Archives du mot-clé roman policier

Deux chefs-d’oeuvre de la littérature japonaise


Le Dit du Genji 
qui a inspiré le roman dévoilé la semaine dernière, est une œuvre majeure de la littérature japonaise du XIème siècle, tout comme son contemporain Note de chevet.

Le Dit du Genji

Le Genji est un titre donné à un fils d’empereur qui ne peut prétendre au trône. Il est donc à l’origine d’une nouvelle branche  impériale.

Le Dit du Genji, se présente comme un récit véridique et  raconte la vie d’un de ces princes impériaux, d’une beauté extraordinaire, poète accompli et charmeur de femmes.

 408.2008.1.a-c##S

Cet ouvrage est considéré pour beaucoup comme le premier roman psychologique du monde. Le caractère intemporel des relations humaines y est pour beaucoup et si les us et coutumes de la cour peuvent nous être étrangers, les problèmes que rencontrent les personnages sont bien plus familiers. Par bien des aspects, l’œuvre est une critique incisive et complète des mœurs décadentes de la cour de Heian mais avec un regard intérieur, intime car après tout l’auteur est elle-même un membre de la cour. Si on prend en compte la date de l’œuvre, les sujets abordés sont très en avance sur leur temps. Il y a là la femme bafouée, le mari jaloux, la courtisane, le séducteur impénitent, la fascination du pouvoir, les différentes classes sociales, l’argent.

Note de chevet

La deuxième œuvre majeure de la littérature japonaise est Note de Chevet de Sei
Shōnagon, elle aussi dame de la cour et contemporaine de Murasaki Shikibu.

pillow book-sei shonagonCette œuvre est une collection de listes, de poésies, de complaintes, d’anecdotes, de réflexions et d’observations glanées tout au long de son séjour à la cour.

Keigo Higashino : un auteur à suivre

Après avoir été ignoré, le polar nippon sort de l’ombre à la fin des années 1980. Ceci grâce à un regain d’attrait de la part des japonais pour ce genre littéraire ; et grâce à l’émergence de nouveaux auteurs de romans policiers. Keigo Higashino en est l’un des acteurs majeurs. Partons à sa découverte et succombez ainsi à son oeuvre littéraire !

Qui est l’auteur Keigo Higashino ? 

Keigo Higashino est né à Osaka en 1958. En 1985, à 27 ans, il écrit « Hokago » (« Après l’école ») et remporte le prix Edogawa Rampo du meilleur roman policier. En 1999, grâce à son roman « Himitsu » (« Le secret »), il remporte le prix de l’association des auteurs de romans policiers du Japon. En 2006, « Yoshiga X no kenshi » (« Le dévouement du suspect X »), lui permet d’être le 134ème lauréat du prix Naoki. Auteur très prolixe, il est extrêmement populaire au Japon, où ses derniers polars se sont vendus à près d’un million d’exemplaires. En France, ses romans ont été traduits et édités chez Actes Sud dans les collections Actes Noirs et Babel Noir pour la version poche.

Son oeuvre

Vous avez déjà pu découvrir, lors de notre précédent billet, et lire le dernier ouvrage de Keigo Higashino : « L’équation de plein été ». Ce roman vous a plu, vous en demandez encore ? Voici les autres romans écrits par Keigo Higashino et édités en France, chez Actes Sud.

« La maison où je suis mort autrefois »9782742789511,0-573292

Sayaka Kurahashi va mal. Et puis, il y a cette amnésie : elle n’a aucun souvenir avant l’âge de 5 ans. Plus étrange encore, les albums de famille ne contiennent pas de photos d’elle bébé. A la mort de son père, elle reçoit une énigmatique clé à tête de lion et le plan sommaire conduisant à une bâtisse isolée dans la montagne. Elle demande à son ancien petit ami de l’y accompagner car celle-ci recèle peut être le secret de son mal être. Peu à peu, ils comprennent que cette inquiétante demeure a été le théâtre d’événements tragiques…

9782330001391,0-1281108

« Le dévouement du suspect X »

Ishigami, professeur de mathématique, est secrètement amoureux de sa voisine. Un drame arrive. Ishigami lui vient en aide. Un corps est bientôt retrouvé au bord du fleuve. L’inspecteur Kusanagi est chargé de l’enquête. Pour l’aider sur cette affaire, il fait appel à son ami Yukawa, brillant physicien. Au cours de celle-ci, Yukawa se souvient d’Ishigami, ancien camarade d’université. Guidé par un sinistre pressentiment, le physicien engage alors avec le mathématicien une joute fascinante pour la vérité. Ou comment la froide ivresse de la déduction le dispute à la folle logique de la passion.

