Il a également été adapté au cinéma en 2014 avec Nicole Kidman dans le rôle de Christine. Voici la bande-annonce ici.

Epona

(source images : Electre)

Contes de fées et meurtres en Belgique

 

Nadine Monfils

Nadine Monfils est belge et vit à Montmartre. Elle est l’auteur d’une quarantaine de romans et de pièces de théâtre, dont des polars à la « Série Noire » et des thrillers chez Belfond. Journaliste, elle a donné des ateliers d’écriture dans les prisons.

Elle a obtenu plusieurs prix pour ses polars, notamment pour Babylone Dream  (Prix du polar de Cognac) et elle a connu deux gros succès de librairie avec  Les vacances d’un serial killer  et  La petite fêlée aux allumettes , tous deux publiés chez Belfond.

Pour Gérard Collard, elle est « l’héritière de Frédéric Dard. Celle qui redonne des couleurs à la langue française qui la fait pétiller, s’amuser… Les formules fusent, drôles où derrière un éclat de rire se cache une réflexion plus profonde qu’elle ne parait ! ». Il nous parle ici de son dernier roman Elvis Cadillac publié en 2016 aux Editions du Fleuve.

fêlée allumettes

 La petite fêlée aux allumettes

 La petite fêlée aux allumettes  est un polar un peu foutraque, dévoilant  une belle galerie de personnages : l’Inspecteur Cooper –personnage qui semble le plus « normal »- a quand même besoin de respirer un canard en plastique  pour calmer ses angoisses, son acolyte Michou complète ses revenus par son activité en boîte de nuit et Mémé Cornemuse,  une grand-mère vraiment allumée cite du Jean-Claude Van Damme et n’hésite pas à supprimer ceux qui osent se mettre sur son chemin !

Le personnage principal de ce roman est Nake, une jeune fille un peu perdue. A la suite du décès de sa grand-mère qui l’a élevée, elle  se met en recherche de son père qu’elle n’a jamais connu.Elle va découvrir au cours de sa quête d’embarrassants  secrets de famille…

Pour tout héritage, elle a reçu de sa grand-mère une boîte d’allumettes. Elle se rend bientôt compte que lorsqu’elle craque une allumette de la boîte, elle voit l’image d’une fillette assassinée. Ces étranges apparitions correspondent à des meurtres ayant réellement eu lieu dans la ville de Pandore…. L’Inspecteur Cooper et son associé vont tenter de résoudre ces énigmes avec Mémé Cornemuse qui n’est pas toujours d’une très grande aide !

Célia

« La petite fille aux allumettes » est également disponible sur e-media.

[Source image : Pixabay-geralt et Electre]

« Molécules » : polar décalé signé François Bégaudeau

Source Electre

De quoi ça parle ?
Annecy, 1995. Jeanne Deligny, 44 ans, infirmière, est retrouvée morte sur le palier de son appartement. Le crime n’ayant aucun motif apparent, les enquêteurs ont du mal à avancer. Mais la découverte tardive d’une pièce à conviction permet de trouver un suspect appelé Gilles Bourrel, un ancien petit ami de la victime, qui avoue être l’auteur de l’homicide, selon lui involontaire.
Qui mieux que lui pour nous en parler ?
Voici une interview de François Bégaudeau qui va certainement
vous donner envie de lire son roman.
Selon lui, « tout est susceptible d’être un matériau comique […]
même les pires horreurs ».
Un polar décalé où François Bégaudeau invite la drôlerie, le comique, le burlesque
au service d’un fait divers. Ironique et pétillant !
A vous de juger et surtout de nous dire ce que vous en avez pensé !
Luz
(Source ill : Electre)

Polar et manga

Si il y a un « art » incontournable au Japon, c’est bien celui du manga. Aujourd’hui, laissez vous tenter par ce genre dans sa version policière ; et découvrez « Enigmo » de Jirô Taniguchi.