« Un café maison »9782330006136,0-1326553

Dans une maison des beaux quartiers de Tokyo, Yoshitaka
Mashiba annonce à son épouse qu’il va la quitter. Secrètement décidée à tuer son mari, elle part chez ses parents à Sappora, pour digérer la nouvelle. Le surlendemain, on retrouve le corps de Yoshitaka. Il a été empoisonné à l’arsenic. Son épouse, bien qu’à plus de mille kilomètres, est la première suspecte. Mais comment a-t-elle pu agir ? L’inspecteur Kusanagi est chargé de l’enquête, pour laquelle il aura besoin de toute la logique scientifique de Yukawa, son ami physicien.

9782330019587,0-1640331

 « La prophétie de l’abeille »

Un matin d’été, dans le complexe de Nishiki Heavy Industries. C’est aujourd’hui qu’un hélicoptère militaire téléguidé doit être livré à l’agence de défense du japon. Lors de la démonstration, l’appareil est détourné. Une heure plus tard, il s’immobilise au-dessus d’un réacteur nucléaire. Les autorités reçoivent alors un message signé de l’abeille du ciel. La revendication est simple : si le Japon ne ferme pas toutes ses centrales, l’hélicoptère s’écrasera sur le réacteur. Une course contre la montre s’engage.

 

 

Maintenant laissez vous tenter par l’un de ces romans (et pourquoi pas les 4 ?!) et découvrez le talent protéiforme et prolixe de Keigo Higashino. Bonne lecture !

 

L’équation de plein été – Keigo Higashino

Nous voici arrivé à mi-chemin de notre voyage « Polar à la sauce Soja ». Pour cette cinquième étape, nous vous invitons à découvrir un polar ceinture noire : « L’équation de plein été ». Lisez et profitez, l’auteur, Keigo Higashino, va vous mettre ippon par l’impeccable intrigue de cette histoire.

Le physicien Yukawa séjourne dans la station balnéaire de Hari-Plage, aux charmes désuets et délaissée par les touristes. Le professeur Yukawa est là car il a été convié comme expert par la société DESMEC concernant l’exploitation des ressources sous-marines à Hari-Plage. Yukawa s’installe à l’auberge Rokuganso où séjourne déjà Kyohei, le neveu des propriétaires ; et Masatsugu Tsukahara, ancien policier de Tokyo. Le soir même de son arrivée, Tsukahara disparaît et son corps est retrouvé le lendemain sur les rochers en bord de mer. S’agit-il d’un accident, d’un suicide, d’un meutre… Kusanagi, l’ami policier de Yukawa, et sa collègue Utsumi, sont chargés de mener discrètement l’enquête, parallèlement à la police locale.

9782330031992,0-2134355 (1)

 

 

« Le corps se trouvait en bord de mer, à environ deux cents mètres au sud du port de Hari-Plage. Un policier en uniforme était debout devant la digue. La fourgonnette des techniciens de la police scientifique était garée à proximité. Il n’y avait pas de badauds, sans doute à cause de l’heure matinale. »

 

 

C’est un excellent polar qui se lit d’une traite. On y retrouve notre duo de détectives Yukawa – Kusanagi, personnages récurrents d’Higashino.Il y a du rythme, des histoires cachées, des liens complexes entre les personnages. Le tout est savamment mélangé et saupoudré d’une bonne dose de suspense pour nous accrocher de part en part de l’intrigue.

Hypothèse, déduction, logique et le tout est résolu. Maintenant à vous de lire cette passionnante enquête, sur fond de question environnementale, et d’apprécier ce duo de détectives nippons !

Le Vase de sable – adaptation cinéma

La Vase de sable, adaptation du roman de Seicho Matsumoto, réalisé par Yoshitarô Nomura est le plus gros succès commercial du box office nippon des années 70. 

Vase de sable

Fils de Hôtei Nomura, un des pères fondateurs du cinéma japonais des années 1910, Yoshitarô Nomura a commencé sa carrière comme assistant-réalisateur d’Akira Kurosawa. Il s’est fait le spécialiste des adaptations de romans policiers, en particulier ceux de Seichô Matsumoto, le « Simenon japonais ». La mise en scène classique, fluide de Nomura, toujours servie par une photographie époustouflante, fait la part belle aux décors naturels comme force expressive venant renforcer, rythmer l’intrigue. Un style empreint de sensibilité japonaise qui explique la réussite de son cinéma.

Le Vase de sable est considéré comme l’un des films les plus aboutit de son réalisateur.

yoshitaronomura

Synopsis : début des années 70, l’inspecteur Imanishi enquête sur le meurtre d’un homme dont on ignore l’identité, avec pour tout indice un nom prononcé avec un fort accent du Nord : « Kameda ». Est-ce le nom d’une personne ou celui d’un lieu ? Le travail du policier s’annonce alors comme une épreuve surhumaine, à la mesure de la vérité qu’il finira par découvrir, incroyable, bouleversante.

Le vase de sable – Seicho Matsumoto

Nous vous proposons de continuer notre voyage ferroviaire à travers le Japon, grâce à l’oeuvre de Seicho Matsumoto. Après « Tokyo Express », voici le roman « La vase de sable », où l’enquête est mise sous la responsabilité du talentueux et marginal inspecteur : Imanishi.

Le 12 mai, 3h00 du matin, gare de Kamata. Un mécanicien fait ses vérifications avant le départ du train de la ligne Keihin – Tohoku, quand il découvre un cadavre. La victime, un homme âgé de 55 ans, a été étranglé et frappé, après avoir ingurgité de l’alcool et des somnifères. 1er indice : la victime ; originaire de la région de Tohoku, et plus précisément de la petite ville de Kameda ; aurait été vu la veille au soir en compagnie d’une personne dans un bar aux alentours de la gare. L’enquête est placée sous la responsabilité de l’inspecteur Imanishi. Il débute celle-ci à Iwaki, dont dépend Kameda, avec le commissaire Yoshimura, pour qui le meurtrier ne peut pas être originaire de cette paisible ville. Pour eux, commence alors, un long voyage dans cette région du Japon, pour faire toute la lumière sur ce meurtre.

Le-Vase-de-sable-de-MATSUMOTO-Seicho

 

Le jeune mécanicien, éclairant avec sa lampe électrique les roues du septième wagon de queue, eut un haut le corps. Il resta immobile, le souffle coupé, puis se mit à courir brusquement en agitant les bras, et déboula dans la cabine du conducteur qui venait juste de procéder à l’alimentation en électricité. 

– Eh, je viens de découvrir un cadavre !

 

 

Après « Tokyo Express », c’est avec plaisir que l’on retrouve l’inspecteur Imanishi. Avec sa rigueur quasi-scientifique, il dresse le profile de la victime pour tenter de découvrir le mobile du meurtre, et mène son enquête de train en train. Sans être révolutionnaire, « Le vase de sable » est un bon roman policier dont l’intrigue est de bout en bout bien ficelée. Ce roman, sous prétexte du polar, nous permet aussi de retrouver une critique sociale du Japon, dressée par son auteur, Seicho Matsumoto.

Bonne lecture !