Le livre « Enigmo »

Après avoir connu la dictature et la guerre civile, le Nacencio, État d’Amérique latine, s’engage sur la voie de la modernisation. Afin de transformer la jungle du sud du pays en terres arables, les autorités font appel à la société japonaise de bâtiment Seshimo. 
Lorsque Yûji Seshimo, son jeune et brillant président, se rend sur place, il est kidnappé par des mercenaires qui demandent l’arrêt immédiat des travaux… C’est à Ken’ichi, le frère de Yûj, qu’il revient de démêler l’écheveau. Accompagné de Gloria, la secrétaire de son frère, cet ancien du Vietnam, aujourd’hui détective privé aux Etats-Unis, s’enfonce dans la jungle du Nacencio où l’attendent trahisons, courses-poursuites, guet-apens et autres réjouissances !

eni

Un livre poignant qui ravira les nombreux fans de Jirô Taniguchi.

L’auteur : Jirô Taniguchi

C’est sans doute l’un des mangakas actuels le plus connu au monde. Et ceci grâce notamment à sa série « Quartiers lointains » (adaptée au cinéma en 2010). Son univers de mangaka, ou même pourrait-on dire bedetiste, reste par ailleurs abordable à tous car son travail est très largement influencé par des auteurs européens.

Pour compléter votre lecture, lisez également « Les enquêtes du limier » (2 tomes). Dans cette série policière, on retrouve  la place de l’animal et de la nature dans l’existence des hommes, qui est une question au centre de la création de Jirô Taniguchi.

Bonne lecture !

Une carte pour l’enfer – Miyuki Miyabe

Avec Une carte pour l’enfer, venez plonger dans les excès du Japon des années 90 : argent, crédit facile, pègre, bourse à son apogée.

une_carte_pour_l_enfer_381Précédemment blessé lors d’une interpellation mouvementée, l’inspecteur Honma est au repos. Un petit-cousin de son épouse, respectable banquier, en profite pour lui demander de rechercher sa fiancée, Shoko, disparue à la suite d’une dispute d’amoureux à propos d’une carte de crédit. Ce qui se présentait comme une tâche de médiation de quelques heures devient bientôt une enquête éprouvante dans l’enfer personnel d’une femme qui n’est pas celle qu’elle prétendait être.

 

 

De facture classique le roman de Miyuki Miyabe, le roman tombe rapidement dans une profonde noirceur, avec une intrigue parfaitement menée, sans tomber pour autant dans le thriller.

Miyabe

A sa sortie au Japon, ce roman a obtenu le prix Yamamoto (un Goncourt du policier)

Le polar et la pêche

Quand on pense au polar on pense souvent « action, meurtres, … »  mais on ne pense jamais à  « nature,  pêche, évasion ». La rivière de sang de Jim Tenuto ou encore Dérive sanglante de William G. Tapply sont deux romans policiers qui nous proposent un savoureux mélange de grands espaces et d’enquêtes ! Des polars qui nous tiennent en haleine et qui nous laissent même penser  que nous pourrions pêcher demain sans soucis!                  

dérive sanglante

Suite à un improbable accident de montagne qui lui a fait perdre la mémoire, Stoney Calhoun est un homme sans passé. Cinq ans après avoir quitté l’hôpital, une confortable somme d’argent en poche, il a refait sa vie dans le Maine et coule des jours paisibles entre la boutique de pêche où il travaille et sa cabane enfouie au cœur des bois. Jusqu’à ce que son meilleur ami disparaisse. Calhoun se lance alors sur sa piste et accumule les découvertes macabres. Au fur et à mesure, il se découvre d’inattendus talents d’enquêteur qui vont le confronter aux fantômes de son passé.

    Première aventure de Stoney Calhoun, Dérive sanglante nous promène à travers les paysages idylliques et chargés d’histoire du Maine, jusqu’à un final aussi violent qu’étonnant.

  Ex-star de football universitaire et vétéran de la Guerre du Golfe, Dahlgren Wallace n’aspire qu’à poser ses valises. Aussi, lorsque le magnat des médias Fred Lather lui propose de devenir guide de pêche dans sa propriété du Montana, l’occasion est trop belle. Jusqu’au jour où l’un des invités se fait assassiner à quelques pas de lui. D’abord accusé du meurtre, Wallace est contraint de mener sa propre enquête.

    Les étendues sauvages du Montana constituent le décor somptueux et menaçant d’une enquête riche en rebondissements. Portrait acide d’une Amérique déglinguée, La Rivière de sang est la première aventure de Dahlgren Wallace.