Et pour prolonger votre voyage nippon, visitez la médiathèque numérique e-medi@. Vous pouvez y accéder en cliquant sur le lien suivant :

new-logo-emedia4

Seicho Matsumoto – Le Georges Simenon japonais


Seicho Matsumoto (1909-1992) est  un auteur de romans policiers japonais. C’est un auteur prolifique. Il écrit en quatre décennies plus de 450 romans.

arton1236

Même si Seicho Matsumoto a publié de nombreux romans, notamment des romans historiques,  il est surtout connu pour ses polars. Ces derniers ont, en effet, permis de crée une nouvelle dynamique dans l’écriture du roman policier japonais. En agrémentant son récit de davantage de psychologie, et d’éléments de vie quotidienne il apporte un renouveau au genre, et se retrouve ainsi comparé à Georges Simenon. Il est aussi connu pour ses descriptions très minutieuses et détaillées des crimes.

Il reste, malheureusement, à ce jour, très peu traduit en France.

Tokyo Express – Seicho Matsumoto

Deux corps retrouvés sur une plage ; un suicide présumé ; une affaire de corruption ; l’instinct de deux inspecteurs… Mystère, mystère ??? Nous avons le plaisir de vous présenter le roman « Tokyo express » de Seicho Matsumoto, troisième livre du voyage « Polar à la sauce soja » !

Les cadavres d’un fonctionnaire et d’une serveuse d’un restaurant de Tokyo sont retrouvés sur une plage de Kyushu. L’homme et la femme sont enlacés et gît à côté une bouteille empoisonnée au cyanure. Les policiers chargés de l’enquête n’ont aucun doute : il s’agit d’un double suicide amoureux. Pourtant, un inspecteur plus obstiné, ne peut chasser de son esprit des détails incohérents qui sèment le doute : pourquoi l’homme a-t-il passé six jours seul dans sa chambre d’hôtel avant d’aller subitement se suicider sur la plage ? Pourquoi a-t-il fait une partie du voyage seul, comme le prouve le ticket du wagon-restaurant retrouvé dans son manteau ? Et surtout n’est-ce pas étrange  que la mort de ce jeune fonctionnaire arrange tous les dirigeants du ministère, perturbé par une sale affaire de corruption ? Décidé à lever le voile sur ces ambiguïtés et soupçonnant que le double suicide s’apparente à un double crime, l’inspecteur Mihara se lance dans une enquête haletante qui le fera traverser tout le Japon en train.

517CK3PKY0L._SY344_BO1,204,203,200_

 

« Le double suicide était-il un acte si banal pour s’imposer ainsi d’emblée comme solution – bien que le raisonnement y conduisant demeurât inconnu ? Jutaro ressentait une impression de manque, comme si l’on avait supprimé les causes qui menaient à la conclusion. »

 

 

 

Tout l’intérêt de ce roman réside dans l’obstination de l’inspecteur Mihara à comprendre et à apporter les preuves de ses convictions : double suicide ou meurtre caché ? C’est un roman, type roman d’énigme, captivant de part son intrigue, ses personnages ; et de part le contexte où le train joue un rôle prédominant.

Vous allez adorer voyager en train de bout en bout du Japon, depuis votre fauteuil.

Bonne lecture et à très vite pour découvrir d’autres polars à la sauce soja.

Fantômes et samouraïs – Okamoto Kido

Cette semaine découvrez Fantôme et samouraïs d’Okamoto Kido.

Fantomes et samouraisUn jeune journaliste, passionné par le XIXème siècle et ses coutumes, interroge Hanshichi, un vieux détective.

Hanshichi raconte alors ses enquêtes et ses exploits avec une méthode de déduction qui n’est pas sans rappeler celle de Sherlock Holmes. Au fil des 14 enquêtes nous nous attachons à ce détective sympathique en découvrant aussi la vie du Japon traditionnel avec ses croyances, ses vêtements, ses métiers… Le Japon est à l’époque en pleine mutation, il est sur le point de basculer dans l’ère moderne.

 

Petit mot sur l’autOkamoto Kidoeur : Okamoto Kido

Okamoto Kido (1872-1939) a écrit plus d’une centaine de pièce pour le théâtre Kabuki. Il est connu pour être un des fondateurs du roman policier se déroulant à l’époque Edo. Passionné par Conan Doyle et le personnage de Sherlock Holmes, il s’en inspire pour créer son personnage récurrent Hanshichi.